Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Elle fait l'actu : Marwah Rizqy, députée canadienne d'origine marocaine    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Ouverture à Paris d'une Réunion de haut niveau Maroc-OCDE    El Othmani annonce un nouveau mécanisme de financement des projets d'investissement    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : «Près de 320.000 nouveaux fichiers malveillants découverts chaque jour par nos équipes»    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Conférence économique à Bahreïn en faveur des Palestiniens, qui la boycottent    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    SECRETARIAT D'ETAT CHARGE DU DEVELOPPEMENT DURABLE : VOICI CE QU'A RELEVE LE RAPPORT NATIONAL RELATIF À LA QUALITE HYGIENIQUE DES PLAGES MAROCAINES POUR 2019 : ETAT D' URGENCE ET RECOMMANDATIONS    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame
Publié dans Albayane le 20 - 05 - 2019

Figure emblématique du théâtre marocain, Abdelhak Zerouali constitue, à lui seul, une école et une référence en la matière. Depuis sa tendre enfance, à Fès, sa ville natale, le comédien a fait ses premiers pas sur scène en jouant le rôle du prince dans une pièce de théâtre intitulée «Fi Sabil Al Watan» d'Abdelkamel Bennis.
«C'est le théâtre qui est venu me chercher. Je suis venu à ce domaine par pur hasard. Je n'ai jamais étudié le théâtre. Mais, quand j'étais encore enfant, Bennis m'avait choisi en 1961 pour jouer un rôle dans la pièce ‘'Fi Sabil Al Watan'' qui a eu un franc succès dans la ville », nous confie, Abdelhak Zerouali. Ce dernier a eu en effet une belle expérience dans le théâtre amateur de 1961 jusqu'en 1976. Selon lui, le théâtre amateur était centré dans trois grandes villes, à savoir Marrakech, Casablanca et Fès, sans oublier bien entendu Meknès, Tétouan, Oujda qui connaissaient à l'époque des initiatives importantes.
A Fès, à la fin des années 50 et au début des années 60 jusqu'aux années 70, il y avait des figures de proue du théâtre marocain et arabe dont Zaki Alaoui, Mohamed El Kaghat…, confie-t-il. «Quand j'étais encore enfant, j'ai vu de grandes œuvres théâtrales comme Œdipe, ‘'chkoun Hares lberda'', ‘'3outayel'' et d'autres travaux qui n'ont pas été enregistrés. Cet amour pour le théâtre a continué jusqu'à présent», affirme-t-il. Pour Zerouali, l'écriture est un besoin vital, une passion mais aussi une exigence pour dégager et révéler sa vision du monde et des choses. De la presse alors à l'écriture dramatique, le comédien compte à son actif plus de 34 monodrames. Un chiffre record, explique-t-il. Car, selon lui, ceux qui ont fait le monodrame n'ont pas pu dépasser les 5 travaux sur le plan mondial. La plupart d'entre eux ont eu un sort parfois tragique.
Zerouali choisit soigneusement les titres de ses pièces de théâtre. Pour lui, le titre est un art indépendant. «Il faut être talentueux pour choisir les titres. Dans le journal dans lequel je travaillais, mes collègues me demandaient souvent de leur choisir des titres pour leurs articles. J'avais ce don. Mes œuvres de théâtre collectives ou individuelles sont au nombre de plus de 50. Et si je rassemblais tous les titres de mes pièces, je pourrais en faire un texte théâtral », fait-il savoir sur un ton comique.
En 1967, il lut « Majdouline » de Mustafa Lutfi al-Manfaluti qui lui plaisait et incarnait en quelque sorte sa vie personnelle. «Je l'ai appris par cœur, mot par mot et je l'ai présenté, solo sur scène, aux gens de ma ville à plusieurs occasions. Le public a apprécié ce travail et la pièce a eu de bons échos. A partir de cette expérience, je me suis lancé dans le monodrame», raconte-t-il. Pourtant, ce n'est pas évident de mener une histoire, des événements…tout seul sur scène. «Les gens croyaient que je joue seul sur scène, mais, moi, j'ai l'impression que la scène est peuplée et meublée de personnages, d'événements, de temps et d'espaces. Je me sens écrasé à chaque fois par les événements et les états d'âmes que je vivais», précise Zerouali.
Zerouali et bien d'autres acteurs culturels ont œuvré pour la création d'un théâtre professionnel et de qualité basé sur la formation solide. «J'ai été un élément important dans la création de l'ISADAC en 1983, année où j'étais au cabinet du Ministère de la Culture. On avait travaillé sur ce projet dans le but de faire évoluer et avancer les choses dans le bon sens», a t-il souligné. Or, la nouvelle génération souffre, affirme-t-il, du complexe de tuer le père. «Il faudrait que cette génération prenne son temps pour créer sa propre expérience et ne pas se laisser tromper par les fausses lumières séduisantes de l'argent. La sincérité, la profondeur, le respect du goût et de l'intelligence des gens sont ainsi les clés de la réussite», a-t-il indiqué. Et d'ajouter : «dans nos débuts, on avait souffert. Il n'y avait pas de salles, ni de soutien, sans oublier toutes ces guerres menées sans merci pour y arriver». Abdelhak Zerouali a dédié sa vie aux planches et à l'écriture qui poétise la vie et le quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.