Indemnité pour perte d'emploi : près de 14.000 bénéficiaires depuis le début de l'année    Le groupe Medi1 s'allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    CHAN / Cameroun 2021: 5 arbitres marocains convoqués    Covid-19: voici le premier pays européen à approuver le vaccin Pfizer/BioNTech    Vaccin anti-Covid-19, mode d'emploi pour les Marocains    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    LDC: le Real Madrid s'incline face au Shakhtar Donetsk (VIDEO)    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Covid-19: le Maroc s'approche des 6.000 décès    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    El Otmani met en évidence l'élan de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Message du roi Mohammed VI au président roumain    L'OMS promet de tout faire pour connaître les origines du Covid-19    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Mission française : Le port du masque obligatoire pour tous les élèves dès le CP    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«A travers la traduction l'amazighe sera diffusée à plus grand échelle»
Publié dans Albayane le 02 - 12 - 2018

Salima El Koulali est titulaire d'un Doctorat en Lettres et Sciences Humaines. Actuellement elle exerce comme chercheur à l'IRCAM, au centre de traduction. Elle maitrise l'espagnole, l'arabe, le français et bien sur sa langue maternelle amazighe. Très active, elle a participé à différents colloques et a, à son actif, plusieurs traduction d'œuvre littéraires vers l'amazighe.
Qui est Salima El Koulali?
Salima El Koulali : Je suis née à Zegangan, une municipalité très connue de la ville de Nador. J'ai grandi dans une famille amazirophone. En relation avec mon parcours académique, j'ai suivi mes études lycéennes dans la même ville où j'ai obtenu mon baccalauréat en lettres modernes, et après à la Faculté des lettres et des sciences humaines Dhar El Mehrez-Fès. J'ai eu ma licence en études hispaniques, spécialité linguistique. En poursuivant une formation de deux ans à l'école supérieure Roi Fahd de traduction à Tanger, j'ai obtenu mon diplôme de traductrice rédactionnelle dans le domaine de la traduction juridique. Actuellement, je suis titulaire d'un doctorat en traduction, obtenu à la faculté des lettres et des sciences humaines Fès-Sais, et je suis chercheur à l'Institut Royal de la Culture Amazighe à Rabat.
Vous exercez au Centre de traduction, de documentation, d'édition et de communication à l'IRCAM. Pourquoi avoir choisi cette institution?
J'ai choisi cette institution car avant d'être une institution publique, c'est un lieu de recherche où chaque jour on apprend plus de choses. Elle réunit des chercheurs de différentes disciplines pour avoir une culture et une langue amazighe globale qui répondent aux aspirations de tous les Marocains. On peut affirmer que l'IRCAM est une institution interdisciplinaire qui vise à promouvoir la langue et la culture amazighes. Et la traduction comme domaine d'étude et de recherche a une place importante dans l'institut.
Parlez-nous de votre thèse de traduction : quel est son sujet et ses motivations?
Ma thèse intitulée « le conte amazigh : collecte, classement et traduction » porte sur la traduction du conte amazigh, en particulier le rifain. Elle est inscrite dans le cadre de la traduction littéraire. J'ai fait un travail sur le terrain pour la collecte des contes qui sont classés selon des différents domaines, et je les ai traduits vers l'arabe en analysant et décrivant les techniques et la théorie de la traduction suivies. J'ai intégré la transcription en caractère tifinaghe dans la version originale des contes pour garder son authenticité amazighe. Ce qui m'a motivé à choisir ce thème c'est sa relation avec notre identité et histoire puisque les contes reflètent l'image et la mentalité de l'homme amazighe. En outre, j'ai pu retrouver un lexique amazighe riche qu'on a oublié vu le développement tant de la langue que de la vie. Et c'est grâce aux travaux de terrain qu'on peut acquérir une langue correcte et authentique.
En quoi consistent vos actions au sein de l'IRCAM? Quelle est votre contribution à la promotion de l'amazighe, en matière de traduction?
Dès mon intégration au sein de l'IRCAM j'ai contribué pour laisser mon empreinte dans ma spécialité et promouvoir la langue amazighe. J'ai commencé par la traduction des contes qui peuvent servir comme supports pédagogiques pour faciliter l'apprentissage de la langue : j'ai quatre publications dans le domaine de la traduction littéraire, à savoir : tinfussin n imzyann(contes pour les enfants), Tasddit (la parure), tinfusin zg wayda agravlan (contes du patrimoine mondiale), ufrinn n tmdyazin n Pablo Neruda (extraits de poèmes choisis de Pablo Neruda). Actuellement, je me focalise sur la traduction juridique pour enrichir les domaines de recherche en matière de traduction vers la langue amazighe. J'ai traduit le Code des libertés publiques qui sera publié prochainement en deux parties vu le volume des actes ; la traduction spécialisée et le manque qu'il y a au niveau des dictionnaires juridiques amazighes me motivent beaucoup. Sans oublier que j'ai d'autres publications réalisées dans des colloques nationaux et internationaux, et qu'au niveau de mon centre. On contribue à la formation des traducteurs amazighs, et nous sommes satisfaits de les voir poursuivre la tâche qui a été entamée au sein de l'IRCAM. Plusieurs institutions traduisent vers l'amazighe en s'appuyant sur le personnel formé par l'IRCAM.
Que peut apporter la traduction pour la langue amazighe?
La traduction est un moyen pour faire communiquer les cultures à travers la langue. Découvrir la langue de l'autre est égal à la connaissance de sa mentalité, sa culture et son idéologie, et cela s'applique aussi quand on traduit de la langue amazighe à une autre langue ou vice-versa. A travers la traduction, la langue amazighe sera plus diffusée à l'échelle nationale et internationale, en particulier quand on fait un bon choix des sujets à traduire.
Quels sont vos projets d'avenir?
Mes projets consistent à poursuivre le travail qu'on a entamé au sein de mon centre, c'est-à-dire traduire des textes juridiques, et je commencerai prochainement la traduction des textes de la loi relative aux énergies renouvelables au Maroc, en plus d'autres activités de rayonnement, pour l'année 2019.
Votre dernier mot
J'espère que la langue amazighe atteigne ses objectifs, qu'il soit promulgué et présenté dans tous les domaines comme il a été prévu dans les textes de la loi organique, et que les recherches soient multipliées afin de la sauvegarder. On rappelle à nos chers lecteurs que les peuples les plus modernes font recours aux moyens matériels, logistiques et humains pour sauver leurs langues de l'extinction car ils sont fiers d'elle et de notre part, nous sommes chanceux d'avoir une langue qui a survécu pendant des millénaires. C'est pour ça que les idéologies qui sont contre l'officialisation et l'insertion de la langue amazighe dans la vie publique doivent être changées. L'amazighe est un héritage de nos ancêtres que nous ne pouvons pas négliger ou nier. Il fait partie de notre identité marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.