Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel au renforcement de l'entreprenariat féminin
Publié dans Albayane le 20 - 02 - 2019

Conférence des femmes d'affaires arabes et africaines
Initiée sous le thème «Atteindre les objectifs de développement durable en soutenant les femmes entrepreneurs», la deuxième édition de la Conférence des femmes d'affaires arabes et africaines a pris fin jeudi 14 février.
La rencontre a été organisée par l'Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), en partenariat avec l'Union Arabe pour le Développement des Exportations Industrielles (AUIED) au Palais des congrès à Marrakech. Elle a connu la participation de ministres, des délégations officielles de haut niveau et de plus d'une trentaine d'experts de différents pays africains et du Moyen-Orient. A cela s'ajoutent plus de 200 personnes de haut niveau, d'hommes et femmes d'affaires, d'investisseurs et de représentants d'institutions financières internationales, de gouvernements, d'universités et d'ONG qui ont pris part à cet événement.
Au cœur des débats élaborés lors de cette deuxième édition qui s'est tenue à Marrakech du 13 au 14 février, plusieurs intervenants ont pointé du doigt les contraintes économiques, sociales et culturelles auxquelles sont confrontées les femmes au niveau de l'entreprenariat. Ainsi, à l'issue de cette conférence, Arthur Coulibaly, conseiller en charge de l'industrie et des investissements privés auprès du premier ministre de la Côte d'Ivoire, a noté que «les femmes sont confrontées à des contraintes socioculturelles qui freinent leur expansion». Selon lui, les femmes s'orientent pour des raisons sociales vers des secteurs traditionnellement féminins et évitent de s'insérer dans des domaines destinés traditionnellement aux hommes. La sous-représentativité des femmes dans les instances professionnelles est aussi un facteur qui explique leur retard par rapport à la gent masculine.
«Les femmes disposent de réseaux d'entrepreneurs plus restreints et moins diversifiés que les hommes et disposent de très peu de réseaux et de clubs pour partager leurs expériences et échanger les informations qui pourraient les aider à faire prospérer leurs affaires», explique Carole Kariuki, présidente de l'Alliance kényane du secteur privé (KEPSA).
Les intervenants estiment par ailleurs que les femmes entrepreneures sont pénalisées par le manque de monitoring et d'accompagnement. D'ailleurs, «si l'accompagnement à la création existe bel et bien, il est davantage crucial au niveau du développement de l'entreprise après ses premières années. Les entreprises des femmes entrepreneures semblent avoir une moindre croissance, souvent par défaut de moyens financiers ou en raison des caractéristiques des secteurs dans lesquels elles sont surreprésentées. Il y a donc là un véritable potentiel de croissance à exploiter», fait savoir Mohammed Ali Mohammed Kamali de l'Union arabe pour le développement des exportations industrielles.
A la fin de cet événement, une déclaration finale a été publiée, comprenant les principales recommandations issues des discussions. Les participants ont en effet lancé un appel aux opérateurs privés, aux acteurs de la société civile et du monde universitaire, aux représentants des gouvernements et des organisations internationales, afin de susciter un engagement concret au niveau des systèmes d'éducation de base en incluant des programmes d'entrepreneuriat afin de créer et promouvoir une élite économique féminine.
Un engagement qui concerne également la parité hommes-femmes doit être un élément clé dans les politiques publiques des pays arabes et africains. L'objectif est en effet de promouvoir une meilleure inclusion des femmes dans les chaînes internationales de valeur ajoutée. La diversification des initiatives de partenariat public-privé, les programmes autonomisant les femmes entrepreneures et la promotion de l'entrepreneuriat social afin d'offrir des solutions innovantes aux défis sociaux figurent aussi parmi les recommandations de ce conclave.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.