L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dernier dîner de gala de Saddiki
Publié dans Les ECO le 03 - 04 - 2016

Monument du théâtre marocain et arabe, Tayeb Saddiki, qui s'est éteint le 5 février dernier, a fait l'objet d'un hommage qui lui a été rendu au théâtre Mohammed V de Rabat le mardi 29 mars. Sa pièce «Le dîner de gala» a été réadaptée par une jeune troupe, avec une mise en scène signée Ayoub El Aiassi et une interprétation pleine de fraîcheur par la jeune Selma Naguib.
Son œuvre était grande, aussi grande que lui! Tayeb Saddiki aura laissé une famille du théâtre orpheline, ce 5 février 2016. Un début d'année bien triste pour le Maroc ainsi que le monde du théâtre et du cinéma, mais metteurs en scène et artistes en général se le remémorent grâce à des hommages, à des réadaptations de son œuvre unique. C'est ce qui s'est passé ce mardi 29 mars au Théâtre Mohammed V de Rabat, où le metteur en scène Ayoub El Aiassi a réadapté la pièce du maestro qu'est Le dîner de gala.
C'est l'histoire de Ali Chater, metteur en scène et chef de troupe, qui organise un dîner de gala en recevant les spectres des grands auteurs du théâtre: Molière, Shakespeare, Badi' al-Zamān al-Hamadāni, Abû Hayyân al-Tawhîdî ... Il porte la cause d'un théâtre qui se voit subitement face à une décision de démolition, alors qu il est en plein devenir. Ali Chater et sa troupe ne veulent pas quitter les lieux après la dernière représentation donnée au théâtre municipal de Casablanca, qui fut réellement démoli en 1984, et dont Tayeb Sadiki fut pendant longtemps le directeur général.
Celui-ci a d'ailleurs été remplacé par un parking. «Avec beaucoup de dérision, mais aussi beaucoup de colère et de tristesse, il fait ressortir le sujet de manière subtile. Ali Chater est un personnage qui semble être touché dans son amour-propre, un personnage sensible mais qui, à la fois, ne veut pas laisser transparaître sa tristesse, et utilise donc la dérision pour souligner d'importants sujets de notre société qui lui tiennent à cœur. Dans cette pièce, le metteur en scène a voulu choisir une femme, pour conférer une fragilité et une sensibilité au personnage. Mais le personnage reste mystérieux quant à son identité», confie celle qui incarne le personnage, Selma Naguib. «Ni femme, ni homme, ce personnage reste mystérieux.
Il est défini par son rôle de metteur en scène uniquement. Feu Tayeb Sadiki, que je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de rencontrer -je l'aurais tant souhaité- représente pour moi un père et un précurseur du théâtre marocain et arabe de manière plus générale. C'était un génie passionné, un homme aux multiples facettes: calligraphe, écrivain, dramaturge, metteur en scène, comédien, etc.
Il a révolutionné la mise en scène du théâtre marocain en travaillant sur les formes pré-théâtrales marocaines. Il a réussi à créer une forme théâtrale singulière en faisant appel au patrimoine culturel marocain et arabe, ce qu'on retrouve typiquement dans la pièce «Al Harraz» par exemple», confie l'actrice qui en est à sa première expérience théâtrale, mais non des moindres! Lauréate d'une école de commerce et ayant fait un parcours dans l'aéronautique, Selma Naguib passait son temps à découvrir des pièces de théâtre à Paris, où elle a vécu pendant quelques années.
C'est là-bas qu'elle a décidé de faire des stages de théâtre, notamment au cours Florent, pour se perfectionner. De retour à Casablanca, elle prend des cours d'improvisation, parallèlement à une carrière professionnelle dans le département commercial d'une société proposant des produits destinés aux travaux publics. «Le théâtre pour moi est synonyme de magie, magie qu'on arrive à procurer au public. Un sentiment unique de liberté. Un plaisir à pouvoir changer de personnage, à pouvoir se transformer, à vivre dans la peau d'un autre personnage sur scène». La pièce, qui mêle musique et poésie, connaît la participation d'interprètes comme Moustapha Khallili, Farid Baka, Soufiane Guerraoui et Ayoub El Aiassi qui est à l'interprétation comme à la mise en scène, avec une scénographie signée Yasmine Bouaibi, sera en tournée dans tout le Maroc très prochainement...À découvrir !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.