« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques
Publié dans Albayane le 26 - 06 - 2019

Un beau spectacle. Abd Al Malik a brillé de mille feux sur scène du Théâtre National Mohammed V. En effet, les fidèles du Festival Mawazine-Rythmes du Monde n'ont pas manqué le rendez-vous le lundi 24 juin à Rabat pour assister à l'une des belles voix poétiques du rap français.
Par ailleurs, le chanteur mêlant la parole poétique avec le rythme et les danses chorégraphiques des danseurs a mis du feu sur les planches. De son vrai nom Régis Fayette-Mikano, Abd Al Malik, son nom de scène, a vu le jour le 14 mars 1975 à Paris. Il est à la fois chanteur, auteur-compositeur-interprète, écrivain et réalisateur, Abd Al Malik est venu faire entendre la voix de la paix, du vivre ensemble et de la tolérance par le bais de la musique, de la force de la parole et du rythme.
Fasciné et séduit depuis toujours par la poésie, par l'univers spirituel et soufi, le chanteur surfe et puise dans de différents styles musicaux à savoir le Jazz, le Rap, le Slam et d'autres rythmes et mélodies formant son propre univers artistique. Par ailleurs, le chanteur a préféré d'ouvrir le bal de la soirée avec le titre «Le Jeune noir à l'épée» avant d'interpréter ses classiques à savoir «Gibraltar» et «Les autres».
Ceux qui connaissent le style du chanteur, le texte est une composante essentielle dans sa musique, dont ses références musicales en témoignent. On peut citer dans ce cadre le fameux chanteur Jacques Brel dont il reprend le tire «Ces gens-là» ou encore Claude Nougaro dans «Paris Mai» et «Le Faqir». Infatigable sur scène, le rappeur accompagné de quatre danseurs a présenté aux mélomanes et aux amoureux de sa musique un show électrique de plus d'une heure mêlant les styles du hip-hop et de jazz où la puissance du verbe est cofondée avec les rythmes et les danses. Une aubine.
Abd Al Malik compte à son actif plusieurs albums dont ‘'Le Face à face des cœurs'' sorti en 2004, le célèbre «Gibraltar» sorti en 2006 et qui a eu la Victoire de la musique dans la catégorie «Musiques urbaines», ‘'Dante'' en 2008, ‘'Château Rouge'' en 2010 et ‘'Scarifications'' en 2015. De la musique à l'écriture, Abd al Malik est une plume prolifique. En 2005, il sort son ouvrage intitulé Qu'Allah bénisse la France, en 2009, il publie ‘'La guerre des banlieues n'aura pas lieu'', Le Cherche midi (2009) et Camus ‘' l'art de la révolte'' en 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.