La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Meknès. Arrestation d'une bande criminelle arrêtée pour cambriolages    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

A quoi ressemblerait le théâtre marocain si Aïd Mouhoub n'avait pas existé? Les planches auraient été certainement sombres et ennuyeuses. Pourtant, ce grand comédien, au parcours exceptionnel, qui nous a quittés il y a 8 ans à l'âge de 81 ans, est tombé dans les oubliettes… malheureusement.
Mouhoub était l'une des figures de proue ayant préparé le terrain pour une nouvelle génération d'artistes et de comédiens. Il a, avec une poignée d'artistes, œuvré pendant des décennies en silence et dans l'ombre pour une scène artistique créative et engagée.
C'est en 1930 à Casablanca, que le comédien est né. La ville connaissait à l'époque des mutations sur tous les plans y compris artistique. A vrai dire, faire du théâtre à ce moment était une véritable aventure à risque. Rien n'était garanti… mais la passion guidait les gens. Dès son jeune âge, Aïd fit son choix: devenir un célèbre comédien.
Pour ce faire, il lui fallut d'abord achever ses études primaires, découvrir un peu la vie et ses contraintes en fréquentant une société où il avait exercé le métier de menuisier avant de se jeter dans les bras de son premier amour : le théâtre. Dans ses débuts, il fréquenta les troupes de «théâtre d'art espagnol» avant d'entamer une carrière professionnelle au sein de la troupe de théâtre «Noujoum Al Atlas» qui était sous la direction du dramaturge et acteur, Mohamed Hassan Al Joundi.
Le comédien, guidé par sa passion, parvint à se faire une place non seulement dans la troupe, mais aussi dans le paysage artistique et le théâtral national. La quête de soi et de son propre style le poussèrent à chercher d'autres expériences artistiques plus riches et épanouies. Ce n'était qu'une question de temps. Après quelques années, Aïd fit un beau passage à la «maison de théâtre». Une période fleurissante où l'acteur entra par la grande porte dans le professionnalisme.
Le théâtre avait vu ainsi naître l'un de ses enfants prodiges et artistes talentueux qui maîtrisait parfaitement ses rôles. Dans les années 60, le comédien tenta le petit écran. Il n'était pas le seul à participer aux productions télévisuelles à cette époque. Car, un bon nombre d'acteurs et de comédiens de sa génération participaient à ces productions. C'était un peu la tendance du temps.
Une passion pour le cinéma…
Les lumières et les projecteurs du cinéma séduisaient les comédiens et les artistes de l'époque. Des années plus tard, des cinéastes sollicitaient Aïd pour des rôles. C'était une occasion à ne pas rater. Mais, en contrepartie, l'artiste était prudent dans le choix de ses rôles et ses personnages qu'il incarnait dans les films. L'image comptait beaucoup pour lui. Son talent s'est confirmé au fil du temps sur la scène artistique et cinématographique. Fidèle aux planches, Mouhoub retourna aux origines, au théâtre où il avait fait ses premiers pas, pour se lancer dans la réalisation en travaillant sur plusieurs projets pour la troupe de théâtre «El Wafaâ» de Marrakech.
Un parcours qui défie l'amnésie
Le public des années 80 se souviendra de la pièce à succès «Le mariage d'Abderraouf» qu'il avait mise en scène pour le comédien, Abderrahim Tounsi, alias Abderraouf. Une pièce qui a fait rire aux éclats les Marocains. Après ce succès, le comédien commença à jouer dans des films marocains. Son premier rôle était dans le long métrage de Hakim Nouri «Le marteau et l'enclume» qui lui valut le Prix de la meilleure interprétation masculine au 3e Festival du film national de Meknès en 1991. En revanche, malgré tous ces succès et consécrations dans le 7e art, le théâtre circulait dans ses veines. Mouhoub était de retour encore une autre fois sur les planches pour jouer des rôles dans les pièces «Abbas et Belkas à Las Vegas» et «Attahouna».
L'artiste consacra et sacrifia sa vie à l'art et la création et aux rôles joués dans le théâtre, la télévision en passant par le cinéma. Il a laissé une marque indélébile dans le monde théâtral qui défie l'amnésie et l'oubli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.