« Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    Elections européennes: Les réformes passées au crible    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement: Abolition de la contractualisation
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2019

C'est acté. Le système de contractualisation dans l'éducation est officiellement aboli. En effet, les académies régionales ont adopté la proposition du gouvernement de mettre fin au recrutement par contrat lors de sessions extraordinaires de leurs conseils d'administration, tenues mercredi 13 mars.
Toutes les propositions d'amendements aux statuts des cadres des académies régionales ont été validées. La plus en vue concerne, rappelons-le, l'abandon de la formule de contractualisation et par conséquent la suppression de toutes les dispositions faisant référence à la résiliation du contrat.
Ce changement implique l'intégration de ces cadres au statut des AREEF. Une décision qui suscite de vives réactions dans les rangs des enseignants recrutés initialement dans le cadre du système de contractualisation. Les revendications de ces cadres ne se limitent pas uniquement à l'abandon de la contractualisation. L'on exige surtout l'intégration dans la fonction publique au lieu donc du statut des AREF. Plusieurs arguments sont avancés pour émouvoir la sensibilité du public et ainsi, faire pression sur le gouvernement.
La coordination nationale qui mobilise ces cadres considère qu'une volonté de mettre fin à la gratuité de l'école publique se cache derrière l'intégration au statut des AREF. «C'est un argument sans fondement», commente un professionnel du secteur, qui dit ne pas identifier de liens de causalité.
D'autant plus que les académies sont financées par l'Etat. Dans les propositions du gouvernement, aucune allusion n'est faite au financement des AREF. Ceci-étant, «il n'y a pas de raisons que les académies ne reçoivent plus leur part du budget de l'Etat. C'est une fausse idée que ces cadres tentent de diffuser», dit-il.
L'autre argument avancé est lié à la retraite. L'affiliation au RCAR n'est pas du goût de ces enseignants, qui réclament l'adhésion à la CMR tout comme les fonctionnaires. Pour eux, la CMR offre plus d'avantages que le RCAR, d'autant plus les pensions de retraites et les taux de cotisation ne sont pas les mêmes. Pour le reste, il n'y a pas de grandes différences au niveau des avantages. Plusieurs dispositions appliquées pour les fonctionnaires seront valables pour les cadres des AREF. Il s'agit notamment du droit à la mobilité. Cependant, ce droit est limité à la région d'affectation, tandis que les manifestants raclement la mobilité à l'échelle nationale.
Autres dispositions validées : l'intégration d'office au corps des cadres des AREF ainsi que la titularisation directement après l'intégration s et l'admission à l'examen de qualification professionnelle et du reclassement au grade 2 de la classe 2 (échelle 10), tout en conservant l'ancienneté acquise au sein de l'AREF.
De même, l'une des nouveautés adoptées garantit la possibilité de candidature au concours des inspecteurs si les conditions sont réunies, à l'instar des autres enseignants de l'Education nationale. L'accès au postes de responsabilités est également garantit. Idem pour les concours d'agrégation, l'accès à l'administration pédagogique et l'orientation et la planification pédagogique. Autant d'avantages qui poussent notre source à se demander si les chicaneries autour de ce dossier ne sont pas vaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.