Interpellation d'une trentenaire pour trafic de psychotropes à Casablanca    Coronavirus : une cellule de crise créée au sein du consulat général du Maroc à Vérone    Le Roi adresse un message de félicitations au Sultan de Brunei Darussalam    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dernier dîner de gala de Saddiki
Publié dans Les ECO le 03 - 04 - 2016

Monument du théâtre marocain et arabe, Tayeb Saddiki, qui s'est éteint le 5 février dernier, a fait l'objet d'un hommage qui lui a été rendu au théâtre Mohammed V de Rabat le mardi 29 mars. Sa pièce «Le dîner de gala» a été réadaptée par une jeune troupe, avec une mise en scène signée Ayoub El Aiassi et une interprétation pleine de fraîcheur par la jeune Selma Naguib.
Son œuvre était grande, aussi grande que lui! Tayeb Saddiki aura laissé une famille du théâtre orpheline, ce 5 février 2016. Un début d'année bien triste pour le Maroc ainsi que le monde du théâtre et du cinéma, mais metteurs en scène et artistes en général se le remémorent grâce à des hommages, à des réadaptations de son œuvre unique. C'est ce qui s'est passé ce mardi 29 mars au Théâtre Mohammed V de Rabat, où le metteur en scène Ayoub El Aiassi a réadapté la pièce du maestro qu'est Le dîner de gala.
C'est l'histoire de Ali Chater, metteur en scène et chef de troupe, qui organise un dîner de gala en recevant les spectres des grands auteurs du théâtre: Molière, Shakespeare, Badi' al-Zamān al-Hamadāni, Abû Hayyân al-Tawhîdî ... Il porte la cause d'un théâtre qui se voit subitement face à une décision de démolition, alors qu il est en plein devenir. Ali Chater et sa troupe ne veulent pas quitter les lieux après la dernière représentation donnée au théâtre municipal de Casablanca, qui fut réellement démoli en 1984, et dont Tayeb Sadiki fut pendant longtemps le directeur général.
Celui-ci a d'ailleurs été remplacé par un parking. «Avec beaucoup de dérision, mais aussi beaucoup de colère et de tristesse, il fait ressortir le sujet de manière subtile. Ali Chater est un personnage qui semble être touché dans son amour-propre, un personnage sensible mais qui, à la fois, ne veut pas laisser transparaître sa tristesse, et utilise donc la dérision pour souligner d'importants sujets de notre société qui lui tiennent à cœur. Dans cette pièce, le metteur en scène a voulu choisir une femme, pour conférer une fragilité et une sensibilité au personnage. Mais le personnage reste mystérieux quant à son identité», confie celle qui incarne le personnage, Selma Naguib. «Ni femme, ni homme, ce personnage reste mystérieux.
Il est défini par son rôle de metteur en scène uniquement. Feu Tayeb Sadiki, que je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de rencontrer -je l'aurais tant souhaité- représente pour moi un père et un précurseur du théâtre marocain et arabe de manière plus générale. C'était un génie passionné, un homme aux multiples facettes: calligraphe, écrivain, dramaturge, metteur en scène, comédien, etc.
Il a révolutionné la mise en scène du théâtre marocain en travaillant sur les formes pré-théâtrales marocaines. Il a réussi à créer une forme théâtrale singulière en faisant appel au patrimoine culturel marocain et arabe, ce qu'on retrouve typiquement dans la pièce «Al Harraz» par exemple», confie l'actrice qui en est à sa première expérience théâtrale, mais non des moindres! Lauréate d'une école de commerce et ayant fait un parcours dans l'aéronautique, Selma Naguib passait son temps à découvrir des pièces de théâtre à Paris, où elle a vécu pendant quelques années.
C'est là-bas qu'elle a décidé de faire des stages de théâtre, notamment au cours Florent, pour se perfectionner. De retour à Casablanca, elle prend des cours d'improvisation, parallèlement à une carrière professionnelle dans le département commercial d'une société proposant des produits destinés aux travaux publics. «Le théâtre pour moi est synonyme de magie, magie qu'on arrive à procurer au public. Un sentiment unique de liberté. Un plaisir à pouvoir changer de personnage, à pouvoir se transformer, à vivre dans la peau d'un autre personnage sur scène». La pièce, qui mêle musique et poésie, connaît la participation d'interprètes comme Moustapha Khallili, Farid Baka, Soufiane Guerraoui et Ayoub El Aiassi qui est à l'interprétation comme à la mise en scène, avec une scénographie signée Yasmine Bouaibi, sera en tournée dans tout le Maroc très prochainement...À découvrir !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.