Maroc : voici les plages conformes à la baignade [Document]    Wafasalaf lance une nouvelle solution digitale    Baisse de 32% des recettes non fiscales à fin mai    Le régime d'Abdelmadjid Tebboune s'accroche au pouvoir alors que l'économie vacille    Affaire Khashoggi: le Tribunal d'Istanbul ouvre le dossier    Rapatriement de 278 Marocains bloqués à Oman, au Qatar et en Jordanie    En avant la musique !    «Libraire, c'est un ouvreur de passerelles...»    Comment se déroulent les examens du bac au Maroc (VIDEO)    Le Maroc reconfiné après Aid al-Adha ? Une source répond    Amine Harit papa pour la 2ème fois (PHOTO)    Saraha marocain: la presse algérienne diffuse une fake news    Prémices d'une nouvelle ère…    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6%    Tribune. Amnesty international une organisation antisémite, qui veut régler ses comptes avec Israël en utilisant le Maroc ?    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    Prison locale Tanger 1 : tous les cas d'infection par le coronavirus ont été enregistrés parmi les nouveaux pensionnaires    La dette publique tunisienne représenterait 75% du PIB à fin 2020    Affaire Ramid-Amekraz CNSS : Des lecteurs de lobservateur.info s'indignent    Le drame du journaliste marocain. « Tu te crois à New York? »    Foot féminin: Les sélections nationales U17 et U20 débutent les entraînements    Le rôle des médias dans le nouveau système sportif mis en exergue    Espagne: crainte d'une deuxième vague épidémique    Quand le confinement fait son œuvre sur l'art de Yassine Guedira    Comment se déroule la réouverture des salles de sport au Maroc? (VIDEO)    France : le nouveau gouvernement dévoilé ce lundi    Le président comorien a reçu un message du roi Mohammed VI    Coronavirus : 114 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.329 au total    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Des femmes célibataires veulent légaliser le concubinage    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    Les autorités marocaines rejettent la réponse d'Amnesty International    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellah Amrani, un artiste tout simplement…
Publié dans Albayane le 17 - 05 - 2019

Le théâtre national est en deuil ! Abdellah Amrani est décédé mardi 14 mai 2019 à l'âge de 78 ans. Alors que les comédiens fêtaient ce jour-là, la journée nationale du théâtre, l'information de son départ est tombée comme un couperet. L'homme de théâtre est parti en silence après un long combat contre la maladie.
Issu d'une famille conservatrice, Abdellah Amrani s'est toutefois laissé toujours guidé par sa passion jusqu'aux derniers jours de sa vie. À l'école, il dégageait un engouement et un intérêt pour le théâtre et la scène avant de rejoindre la troupe « Al amal » (espoir) avec Mohamed Hassan Al Joundi, Malika El Omari et d'autres comédiens. Très jeune, le fils prodige de Marrakech a fait ses premiers pas dans le domaine théâtral en intégrant en 1959, à l'âge de 18 ans, une école de recherches théâtrales où il apprit, après trois ans de formation, les grandes de leçons et bases du père des arts.
Il fit une entrée en force avec la troupe du « Théâtre national » créée en 1952 et constituait à l'époque une pépinière et une véritable école regroupant une belle brochette de comédiens et d'acteurs, entre autres Mohamed El Jem, Aziz Maouhoub, El-Hachmi Benamar, Nezha Regragui ou encore Malika El Ammari.
«Abdellah Amrani est parti lors de la journée nationale du théâtre. Un jour qui a pour nous une portée symbolique. Tout se passe comme s'il avait quelque chose à nous dire, un message à nous confier, implicitement bien entendu. Cet artiste a beaucoup donné à la scène nationale. Il a su jouer avec brio tous les personnages qu'il avait interprétés et les rôles qu'il avait incarnés avec beaucoup de profondeur et de professionnalisme», témoigne le dramaturge marrakchi, Abdeljabar Khoumrane sur le départ d'Amrani.
Le défunt, juge-t-il, distinguait avec beaucoup d'intelligence entre le jeu sur les planches, à la télévision et dans le cinéma. «Il n'acceptait pas de jouer dans n'importe quel spectacle. Il choisissait minutieusement ses rôles dans les pièces. Des rôles qui dégagent une sincérité inouïe et un travail professionnel sur tous les plans. C'est un modèle à suivre pour les jeunes artistes. C'est un nom qui s'est formé dans la troupe du « Théâtre national » et qui a marqué le théâtre national avec sa voix, sa posture, sa présence et son jeu hors pair», nous a confié Khoumrane.
Sa première apparition effective dans le théâtre s'est faite dans la pièce «le dernier chapitre» écrite par Aziz Seghrouchni et réalisée par le monstre sacré, Tayeb Saddiki. «Il était l'exemple de comédien qui ne passe pas inaperçu dans les travaux artistiques sans laisser son empreinte. Un homme qui avait des valeurs et qui aidait les jeunes. Parmi les personnages qui marqueront le public, le personnage d'Abû Hayyân al-Tawhîdî joué dans la pièce de Tayeb Seddiki », ajoute Abdeljabar Khoumrane. Après de longues années de travail rigoureux, le défunt a joué dans des pièces adaptées de Molière et de William Shakespeare. En 1969, il a décroché le Prix du meilleur acteur au 1er festival africain tenu en Algérie. Après un passage réussi dans le théâtre radiophonique, l'étoile d'Amrani a brillé dans les cieux du cinéma et de la télévision en jouant dans des films connus mondialement dont le long métrage «Lawrence d'Arabie» réalisé par David Lean, «Al Rissala» réalisé par Moustapha Akkad, «Zeft» de Tayeb Saddiki… Une carrière époustouflante…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.