La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Meknès. Arrestation d'une bande criminelle arrêtée pour cambriolages    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amina Rachid, La soldate des planches
Publié dans Albayane le 19 - 05 - 2019

Une femme exceptionnelle, originelle, spontanée et battante ! Amina Rachid, nom de scène qui lui a été donné par son époux, feu Abdellah Chekroun, est une pionnière du théâtre national. Son parcours artistique est long, mais inédit avec un répertoire colossal de plus de 60 pièces de théâtre jouées sur scène ou encore à la radio.
«La soldate des planches» a posé les premières pierres du théâtre marocain avec une poignée de femmes artistes braves et talentueuses qui ont défié les stéréotypes et les clichés de la société de l'époque. Elle est l'une des voix qui ont enrichi le répertoire de la RTM avec des œuvres écrites et orchestrées magistralement et soigneusement par son mari. Aux côtés d'Amina Rachid, il y avait Habiba Medkouri ou encore Fatima Benmeziane qui ont consacré toutes leurs vies à la création, au théâtre, à la télévision et au cinéma. C'était plus qu'une passion ! Très généreuse dans les rôles qu'elle incarnait et jouait avec beaucoup de professionnalisme, d'enthousiasme et d'énergie, la comédienne marquera à jamais l'imaginaire du public marocain par sa voix et son visage. Sa voix résonne dans l'esprit et habite l'oreille. Très posée, l'artiste fait son art par amour, engouement et engagement.
Le public a savouré sur les ondes de la radio la pièce théâtrale «Seif Ibn di Yazan» où Amina avait joué l'un des rôles les plus importants. Elle a franchi le domaine du théâtre où les grands noms comme Naïma Lamcharki, Nabil Lahlou, Abdelmajed Rechiche et d'autres bouillonnaient la scène artistique et mettaient du feu sur scène. La comédienne a pu se faire une place parmi les grands. Du théâtre, à la radio en passant par la télévision, puis le cinéma, Amina Rachid est l'exemple de l'artiste aux multiples talents et au parcours hors-norme.
Nombreux sont les œuvres et les travaux dans lesquels elle a travaillé notamment avec son mari, le dramaturge et écrivain, Abdellah Chakroun. Toutefois, il a fallu attendre 1975 pour que l'artiste s'aventure dans le domaine du 7e art, en jouant pour la première fois dans le long métrage du réalisateur Abdellah Mesbahi, «Demain, la Terre ne changera pas». D'autres rôles viendront des années plus tard. C'est en 1993 qu'elle incarne un beau rôle, très marquant d'ailleurs, «Lalla Hobbi» dans le film à succès de Mohamed Abderrahman Tazi, «A la recherche du mari de ma femme». Une œuvre cinématographique ayant marqué le cinéma national dont le public ne se lasse pas de regarder.
Après 4 ans environ, elle joue dans la suite de ce film «Lalla Hobbi» du même réalisateur. La carrière cinématographique d'Amina Rachid est riche, dense et singulière… par le fait que l'artiste ne se répète pas dans son jeu et ses rôles interprétés dans les films précédents. Elle s'inscrit dans une logique de dépassement et de défi afin de présenter le meilleur à son grand public. Elle a joué surtout dans les films comme «Brahim Yach» du réalisateur et comédien Nabil Lahlou, «La vie d'une rose» d'Abdelamajed Rechiche «La rue du Caire» d'Abdelkader Derkaoui, «Ruses de femmes» de Farida Belyazid et «Voleurs de rêves», «Destin de femmes», «Elle est diabétique et hypertendue et refuse de crever » de Hakim Noury. Son jeu, son visage, son langage, son charisme, sa posture et esprit cultivé font d'elle une artiste complète et unique. Santé et longue vie à cette grande dame de l'art et de la culture marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.