Tanger : Le CRI entame son service    Rabat: La commune n'arrive pas à adopter son projet de budget 2020    Plan d'épargne action: Les conseillers rectifient le tir    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    L'Otan adopte une déclaration finale    Réforme des retraites: Mobilisation massive en France    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amina Rachid, La soldate des planches
Publié dans Albayane le 19 - 05 - 2019

Une femme exceptionnelle, originelle, spontanée et battante ! Amina Rachid, nom de scène qui lui a été donné par son époux, feu Abdellah Chekroun, est une pionnière du théâtre national. Son parcours artistique est long, mais inédit avec un répertoire colossal de plus de 60 pièces de théâtre jouées sur scène ou encore à la radio.
«La soldate des planches» a posé les premières pierres du théâtre marocain avec une poignée de femmes artistes braves et talentueuses qui ont défié les stéréotypes et les clichés de la société de l'époque. Elle est l'une des voix qui ont enrichi le répertoire de la RTM avec des œuvres écrites et orchestrées magistralement et soigneusement par son mari. Aux côtés d'Amina Rachid, il y avait Habiba Medkouri ou encore Fatima Benmeziane qui ont consacré toutes leurs vies à la création, au théâtre, à la télévision et au cinéma. C'était plus qu'une passion ! Très généreuse dans les rôles qu'elle incarnait et jouait avec beaucoup de professionnalisme, d'enthousiasme et d'énergie, la comédienne marquera à jamais l'imaginaire du public marocain par sa voix et son visage. Sa voix résonne dans l'esprit et habite l'oreille. Très posée, l'artiste fait son art par amour, engouement et engagement.
Le public a savouré sur les ondes de la radio la pièce théâtrale «Seif Ibn di Yazan» où Amina avait joué l'un des rôles les plus importants. Elle a franchi le domaine du théâtre où les grands noms comme Naïma Lamcharki, Nabil Lahlou, Abdelmajed Rechiche et d'autres bouillonnaient la scène artistique et mettaient du feu sur scène. La comédienne a pu se faire une place parmi les grands. Du théâtre, à la radio en passant par la télévision, puis le cinéma, Amina Rachid est l'exemple de l'artiste aux multiples talents et au parcours hors-norme.
Nombreux sont les œuvres et les travaux dans lesquels elle a travaillé notamment avec son mari, le dramaturge et écrivain, Abdellah Chakroun. Toutefois, il a fallu attendre 1975 pour que l'artiste s'aventure dans le domaine du 7e art, en jouant pour la première fois dans le long métrage du réalisateur Abdellah Mesbahi, «Demain, la Terre ne changera pas». D'autres rôles viendront des années plus tard. C'est en 1993 qu'elle incarne un beau rôle, très marquant d'ailleurs, «Lalla Hobbi» dans le film à succès de Mohamed Abderrahman Tazi, «A la recherche du mari de ma femme». Une œuvre cinématographique ayant marqué le cinéma national dont le public ne se lasse pas de regarder.
Après 4 ans environ, elle joue dans la suite de ce film «Lalla Hobbi» du même réalisateur. La carrière cinématographique d'Amina Rachid est riche, dense et singulière… par le fait que l'artiste ne se répète pas dans son jeu et ses rôles interprétés dans les films précédents. Elle s'inscrit dans une logique de dépassement et de défi afin de présenter le meilleur à son grand public. Elle a joué surtout dans les films comme «Brahim Yach» du réalisateur et comédien Nabil Lahlou, «La vie d'une rose» d'Abdelamajed Rechiche «La rue du Caire» d'Abdelkader Derkaoui, «Ruses de femmes» de Farida Belyazid et «Voleurs de rêves», «Destin de femmes», «Elle est diabétique et hypertendue et refuse de crever » de Hakim Noury. Son jeu, son visage, son langage, son charisme, sa posture et esprit cultivé font d'elle une artiste complète et unique. Santé et longue vie à cette grande dame de l'art et de la culture marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.