Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Conformité fiscale/Personnes physiques : un cadre légal spécifique est en vue    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Conjoncture favorable pour le textile    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Une belle leçon des joueurs botolistes    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Au-delà d'une LDF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Belle distinction de Yasser Daho    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…
Publié dans Albayane le 17 - 09 - 2019

«Allons-nous porter ce fardeau seuls ? Si nous ne recevons pas le soutien nécessaire pour partager le fardeau des réfugiés avec l'Union européenne et le reste du monde, nous allons ouvrir nos frontières».
C'est, en ces termes, qu'en redoutant l'arrivée massive de réfugiés syriens sur le territoire turc en provenance de la province d'Idlib, le dernier bastion de la rébellion syrienne qui fait face actuellement à une grande offensive de la part des forces du régime et de son allié russe et alors que quelques 500.000 réfugiés syriens sont massés dans des camps de fortune le long de la frontière turque, le président Recep Tayyip Erdogan, s'était adressé le 8 Septembre dernier à l'Union Européenne, lors d'une réunion de son parti, AKP (Parti de la Justice et du Développement, Islamo-Conservateur), en menaçant de laisser les 3,6 millions de réfugiés syriens héberges actuellement en Turquie entrer en Europe pour y demander l'asile.
Cette déclaration coïnciderait, selon «Valeur Actuelle», «avec l'arrivée, la semaine dernière, de 13 embarcations de fortune ayant débarqué, en quelques heures, plus de 540 migrants sur l'île (grecque) de Lesbos» qui, de par sa position géographique, se trouve en première ligne pour gérer les réfugiés transitant par la Turquie.
Pour rappel, au plus fort de la «crise des migrants» en Novembre 2015, Ankara avait conclu avec l'UE un accord visant à réduire le trafic d'êtres humains et à prévenir les naufrages en mer Egée. Aux termes de cet accord, en contrepartie d'une aide financière évaluée à 6 milliards d'euros – dont Erdogan affirme n'avoir reçu, à ce jour, que la moitié alors même que ses partenaires européens déclarent lui avoir déjà avancé 5,6 milliards d'euros. La Turquie s'était engagée à renforcer les contrôles à ses frontières avec l'Europe afin d'empêcher les migrants, en provenance de Syrie notamment, d'accéder aux pays de l'UE.
Or, les fonds versés à la Turquie par l'UE se sont révélés bien en-deçà du prix à payer par Erdogan pour pouvoir accorder l'asile à un aussi grand nombre de réfugiés syriens tout en se «permettant» de se mettre à dos sa propre population.
Raison pour laquelle ce dernier se trouve contraint de se tourner vers les Etats-Unis qu'ils mettent en place la fameuse «zone de sécurité» large d'une trentaine de kilomètres que le Président Trump avait cherché, en 2016, à établir au nord-ouest de la Syrie et sous le contrôle d'Ankara pour lui permettre d'y réinstaller au moins le tiers des réfugiés syriens hébergés par la Turquie.
Mais, les propos tenus par le président turc inquiètent les pays européens qui, en s'appuyant toujours sur l'accord précité, entendent contenir le flux de migrants à destination du vieux continent. Aussi, pour calmer le jeu, la chancelière allemande Angela Merkel s'est adressée, ce mercredi par téléphone à son homologue turc pour lui demander de surseoir à l'exécution de sa menace, pendant que Heiko Mass, le ministre allemand des Affaires étrangères, a rappelé au chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusogu, que l'Union Européenne respecterait ses engagements.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan va-t-il mettre ses menaces à exécution et ouvrir les portes de l'Europe aux réfugiés syriens au grand dam des pays de l'UE ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.