BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Tarfaya: Mise en échec d'une tentative de migration clandestine    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Avoirs et liquidités détenus à l'étranger : Le délai des déclarations prorogé au 31 décembre 2020    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Edito : Les vraies urgences    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    Maroc: les ministres prennent leurs vacances    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    Le président du Haut conseil d'Etat libyen reçu par le chef de la diplomatie marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…
Publié dans Albayane le 17 - 09 - 2019

«Allons-nous porter ce fardeau seuls ? Si nous ne recevons pas le soutien nécessaire pour partager le fardeau des réfugiés avec l'Union européenne et le reste du monde, nous allons ouvrir nos frontières».
C'est, en ces termes, qu'en redoutant l'arrivée massive de réfugiés syriens sur le territoire turc en provenance de la province d'Idlib, le dernier bastion de la rébellion syrienne qui fait face actuellement à une grande offensive de la part des forces du régime et de son allié russe et alors que quelques 500.000 réfugiés syriens sont massés dans des camps de fortune le long de la frontière turque, le président Recep Tayyip Erdogan, s'était adressé le 8 Septembre dernier à l'Union Européenne, lors d'une réunion de son parti, AKP (Parti de la Justice et du Développement, Islamo-Conservateur), en menaçant de laisser les 3,6 millions de réfugiés syriens héberges actuellement en Turquie entrer en Europe pour y demander l'asile.
Cette déclaration coïnciderait, selon «Valeur Actuelle», «avec l'arrivée, la semaine dernière, de 13 embarcations de fortune ayant débarqué, en quelques heures, plus de 540 migrants sur l'île (grecque) de Lesbos» qui, de par sa position géographique, se trouve en première ligne pour gérer les réfugiés transitant par la Turquie.
Pour rappel, au plus fort de la «crise des migrants» en Novembre 2015, Ankara avait conclu avec l'UE un accord visant à réduire le trafic d'êtres humains et à prévenir les naufrages en mer Egée. Aux termes de cet accord, en contrepartie d'une aide financière évaluée à 6 milliards d'euros – dont Erdogan affirme n'avoir reçu, à ce jour, que la moitié alors même que ses partenaires européens déclarent lui avoir déjà avancé 5,6 milliards d'euros. La Turquie s'était engagée à renforcer les contrôles à ses frontières avec l'Europe afin d'empêcher les migrants, en provenance de Syrie notamment, d'accéder aux pays de l'UE.
Or, les fonds versés à la Turquie par l'UE se sont révélés bien en-deçà du prix à payer par Erdogan pour pouvoir accorder l'asile à un aussi grand nombre de réfugiés syriens tout en se «permettant» de se mettre à dos sa propre population.
Raison pour laquelle ce dernier se trouve contraint de se tourner vers les Etats-Unis qu'ils mettent en place la fameuse «zone de sécurité» large d'une trentaine de kilomètres que le Président Trump avait cherché, en 2016, à établir au nord-ouest de la Syrie et sous le contrôle d'Ankara pour lui permettre d'y réinstaller au moins le tiers des réfugiés syriens hébergés par la Turquie.
Mais, les propos tenus par le président turc inquiètent les pays européens qui, en s'appuyant toujours sur l'accord précité, entendent contenir le flux de migrants à destination du vieux continent. Aussi, pour calmer le jeu, la chancelière allemande Angela Merkel s'est adressée, ce mercredi par téléphone à son homologue turc pour lui demander de surseoir à l'exécution de sa menace, pendant que Heiko Mass, le ministre allemand des Affaires étrangères, a rappelé au chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusogu, que l'Union Européenne respecterait ses engagements.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan va-t-il mettre ses menaces à exécution et ouvrir les portes de l'Europe aux réfugiés syriens au grand dam des pays de l'UE ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.