Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Echanges extérieurs: Tout baisse, sauf l'alimentaire    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Article 1062726    Lettre à l'éditeur de The Lancet    Salé: Les derniers malades de Covid-19 quittent l'hôpital    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    La démocratie locale…reportée    Un fidèle en amitié et en militantisme    Mendyl, direction Bordeaux?    Moto GP: le Grand Prix du Japon annulé    Ronaldo: «Messi est bien sûr le numéro 1»!    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Assurance: le groupe Holmarcom opère la fusion de ses deux filiales    Coronavirus : la CNT tire la sonnette d'alarme    Maroc Telecom lance sa solution de paiement mobile    Coronavirus : 12 nouveaux cas, 7.819 au total, lundi 1 juin à 10h    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La plage Imi Oueddar sauvagement squatté!
Publié dans Albayane le 02 - 07 - 2018

Au kilomètre 26, au nord d'Agadir, là où émerge une plage d'une splendeur fabuleuse, on se paie le luxe de s'emparer de toute cette beauté naturelle. Des permet sans scrupule à des engins d'envahir les lieux et saccager le domaine marin pour y ériger des édifices à des fins personnelles. On grignote les rochers qui embellissent ce site et défend aux estivants de s'y introduire, alors que ce droit est tout simplement bafoué au su et vu de tout le monde. La plage Imi Oueddar, connue et prisée dans la région voire le pays, est en train de. Ivre le calvaire de la spoliation.
On ne cessera jamais d'évoquer les atteintes déplorables que subit cette plage, l'une des plus belles baies du monde. Le littoral nord qui agrémentait les rivages sud et qui faisait la fierté de la première station balnéaire du royaume a été despotiquement massacrée pour y monter des constructions, pieds dans l'eau.
Le déversement direct dans l'immense flot océanique bleu des crues fluviales émanant des oueds piémontais, transforme la plage d'Agadir en affreuse réserve d'épaves et de boue ocre.
Un peu plus loin au sud du litorral, vers l'embouchure de l'oued Souss où se sont déjà alignées des réalisations touristiques de haute facture avec des espaces golfiques, des odeurs nauséabondes empestent les lieux de grande esquisse écologique.
Au nord de la capitale du souss, à une quinzaine de kilomètres, la station balnéaire de taghazout met beaucoup de temps à voir le jour et fait vivre ces sites pittoresques dans des attentes interminables, avec des terrains remués et des écumes malmenées, à chaque coup de pioche des aménageurs-développeurs. Dans le même sillage, on reviendra également sur la problématique environnementale qui secoue la population du quartier d'Anza relevant de la commune urbaine d'Agadir.
Les citoyens fort indignés s'affrontent à une véritable hécatombe naturelle, à cause de la pollution appuyée de ses belles plages. En effet, les habitants qui fréquentent ces côtes pour pratiquer leur vocation de prédilection, en particulier la pêche à la ligne, le surf, le football... sont affreusement exposés aux eaux polluées, car les divers déversements anarchiques des déchets liquides.
Outre cette pollution accentuée qui prévaut dans ces espaces de haute qualité écologique, les odeurs étouffantes infestent ces lieux de long en large, par le biais des vents maritimes.
Les voix associatives de la société civile s'élèvent contre ces agressions lamentables qui assaillent ce littoral côtier de grande marque écologique. Elles n'arrêtent pas de saisir et d'interpeller toutes les parties concernées pour mettre fin à cette hémorragie. Nombre de formes de mobilisation et de protestation sont utilisées, en vue d'attirer les responsables sur cette problématique environnementale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.