France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    Bab Sabta : les travaux de rénovation suscitent l'espoir d'une ouverture imminente    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Alerte météo: fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent au Maroc    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Coupe du Trône : L'AS FAR élimine l'IRT pour affronter le Raja !    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bluff du tourisme!
Publié dans Albayane le 11 - 12 - 2018

Ces derniers temps, on croit bien savoir que la Société Marocaine de l'Ingénierie Touristique (SMIT) s'apprêterait à lancer une nouvelle station balnéaire du côté de la commune rurale de Tamri, relevant de la préfecture d'Agadir Ida Outanane. D'aucuns seraient, sans doute, en droit de se demander, encore une fois, sur la exactitude de ce projet d'envergure. D'autant plus qu'on retient toujours fraîches les réminiscences amères de celle du projet de Taghazoute dont le chantier est en cours, après plus de deux décennies de mésaventures.
En effet, la problématique de la station balnéaire de Taghazout confiée, à maintes reprises, à des aménageurs-développeurs qui se sont payés la tête des décideurs locaux et centraux, avant de se barrer sans honorer leurs engagements. Les insuccès successifs du projet font renaître cette doute légitime, toutes les fois que l'on décide à récidiver. Aujourd'hui, on conviendra que la station Taghazout demeure une note de dérision dans le processus de décollage touristique, en raison de sa transformation en projet quasiment immobilier, alors qu'il s'inscrit dans le cadre du plan azur, destiné à la valorisation des côtes et la promotion touristique.
C'est un incontestablement un problème de gouvernance qui a émaillé la politique du secteur, depuis déjà des lustres. Car, si on s'appuie sur un piédestal économique fondamental tel que le tourisme, il semble que l'Etat s'en dérobe entièrement, tout en continuant à convaincre les investisseurs aussi bien nationaux qu'étrangers à rallier ces projets de haute facture. Dans ce cas, les cahiers de charge devraient, en fait, être méticuleusement décortiqués de manière à asseoir potentiellement le rôle de l'Etat, en tant que veilleur de l'intérêt suprême de la Nation.
En effet, Agadir, première station du royaume ne parvient guère, au bout de plus de trois décennies, à franchir le cap des 25 000 lits commercialisables, en dépit des constructions de nouveaux complexes hôteliers. Au moment où des hôtels renforcent l'éventail capacitaire de la destination, d'autres tombent dans le délabrement déplorable, alors que des unités sont toujours en état de balbutiement au niveau de construction. On retiendra que plus de 14 000 lits sont dans un état piteux et doivent impérativement passer à la rénovation.
Il convient de rappeler que le tourisme est un secteur à haute valeur ajoutée. C'est le premier bailleur de fonds au niveau des recettes en devises. Il est également le second contributeur au PIB après l'agriculture, avec 8 à 9%. C'est le deuxième employeur de la main d'œuvre et de cadres avec plus de 500.000 emplois mis en constance sur le marché. L'opérationnalisation de la Vision 2030, permettra, sans doute, la mise en fonction des projets structurants à travers le pays, surtout dans les destinations touristique de haute notoriété. Une destination comme Agadir est censée rebondir à plein régime, avec une véritable politique de relance agressive, axée sur la consolidation des structures d'accueil et des activités parallèles (hôtellerie, restauration, agences de voyage, produits artisanaux…), la mise en marche des procédés d'accompagnement, la diversification du produit proposé, la mise en place de promotion et de marketing performants, la mise en fonction de l'animation continuelle pour réduire la saisonnalité…
Pour ce faire, la mutualisation et la conjugaison des efforts de tous les intervenants, institutionnels, associatifs, professionnels, est une exigence impérative, car tourisme, de par son aspect sociétal, sa dimension universelles et sa nature fébrile et velléitaire, nécessite le parrainage de toutes les parties. Une synergie concertée pour l'examen des problèmes réels qui entravent l'expansion, notamment la qualité des prestations, l'investissement adéquat, l'inclusion des opérateurs sans exclusive, l'intégration du secteur dans une dynamique globale…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.