Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance et Gouvernance!
Publié dans Albayane le 18 - 09 - 2019

La CGEM tient actuellement son université d'été en vue de contribuer aussi à l'élaboration du nouveau modèle de développement auquel les différentes de l'élite nationale tente de mettre l'édifice propre à sa vision.
Pour ce faire, l'instance du patronat marocain y convie des intervenants du monde des affaires, de divers horizons dont le CESE. A la veille de la mise en place de la commission chargée de cette ébauche, annoncée par le Souverain, lors de son récent discours, on s'attelle, tambours battants à mettre les bouchées doubles pour ce chantier, de plus en plus urgentissime.
Tout le monde, de la plus Haute Autorité au plus bas de l'échelle sociétal, s'accorde à révéler que le présent système, aussi suranné, caduc qu'obsolète, est à bout de force. De même, on convient à désoler la situation chaotique dans laquelle s'ébat le royaume, en dépit de son potentiel cyclopéen.
Au bout de deux décennies de règne dont on avait cependant, encensé les performances à plus d'un titre, on s'est donc rendu compte que notre pays n'en est point au bout du tunnel. Sans se montrer nullement nihiliste ni renégat face aux réalisations acquise, en si peu de temps d'ailleurs, on ne saurait non plus, se retenir devant les cruelles défections qu'on s'est essuyées, tout au long de cette période.
Fallait-il demeurer les mains croisées, à l'égard de cette déroute qui ronge, au quotidien la nation, en particulier ses larges couches déshéritées ? Depuis des lustres, le Maroc a toujours su sortir indemne de ses bourbiers les plus fangeux de son histoire. Il saura, sans doute, réitérer ses exploits qui ont fait de lui, à jamais, «une Nation d'exception».
Au-delà des personnes qui ne font, en fin de compte, que mettre en œuvre une stratégie alternative et conforme aux attentes actuelles, notre pays est en quête d'une forte croissance qui soit synonyme de justice sociale, d'égalité de chance et démise en valeur des aptitudes de l'individu, dans une société harmonieuse et solidaire. Par où commencer pour être au diapason de paradigmes escomptés ? C'est la question que l'on pourrait se poser en pareille situation critique.
Le plus judicieux c'est d'y aller en chantiers simultanés, en centrant tout l'effort sur le capital humain, aux niveaux des besoins de base, à savoir l'éducation, la santé, l'emploi…Tout en optimisant la notion de gouvernance et de capitalisation des ressources, il est impératif de mettre un terme aux vices de la dépravation, de la rente, de l'impunité, de la corruption…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.