Dépenses électorales. 12 élus épinglés par la Cour des Comptes    Conseillers en investissement financier : L'AMMC lance une consultation publique    Vidéos – Les images du Mirage F1 qui s'est écrasé à Taounate    Brexit: le FMI appelle à mettre fin « impérativement »à l'incertitude    L'Institut Français de Casablanca ouvre sa saison sur « La part des femmes »    Organisation du forum "AfricaSec 2019 à Marrakech    BMCE Bank of Africa crée une filiale spécialisée dans le traitement des services bancaires    Paris accueille l'Oriental Fashion Show avec la participation du Maroc    Un colloque national sur l'éducation artistique le 22 janvier à Rabat    Coupes africaines : L'aventure de l'IRT prend fin    2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poursuite de la décompensation: ce ne sera pas en 2019
Publié dans Albayane le 23 - 10 - 2018

La levée de la subvention sur le sucre, la farine de blé tendre et le gaz butane a-t-elle été abandonnée ou simplement repoussée ? Le rapport sur la compensation accompagnant le projet de loi de finances n'a pas tranché cette question, alors que le rapport de 2018 avait insisté sur la poursuite de la décompensation.
Au contraire, le gouvernement a prévu une hausse des crédits consacrés à la compensation. La dotation prévue s'élève à 17,6 milliards de dirhams, destinées à soutenir les prix du gaz butane et de ces deux produits alimentaires.
En juillet 2017, Houcine Daoudi, alors ministre des Affaires générales avait affirmé devant les parlementaires que la décompensation ne se fera pas avant 2019. Selon des sources proches du dossier, la suppression des subventions sur ces trois produits sera activée une fois le registre national de la population mis en place. Ce registre, toujours en cours d'élaboration, fournira une cartographie des populations pauvres et vulnérables entre-autres. Ce qui permettra au gouvernement de mieux cibler les ménages démunis éligibles aux aides.
En attendant, la subvention sera donc maintenue l'année prochaine avec même une augmentation du budget consacré au système de compensation puisque que l'enveloppe consacrée à ce système dans la loi de finances de 2018 était fixée à 13 milliards de dirhams. La décision est justifiée par la hausse prévue des cours à l'international. Le gouvernement table sur une moyenne du prix de gaz butane à 560 dollars. En fait, le cours du butane grimpe depuis août 2017. Entre janvier et septembre 2018, il a oscillé dans une fourchette allant de 438$/tonne à 657$/tonne avec une moyenne de 533$. Cette évolution a entrainé une hausse de la charge de compensation du gaz butane, qui atteint 10,31 milliards de dirhams en 2017 contre 7,13 milliards un an auparavant.
Pour les deux autres produits, aucune augmentation du cours n'est à craindre. En effet, le cours du blé tendre sur le marché international est inférieur de à 200$/T depuis près de quatre ans. L'augmentation continue de la production mondiale qui entraine l'accumulation des stocks durant les dernières années est en faveur de la baisse du cours. Pour autant, la charge de compensation a grimpé, à cause surtout de la charge des appels d'offres lancés en 2017 et à la restitution de la prime de collecte. Rappelons que ces appels d'offres portent sur l'approvisionnement des minoteries en blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées. L'écart entre les prix fixés par les soumissionnaires et le prix d'entrée moulin étant pris en charge par le système de compensation.
S'agissant du cours du sucre, il s'est également inscrit dans une baisse au cours depuis 2013 grâce à une production excédentaire. Cependant, la charge de compensation de ce produit a légèrement augmenté, passant à 3,68 milliards de dirhams en 2017 contre 3,66 milliards en 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.