Amical : Pas de Messi à Tanger    Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés
Publié dans Albayane le 17 - 02 - 2019

Le Prix Grand Atlas dans sa 25ème édition, initié par l'ambassade de France au Maroc, a été remis lors d'une cérémonie jeudi soir à Rabat, à l'écrivain Ahmed Boukous ainsi qu'aux traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf.
Chercheur et enseignant, Boukous a été en effet récompensé dans la catégorie de la fiction francophone pour son roman « Rhapsodies de Tanit la captive », un ouvrage qui représente un fragment de vie de Tanit, une héroïne qui essaie de s'émanciper du joug du conservatisme et qui se trouve captive d'inquisiteurs zélotes.
L'auteur a fait part, dans une déclaration à la presse, de sa joie d'avoir remporté ce grand prix qui sera pour lui « un encouragement fort pour continuer dans ce domaine », soulignant que son roman tourne autour de la violence contre les femmes, « un phénomène qui interpelle tout le monde ». Quant au prix de la traduction, il a été décerné exæquo à Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf.
Le premier a été primé pour son travail sur le roman « la matière de l'absence » de Patrick Chamoiseau, à travers lequel l'écrivain visite l'histoire méconnue des Antilles, leur genèse, leurs rituels et leurs modes de vie. Remontant aux origines de l'humanité, l'ouvrage retrace l'étonnante créativité du peuple de cette partie du monde. Quant à Azzeddine Chentouf, il a été récompensé pour la traduction de l'essai « l'écriture du désastre » de Maurice Blanchot, un texte qui est en prise sur l'histoire hantée par le souvenir des camps d'extermination.
La directrice générale de l'Institut français du Maroc, Clélia Chevrier Kolacko, a souligné dans une déclaration à la presse que le prix Grand Atlas qui fête son 25-ème anniversaire est une distinction d'une grande importance permettant de soutenir l'édition francophone au Maroc et de mettre en exergue l'importance de la lecture et de la traduction.
« Il est très important de voir les œuvres littéraires françaises traduites en langue arabe et donc lues par un plus grand nombre, c'est une chose essentielle que nous soutenons à l'ambassade de France et aussi par le biais de ce prix », a-t-elle fait valoir.
Pour la présidente du jury, la philologue et philosophe Barbara Cassin a relevé que les critères de sélection pour la traduction portent sur la qualité du travail présenté, mais aussi de l'ouvrage traduit, alors que pour le prix de fiction, il s'agit de faire connaitre au public « la manière dont écrivent et dont pensent les auteurs que nous connaissons mal et qui sont essentiels pour la francophonie et pour la culture en général ».
La cérémonie de remise du Prix a été marquée par un dialogue entre Mme Cassin et le poète Mohammed Bennis, suivie d'une lecture de poèmes de Michel Deguy traduits en arabe, avant de procéder à une lecture en langue française par des étudiants du lycée Descartes.
La présidente du jury s'est entourée de personnalités marocaines et françaises du monde universitaire et culturel, notamment Frédéric Lagrange, professeur et spécialiste en traduction de l'arabe, Zakia Sinaceur, chercheuse et spécialiste en traduction, Abdesslam Benabdelali, philosophe et traducteur, Sanaa Ghouati, universitaire, Miriam Diouri, libraire, et Nezha Lakhal, conteuse, musicienne et auteure.
Vingt-huit ouvrages étaient en lice lors de la 25ème édition du Prix Grand Atlas qui s'inscrit dans la politique de coopération de l'ambassade de France au Maroc en faveur de l'écrit et du livre, en partenariat avec le Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain. Lancé dans le souci de valoriser l'édition marocaine, le Prix offre une visibilité inédite à des œuvres de haute qualité et contribue au développement du secteur de l'édition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.