Errachidia: une mineure se suicide à cause d'un mariage imposé    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s'inscrire    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Mouvement national, Koutla et gauche: des faits pour l'histoire    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Le tourisme, un maillon à fortifier!    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    FIFM : L'âme d'Amina Rachid plane sur le palais des congrès    Blanchiment d'argent et terrorisme: L'AMMC lance un guide pratique    21e anniversaire de la disparition de Feu SM Hassan II    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Bourita rencontre Pompeo    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    FIFM 2019: Etoile d'or du festival pour Priyanka Chopra    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Africa Security Forum : Le Club de Casablanca voit le jour    Soutien social au profit des handicapées : les résultats d'une étude présentés devant le conseil de gouvernement    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    BatenborcH International Maroc et Afrique a soufflé sa sixième bougie en novembre    Kia lance la prise de rendez-vous 100% en ligne    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Un budget 2020 « social » pour les uns, « optimiste » pour les autres    La Reine d'Espagne inaugure une exposition sur les arts amazighs en présence du Dr Leila Mezian Benjelloun    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Compétitivité    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Après avoir relevé différents dysfonctionnements, le Bureau politique de l'USFP appelle à une réunion urgente de la majorité    L'orchestre de l'opéra national du pays de Galles enchante le public rbati    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel au renforcement de l'entreprenariat féminin
Publié dans Albayane le 20 - 02 - 2019

Conférence des femmes d'affaires arabes et africaines
Initiée sous le thème «Atteindre les objectifs de développement durable en soutenant les femmes entrepreneurs», la deuxième édition de la Conférence des femmes d'affaires arabes et africaines a pris fin jeudi 14 février.
La rencontre a été organisée par l'Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), en partenariat avec l'Union Arabe pour le Développement des Exportations Industrielles (AUIED) au Palais des congrès à Marrakech. Elle a connu la participation de ministres, des délégations officielles de haut niveau et de plus d'une trentaine d'experts de différents pays africains et du Moyen-Orient. A cela s'ajoutent plus de 200 personnes de haut niveau, d'hommes et femmes d'affaires, d'investisseurs et de représentants d'institutions financières internationales, de gouvernements, d'universités et d'ONG qui ont pris part à cet événement.
Au cœur des débats élaborés lors de cette deuxième édition qui s'est tenue à Marrakech du 13 au 14 février, plusieurs intervenants ont pointé du doigt les contraintes économiques, sociales et culturelles auxquelles sont confrontées les femmes au niveau de l'entreprenariat. Ainsi, à l'issue de cette conférence, Arthur Coulibaly, conseiller en charge de l'industrie et des investissements privés auprès du premier ministre de la Côte d'Ivoire, a noté que «les femmes sont confrontées à des contraintes socioculturelles qui freinent leur expansion». Selon lui, les femmes s'orientent pour des raisons sociales vers des secteurs traditionnellement féminins et évitent de s'insérer dans des domaines destinés traditionnellement aux hommes. La sous-représentativité des femmes dans les instances professionnelles est aussi un facteur qui explique leur retard par rapport à la gent masculine.
«Les femmes disposent de réseaux d'entrepreneurs plus restreints et moins diversifiés que les hommes et disposent de très peu de réseaux et de clubs pour partager leurs expériences et échanger les informations qui pourraient les aider à faire prospérer leurs affaires», explique Carole Kariuki, présidente de l'Alliance kényane du secteur privé (KEPSA).
Les intervenants estiment par ailleurs que les femmes entrepreneures sont pénalisées par le manque de monitoring et d'accompagnement. D'ailleurs, «si l'accompagnement à la création existe bel et bien, il est davantage crucial au niveau du développement de l'entreprise après ses premières années. Les entreprises des femmes entrepreneures semblent avoir une moindre croissance, souvent par défaut de moyens financiers ou en raison des caractéristiques des secteurs dans lesquels elles sont surreprésentées. Il y a donc là un véritable potentiel de croissance à exploiter», fait savoir Mohammed Ali Mohammed Kamali de l'Union arabe pour le développement des exportations industrielles.
A la fin de cet événement, une déclaration finale a été publiée, comprenant les principales recommandations issues des discussions. Les participants ont en effet lancé un appel aux opérateurs privés, aux acteurs de la société civile et du monde universitaire, aux représentants des gouvernements et des organisations internationales, afin de susciter un engagement concret au niveau des systèmes d'éducation de base en incluant des programmes d'entrepreneuriat afin de créer et promouvoir une élite économique féminine.
Un engagement qui concerne également la parité hommes-femmes doit être un élément clé dans les politiques publiques des pays arabes et africains. L'objectif est en effet de promouvoir une meilleure inclusion des femmes dans les chaînes internationales de valeur ajoutée. La diversification des initiatives de partenariat public-privé, les programmes autonomisant les femmes entrepreneures et la promotion de l'entrepreneuriat social afin d'offrir des solutions innovantes aux défis sociaux figurent aussi parmi les recommandations de ce conclave.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.