Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Douieb : un retour aux racines…
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2019

C'est un retour aux sources, à l'imagination première, à la terre mère. Les toiles de l'artiste-peintre maroco-belge, Hamid Douieb, débarquent à l'Espace Rivages de la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l'Etranger. Ceux qui ne connaissent pas l'univers artistique et plastique de l'artiste auront le privilège de découvrir sa richesse artistique, via une exposition qui se poursuivra jusqu'au 16 février 2019.
«Figural» est le thème choisi pour cet événement pictural. En effet, les travaux de Hamid Douieb dégagent tout d'abord sa sensibilité artistique, les diversités de ses références, ses inspirations et ses voyages à la quête de son propre style. Et si le philosophe allemand Nietzsche disait que le corps est une grande «raison», le peintre en a fait non seulement un objet de travail, mais aussi un sujet de réflexion et de méditation. Dans cette optique, le corps féminin est à la fois un thème et un support pour révéler ses secrets et montrer ses détails : les mains, le visage, mais à travers une peinture transcendante, inspirée et inspirante. Il faut dire aussi que le peintre qualifie sa peinture de figurale et non de figurative.
D'où le choix du thème de l'exposition «Figural». «Je ne suis pas que figuratif…ma peinture donne à voir plus qu'elle ne montre. Les figures prennent un sens différent de leur sens habituel. Ma dérive figurale se définit en opposition au figuratif et s'exprime plus par la force que par la forme. Ma recherche figurale n'est pas dans le visible, mais dans le lisible et se nourrit d'une force invisible qui tend vers la sensation… Je ne renonce pas à la figure et je prends la voie du figural pour rompre avec la représentation, pour casser la narration. Une approche pure qui fait sens, sans faire histoire», explique Hamid Douieb.
Dans les peintures de l'artiste, la femme et son corps sont artistiquement mis en valeur. Le corps devient, proprement dit, un support et une source d'inspiration inépuisable. «C'est vrai que pendant des années, je me suis exprimé à travers le corps féminin que je trouve universel, mais après, j'ai trouvé aussi dans l'expression des visages et la gestuelle des mains et dans leur langage, une source inépuisable d'inspiration», a-t-il confié. L'espace et les lieux sont présents dans la mémoire et l'imaginaire de l'artiste.
C'est en Belgique, son pays d'accueil, que Hamid a découvert la peinture. «La Belgique a marqué ma peinture. À mon arrivée en Belgique, c'est ma découverte du tableau de René Magritte «L'empire des lumières» qui m'a donné envie d'être peintre. Mes inspirations, mes influences ont pris racine en Belgique. Mes tentatives d'un retour au Maroc ne datent que de douze ans», a-t-il ajouté. Pour faire une œuvre, il faudrait bien entendu de l'art et de la manière. Ainsi, le peintre opte dans ses techniques pour les dessins au crayon ou à l'encre, mais préfère laisser son univers secret, puisqu'il refuse, dit-il, «d'avancer un concept aux personnes qui regardent mon tableau».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.