Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Un communiqué riche en enseignements    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Al-Omrane: reprise progressif des chantiers à l'échelle régionale    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eviter la frustration des citoyens d'Aghroud!
Publié dans Albayane le 17 - 07 - 2019

Une scène poignante dont l'héroïne était une gamine vociférant en sanglots le malheur de toute une zone, avait ému de bout en bout, l'opinion publique régionale. C'était lors d'un sit-in observé récemment par les populations de ces patelins du littoral nord d'Agadir, à quelques cinquante kilomètres.
On reviendra alors sur cette problématique chronique de l'expropriation des terrains destinés par l'Etat aux projets à utilité publique. Lors d'un précédent papier, on avait soulevé le problème du même cas de plus de 500 hectares de terrains à la localité d'Aghroud, située dans la commune rurale de Tamri, relevant de la préfecture d'Agadir Ida Outanane.
En effet, depuis 1976, la Société Nationale de l'Aménagement de la Baie d'Agadir (SONABA) a procédé, inopinément et discrètement, à la privation de ces douars de familles déshéritées de leurs biens fonciers qui leur revenaient de droit, depuis des siècles et dont les sceaux des anciens sultans sont encore apposés sur leurs documents de propriété. Sous prétexte que cette opération promulguée en dahir au bulletin officiel 1.76.393 du 21 juin1976, sur proposition des ministres de l'Intérieur et du tourisme, était dictée par l'intérêt public général, présumé être destiné à mettre en valeur le littoral nord aux sites attractifs.
Or, depuis plus de 40 ans, ces superficies «confisquées» n'ont jamais été valorisées, alors que les propriétaires non indemnisés, jusqu'ici, crient scandale, devant cette supercherie qui ne dit pas son nom. Indignés et révoltés par cette injustice, les ayants droit montent toujours au créneau, en se constituant en association pour restituer leurs lots spoliés, depuis des décennies, sans procédure légale d'immatriculation par la SONABA, transformée actuellement en Société Matocaone de l'Ingénierie Touristique (SMIT) dont l'autonomie décisionnelle relève maintenant des services centraux.
Parmi les victimes, des propriétaires des Marocains Résidents à l'Etranger ont déjà manifesté leur mécontentement aux côtés des propriétaires usurpés, rassemblés, tous, dans l'association mondiale des résidents étrangers propriétaires d'Aghroud pour le développement et la coopération. Leur voix s'élève également contre cette machination et réclament, en compagnie de leurs collègues, le rétablissement de ce dossier. Après s'être manifesté sur place, à maintes reprises, ils prennent part à d'autres manifestations afin de faire valoir leurs droits légitimes.
Outre ces mouvements de protestation, les propriétaires avaient tenu des rencontres avec les responsables sans que certains ne prennent la peine d'y assister, notamment le département du tourisme et autres qui brillent par leur absence. Des réunions de concertation ont eu lieu, pour poursuivre les consultations en vue de trouver des solutions à cette situation dramatique qui risque de dégénérer. Il convient aussi de souligner que la localité de Tamaouenza, se trouvant dans le territoire de la commune rurale d'Aourir à une dizaine de kilomètres d'Agadir, avait connu également le même sort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.