Hakima El Atrassi à cœur ouvert    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Eurafric Information renouvelle sa certification ISO 27001    Hamid Ahaddad quittera le Zamalek l'été prochain    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

A quoi ressemblerait le théâtre marocain si Aïd Mouhoub n'avait pas existé? Les planches auraient été certainement sombres et ennuyeuses. Pourtant, ce grand comédien, au parcours exceptionnel, qui nous a quittés il y a 8 ans à l'âge de 81 ans, est tombé dans les oubliettes… malheureusement.
Mouhoub était l'une des figures de proue ayant préparé le terrain pour une nouvelle génération d'artistes et de comédiens. Il a, avec une poignée d'artistes, œuvré pendant des décennies en silence et dans l'ombre pour une scène artistique créative et engagée.
C'est en 1930 à Casablanca, que le comédien est né. La ville connaissait à l'époque des mutations sur tous les plans y compris artistique. A vrai dire, faire du théâtre à ce moment était une véritable aventure à risque. Rien n'était garanti… mais la passion guidait les gens. Dès son jeune âge, Aïd fit son choix: devenir un célèbre comédien.
Pour ce faire, il lui fallut d'abord achever ses études primaires, découvrir un peu la vie et ses contraintes en fréquentant une société où il avait exercé le métier de menuisier avant de se jeter dans les bras de son premier amour : le théâtre. Dans ses débuts, il fréquenta les troupes de «théâtre d'art espagnol» avant d'entamer une carrière professionnelle au sein de la troupe de théâtre «Noujoum Al Atlas» qui était sous la direction du dramaturge et acteur, Mohamed Hassan Al Joundi.
Le comédien, guidé par sa passion, parvint à se faire une place non seulement dans la troupe, mais aussi dans le paysage artistique et le théâtral national. La quête de soi et de son propre style le poussèrent à chercher d'autres expériences artistiques plus riches et épanouies. Ce n'était qu'une question de temps. Après quelques années, Aïd fit un beau passage à la «maison de théâtre». Une période fleurissante où l'acteur entra par la grande porte dans le professionnalisme.
Le théâtre avait vu ainsi naître l'un de ses enfants prodiges et artistes talentueux qui maîtrisait parfaitement ses rôles. Dans les années 60, le comédien tenta le petit écran. Il n'était pas le seul à participer aux productions télévisuelles à cette époque. Car, un bon nombre d'acteurs et de comédiens de sa génération participaient à ces productions. C'était un peu la tendance du temps.
Une passion pour le cinéma…
Les lumières et les projecteurs du cinéma séduisaient les comédiens et les artistes de l'époque. Des années plus tard, des cinéastes sollicitaient Aïd pour des rôles. C'était une occasion à ne pas rater. Mais, en contrepartie, l'artiste était prudent dans le choix de ses rôles et ses personnages qu'il incarnait dans les films. L'image comptait beaucoup pour lui. Son talent s'est confirmé au fil du temps sur la scène artistique et cinématographique. Fidèle aux planches, Mouhoub retourna aux origines, au théâtre où il avait fait ses premiers pas, pour se lancer dans la réalisation en travaillant sur plusieurs projets pour la troupe de théâtre «El Wafaâ» de Marrakech.
Un parcours qui défie l'amnésie
Le public des années 80 se souviendra de la pièce à succès «Le mariage d'Abderraouf» qu'il avait mise en scène pour le comédien, Abderrahim Tounsi, alias Abderraouf. Une pièce qui a fait rire aux éclats les Marocains. Après ce succès, le comédien commença à jouer dans des films marocains. Son premier rôle était dans le long métrage de Hakim Nouri «Le marteau et l'enclume» qui lui valut le Prix de la meilleure interprétation masculine au 3e Festival du film national de Meknès en 1991. En revanche, malgré tous ces succès et consécrations dans le 7e art, le théâtre circulait dans ses veines. Mouhoub était de retour encore une autre fois sur les planches pour jouer des rôles dans les pièces «Abbas et Belkas à Las Vegas» et «Attahouna».
L'artiste consacra et sacrifia sa vie à l'art et la création et aux rôles joués dans le théâtre, la télévision en passant par le cinéma. Il a laissé une marque indélébile dans le monde théâtral qui défie l'amnésie et l'oubli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.