Barrage sur le Nil: Vers un compromis    Des stars mondiales du surf se défient à Taghazout    Fin de saison pour Mahmoud Benhalib après un tacle meurtrier    Météo: les prévisions de ce mardi    Meknès: Arrestation d'une SDF pour enlèvement d'un nourrisson    La deuxième phase de «Jeunes des 2 rives» lancée à Agadir    Ingénierie gouvernementale. Quel bilan des 100 premiers jours ?    Les femmes mises au ban du développement    Tanger Med dresse un bilan satisfaisant de ses activités    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    La croissance du nombre de touristes internationaux a ralenti en 2019 à 4%    Bientôt une Cité des arts et de la culture pour Essaouira    A Meknès, des professionnels du tourisme pointent du doigt sur les maux du secteur    Redresser les rendements de leurs portefeuilles, un défi pour les institutionnels, dixit Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR    Analyse: Villes sans bidonvilles, ce gouffre financier !    Le Forum stratégique maroco-égyptien se félicite de l'ouverture de consulats généraux africains à Laâyoune et Dakhla    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    L'accord avec Pékin n'offre qu'un répit au secteur technologique américain    Libye: Accord international pour relancer les efforts de paix    Pour 2020, le FMI prédit une « reprise poussive » de la croissance mondiale    Conférence de Berlin sur la Libye : Le Maroc exprime son étonnement    Le financement de l'économie nationale au coeur d'un colloque à la Chambre des représentants    Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Insolite : Klinsmann épinglé    RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses    Les sales besognes de Larbi Naji    Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, horaires du tirage et tout ce qu'il faut savoir    Le MCO continue sur sa lancée    Le gotha du football africain sera à Salé le 1e février    Latifa Akharbach s'entretient à Rabat avec l'ambassadeur d'Australie au Maroc    Presse : Le gouvernement pense à fusionner papier et digital    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Divers    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Casablanca : Arrestation d'un «escroc en ligne»    Virus: Un troisième mort, l'épidémie s'étend en Chine et gagne la Corée du Sud    Boulemane: 1.300 bénéficiaires d'une caravane médicale    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Maroc-Chine: Deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Zina Daoudia vivement critiquée pour son ode au Prince Salmane d'Arabie Saoudite    Essaouira : Bayt Dakira, le symbole !    Festival Cas'Arts : Des stars et des hommages pour la 3ème édition    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Des milliers de binationaux en plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame
Publié dans Albayane le 20 - 05 - 2019

Figure emblématique du théâtre marocain, Abdelhak Zerouali constitue, à lui seul, une école et une référence en la matière. Depuis sa tendre enfance, à Fès, sa ville natale, le comédien a fait ses premiers pas sur scène en jouant le rôle du prince dans une pièce de théâtre intitulée «Fi Sabil Al Watan» d'Abdelkamel Bennis.
«C'est le théâtre qui est venu me chercher. Je suis venu à ce domaine par pur hasard. Je n'ai jamais étudié le théâtre. Mais, quand j'étais encore enfant, Bennis m'avait choisi en 1961 pour jouer un rôle dans la pièce ‘'Fi Sabil Al Watan'' qui a eu un franc succès dans la ville », nous confie, Abdelhak Zerouali. Ce dernier a eu en effet une belle expérience dans le théâtre amateur de 1961 jusqu'en 1976. Selon lui, le théâtre amateur était centré dans trois grandes villes, à savoir Marrakech, Casablanca et Fès, sans oublier bien entendu Meknès, Tétouan, Oujda qui connaissaient à l'époque des initiatives importantes.
A Fès, à la fin des années 50 et au début des années 60 jusqu'aux années 70, il y avait des figures de proue du théâtre marocain et arabe dont Zaki Alaoui, Mohamed El Kaghat…, confie-t-il. «Quand j'étais encore enfant, j'ai vu de grandes œuvres théâtrales comme Œdipe, ‘'chkoun Hares lberda'', ‘'3outayel'' et d'autres travaux qui n'ont pas été enregistrés. Cet amour pour le théâtre a continué jusqu'à présent», affirme-t-il. Pour Zerouali, l'écriture est un besoin vital, une passion mais aussi une exigence pour dégager et révéler sa vision du monde et des choses. De la presse alors à l'écriture dramatique, le comédien compte à son actif plus de 34 monodrames. Un chiffre record, explique-t-il. Car, selon lui, ceux qui ont fait le monodrame n'ont pas pu dépasser les 5 travaux sur le plan mondial. La plupart d'entre eux ont eu un sort parfois tragique.
Zerouali choisit soigneusement les titres de ses pièces de théâtre. Pour lui, le titre est un art indépendant. «Il faut être talentueux pour choisir les titres. Dans le journal dans lequel je travaillais, mes collègues me demandaient souvent de leur choisir des titres pour leurs articles. J'avais ce don. Mes œuvres de théâtre collectives ou individuelles sont au nombre de plus de 50. Et si je rassemblais tous les titres de mes pièces, je pourrais en faire un texte théâtral », fait-il savoir sur un ton comique.
En 1967, il lut « Majdouline » de Mustafa Lutfi al-Manfaluti qui lui plaisait et incarnait en quelque sorte sa vie personnelle. «Je l'ai appris par cœur, mot par mot et je l'ai présenté, solo sur scène, aux gens de ma ville à plusieurs occasions. Le public a apprécié ce travail et la pièce a eu de bons échos. A partir de cette expérience, je me suis lancé dans le monodrame», raconte-t-il. Pourtant, ce n'est pas évident de mener une histoire, des événements…tout seul sur scène. «Les gens croyaient que je joue seul sur scène, mais, moi, j'ai l'impression que la scène est peuplée et meublée de personnages, d'événements, de temps et d'espaces. Je me sens écrasé à chaque fois par les événements et les états d'âmes que je vivais», précise Zerouali.
Zerouali et bien d'autres acteurs culturels ont œuvré pour la création d'un théâtre professionnel et de qualité basé sur la formation solide. «J'ai été un élément important dans la création de l'ISADAC en 1983, année où j'étais au cabinet du Ministère de la Culture. On avait travaillé sur ce projet dans le but de faire évoluer et avancer les choses dans le bon sens», a t-il souligné. Or, la nouvelle génération souffre, affirme-t-il, du complexe de tuer le père. «Il faudrait que cette génération prenne son temps pour créer sa propre expérience et ne pas se laisser tromper par les fausses lumières séduisantes de l'argent. La sincérité, la profondeur, le respect du goût et de l'intelligence des gens sont ainsi les clés de la réussite», a-t-il indiqué. Et d'ajouter : «dans nos débuts, on avait souffert. Il n'y avait pas de salles, ni de soutien, sans oublier toutes ces guerres menées sans merci pour y arriver». Abdelhak Zerouali a dédié sa vie aux planches et à l'écriture qui poétise la vie et le quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.