Algérie : un journaliste incarcéré après avoir écrit sur la colère touarègue    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Le Polisario recherche désespérément son chef    Aïd Al Adha: 8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées (Akhannouch)    La généralisation de la protection sociale, un levier d'intégration de l'informel    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    La main tendue du Maroc au Liban    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Deux jalons de taille pour marquer la réunion du Conseil de sécurité    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    Botola Pro D1: Les rencontres dominicales sanctionnées par des marques de parité    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    L'examen national unifié du baccalauréat entre les 8 et 12 juin    Le passeport vaccinal prend son envol    Kenza El Ghali: La gestion de la crise sanitaire par le Maroc, un exemple d'efficacité, d' anticipation et de solidarité en Afrique    « Ch'hiwa Bel Khef »: le « Batbout » (VIDEO)    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    La BVC ouvre proche de l'équilibre    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux adopté en commission    La cour constitutionnelle statue sur le nouveau quotient électoral    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Avec un financement MCA : 11 millions de dollars pour la zone industrielle de Bouznika    Botola Pro D1 : la valse habituelle des entraîneurs continue    Khénifra/Service des urgences : une vidéo publiée sur internet fait réagir la Direction régionale de la Santé    Acteur majeur dans le secteur immobilier au Maroc, Sarouty place ses engagements sociétaux au cœur de sa stratégie    Perspectives du secteur agricole sur le continent : La digitalisation technologique, facteur de productivité    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mardi 20 avril    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Secousse tellurique de 3,8 degrés dans la province de Driouch    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellah Amrani, un artiste tout simplement…
Publié dans Albayane le 17 - 05 - 2019

Le théâtre national est en deuil ! Abdellah Amrani est décédé mardi 14 mai 2019 à l'âge de 78 ans. Alors que les comédiens fêtaient ce jour-là, la journée nationale du théâtre, l'information de son départ est tombée comme un couperet. L'homme de théâtre est parti en silence après un long combat contre la maladie.
Issu d'une famille conservatrice, Abdellah Amrani s'est toutefois laissé toujours guidé par sa passion jusqu'aux derniers jours de sa vie. À l'école, il dégageait un engouement et un intérêt pour le théâtre et la scène avant de rejoindre la troupe « Al amal » (espoir) avec Mohamed Hassan Al Joundi, Malika El Omari et d'autres comédiens. Très jeune, le fils prodige de Marrakech a fait ses premiers pas dans le domaine théâtral en intégrant en 1959, à l'âge de 18 ans, une école de recherches théâtrales où il apprit, après trois ans de formation, les grandes de leçons et bases du père des arts.
Il fit une entrée en force avec la troupe du « Théâtre national » créée en 1952 et constituait à l'époque une pépinière et une véritable école regroupant une belle brochette de comédiens et d'acteurs, entre autres Mohamed El Jem, Aziz Maouhoub, El-Hachmi Benamar, Nezha Regragui ou encore Malika El Ammari.
«Abdellah Amrani est parti lors de la journée nationale du théâtre. Un jour qui a pour nous une portée symbolique. Tout se passe comme s'il avait quelque chose à nous dire, un message à nous confier, implicitement bien entendu. Cet artiste a beaucoup donné à la scène nationale. Il a su jouer avec brio tous les personnages qu'il avait interprétés et les rôles qu'il avait incarnés avec beaucoup de profondeur et de professionnalisme», témoigne le dramaturge marrakchi, Abdeljabar Khoumrane sur le départ d'Amrani.
Le défunt, juge-t-il, distinguait avec beaucoup d'intelligence entre le jeu sur les planches, à la télévision et dans le cinéma. «Il n'acceptait pas de jouer dans n'importe quel spectacle. Il choisissait minutieusement ses rôles dans les pièces. Des rôles qui dégagent une sincérité inouïe et un travail professionnel sur tous les plans. C'est un modèle à suivre pour les jeunes artistes. C'est un nom qui s'est formé dans la troupe du « Théâtre national » et qui a marqué le théâtre national avec sa voix, sa posture, sa présence et son jeu hors pair», nous a confié Khoumrane.
Sa première apparition effective dans le théâtre s'est faite dans la pièce «le dernier chapitre» écrite par Aziz Seghrouchni et réalisée par le monstre sacré, Tayeb Saddiki. «Il était l'exemple de comédien qui ne passe pas inaperçu dans les travaux artistiques sans laisser son empreinte. Un homme qui avait des valeurs et qui aidait les jeunes. Parmi les personnages qui marqueront le public, le personnage d'Abû Hayyân al-Tawhîdî joué dans la pièce de Tayeb Seddiki », ajoute Abdeljabar Khoumrane. Après de longues années de travail rigoureux, le défunt a joué dans des pièces adaptées de Molière et de William Shakespeare. En 1969, il a décroché le Prix du meilleur acteur au 1er festival africain tenu en Algérie. Après un passage réussi dans le théâtre radiophonique, l'étoile d'Amrani a brillé dans les cieux du cinéma et de la télévision en jouant dans des films connus mondialement dont le long métrage «Lawrence d'Arabie» réalisé par David Lean, «Al Rissala» réalisé par Moustapha Akkad, «Zeft» de Tayeb Saddiki… Une carrière époustouflante…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.