El Otmani s'entretient avec Mike Pompeo    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Nador : Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Driouch: Une secousse tellurique de magnitude 4 constatée    Achraf Hakimi demande la main de Hiba Abouk    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Le port de pêche d'Agadir!    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Une difficile équation à résoudre en Afrique    Maghribiyates: Le 1er média féminin sans tabou sans filtre des marocaines    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «L'impact climatique à l'origine l'appauvrissement des populations»    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    Marrakech : Plus de 680 suspects arrêtés en novembre    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    Perception Politique Solidaire    PLF 2020. Benchaâboun attendu à la 2e Chambre    Journée mondiale de la prématurité : Plus de 91.000 prématurés naissent chaque année au Maroc    L'OCDE, nihiliste ?    FIFM 2019: La campagne gratuite de chirurgie de la cataracte fédère    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Trump a commis des actes passibles de destitution, selon des experts en droit    Le nouveau modèle de développement salué par le FIDA    Grève des contrôleurs aériens en France et en Europe : La RAM appelle ses clients à se renseigner    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !    Nouveau modèle de développement au Maroc    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    La gestion des déchets, un casse-tête marocain        L'administration traîne les pieds pour répondre aux doléances des citoyens    Le retour de Hakimi au Real est décidé    Des grands noms du cinéma international en conversation libre avec le public à Marrakech    Festival du film de Marrakech: Le cinéma d'auteur n'exclut pas les paillettes    FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»    La "Puce" Lionel Messi de retour au sommet    Jain se confie à coeur ouvert sur son burn-out    Le Maroc prend part au Festival d'Alexandrie du théâtre arabe des instituts spécialisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le domaine marin d'Agadir est squatté!
Publié dans Albayane le 21 - 11 - 2018

Depuis un certain temps, le littoral du nord-ouest d'Agadir, connu pour sa splendeur, est à la merci de l'invasion du béton. La convoitise immobilière impose une farouche agression, le long de la ceinture côtière, à une trentaine de kilomètres.
Sans aucun scrupule, les bonnets du foncier s'emparent du domaine public marin, en y construisant, pied dans l'eau, une multitude de bâtisses, sous toutes les formes et les dimensions. Des plages prisées, de renommée mondiale, sont affreusement squattées, au su et au vu de tout le monde. Face à cet abordage intempestif, on est tenté de poser cette question majeure : qui autorise ces insanités abjectes sur l'écosystème naturel?
Depuis les sites huppés d'Imi Ouaddar, à la commune d'Aourir et le promontoire de Tama Ouanza, en passant par la station balnéaire de Taghazoute, les assauts assassins prolifèrent au galop sur les sables luisants, sans qu'on ne pipe mot. Certes, on comprendra l'utilité publique du projet à vocation touristique de la station balnéaire de Taghazoute, dans le cadre du plan Azur, quoiqu'il se transforme, après un long retard, en réalisation quasiment immobilière. De surcroît, la société en charge de cette ébauche, sur le site en question, ne se soucie pas trop des incidences écologiques qui s'y opèrent au quotidien, en raison des résidus jetés en mer par les chantiers environnants. Comme c'est le cas également de la plage d'Anza fort polluée par les émissions des fabriques de farine de poisson.
De même, sur l'embouchure de l'oued Tamraght relevant de la commune rurale d'Aourir, on révoquera l'accostage inouï sur la plage, fomenté par un richissime notable de la ville, en y érigeant, tout près de l'océan, un immense bâtiment et acquérant un autre terrain un peu plus loin à, tenez-vous bien, 3,50 dirhams le mètre carré, initialement dédié aux ayant-droits! Devant cette atteinte galopante au domaine marin qui affecte sans répit ces sublimes étendues, la société civile se mobilise pour crier scandale à qui veut l'entendre. Elle se constitue en mouvement continuel pour dénoncer, haut et fort, ces violations infâmes du domaine public marin, longtemps considéré comme un patrimoine naturel de la région, drainant des populations, à longueur d'année, en particulier en période estivale.
Ces cris d'alarme pour préserver les sites naturels revendiquent, entre autres, de respecter la nomenclature législative en vigueur, relative à l'environnement, de sanctionner, comme stipulent les lois régissant le domaine public terrestre, forestier et marin, tous les contrevenants, sans aucune complaisance et procéder à la démolition de toutes les constructions frauduleuses et illicites sur le littoral, conformément aux règles arrêtées, dans la charte nationale de l'environnement. En fait, il ne sert à rien d'élaborer des lois qui restent lettres mortes, sans en user pour dissuader les contrevenants et sauvegarder l'écologie dans notre pays ! Les pouvoirs publics sont donc appelés à réagir avec rigueur pour ce faire!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.