Commande publique : une réponse urgente à la pandémie du coronavirus    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Il est temps de passer au dépistage massif    600.000 utilisateurs par jour de la plateforme TelmidTICE    Le bilan de l'épidémie de coronavirus au Maroc à 18h00 : 70 cas et 26 rémissions en 24 heures    Coronavirus : Cash Plus démarre le versement des aides sociales le 6 avril    Le ministère chargé des MRE prend en charge les obsèques des défunts démunis    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Cadavres des Marocains décédés à l'étranger : Le ministère délégué prend en charge les frais d'inhumation    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Total Maroc plutôt pessimiste pour 2020    Rapatriement des corps de défunts pour être inhumés au Maroc : L'Ambassade du Maroc en France apporte des précisions    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Salama : Une opération pour prémunir les vulnérables contre le Covid-19    Des cellules de communication à la disposition des personnes autistes    Surpression des examens du bac : Pas de décision prise, mais le ministère travaille sur plusieurs scénarios    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Patrick Lowie: Autoportrait onirique    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Coronavirus : la banque mondiale débloque 160 milliards de dollars pour combattre la pandémie    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Edito : Bonne gestion    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    L'économie marocaine à l'épreuve d'un choc inédit    Rummenigge : La crise va stopper l'inflation malsaine dans le foot    Trois inventions des étudiants de l'EMSI pour lutter contre le coronavirus    Une amende pour Boateng après avoir quitté Munich sans autorisation    Des communes d'El Jadida mettent la main à la pâte    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Le dernier délai pour renouveler l'assurance automobile fixé au 30 avril    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Léa Seydoux : Pour moi, un héros ça pardonne    Un sosie d'Elvis donne un concert depuis sa fenêtre    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Coronavirus : Décès à Paris du musicien marocain Marcel Botbol    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…
Publié dans Albayane le 20 - 09 - 2019

Après plusieurs semaines d'intenses négociations et près de cinq mois après les élections du 28 Avril dernier, un communiqué de la Maison Royale a annoncé, ce mardi, que le roi Felipe VI d'Espagne, constatant l'incapacité des différentes formations politiques à se mettre d'accord pour former un nouveau gouvernement étant donné qu'aucun des candidats ne dispose des «appuis nécessaires pour que la chambre des députés lui octroie sa confiance», a considéré que la seule solution reste l'organisation d'élections législatives anticipées.
Pour justifier l'échec des négociations, en dépit du fait que ce lundi le parti libéral Ciudadanos avait surpris tout le monde en lui accordant son soutien, le socialiste Pedro Sanchez, président du gouvernement par intérim qui avait remporté les précédentes élections sans, toutefois, obtenir de majorité absolue les 28,5% des voix obtenues ne lui ayant attribué que 123 sièges sur 350 a déclaré, dans la soirée: «J'ai voulu un gouvernement , pas n'importe quel gouvernement, qui soit modéré, cohérent (et qui) ne naisse pas divisé et ne dépende pas des forces indépendantistes (…). J'ai essayé par tous les moyens mais ils m'ont rendu la tâche impossible».
Ses adversaires l'avaient, pourtant dès le départ, accusé de chercher la tenue de nouvelles élections.
Etant donc les quatrièmes de ces quatre dernières années, les prochaines élections législatives qui auront lieu le 10 Novembre prochain après la dissolution du Parlement qui interviendra, au plus tard le 23 Septembre, sont la preuve de la grave crise institutionnelle qui paralyse l'Espagne depuis l'irruption sur la scène politique du pays de ces nouvelles formations que sont Podemos (gauche radicale), Ciudadanos (libéral) et Vox (extrême-droite); le tout sur fond de crise économique, scandales de corruption et montée de l'indépendantisme en Catalogne.
Mais, le message ainsi adressé aux électeurs leur signifiant clairement que leur vote a été inutile et qu'ils doivent reprendre le chemin des urnes, il y a fort à parier que le taux d'abstention va grimper bien haut; ce qui ne «facilitera» pas les choses et qui mettra les formations politique espagnoles dans un embarras certain dès lors qu'aucune d'elle n'acceptera, de gaieté de cœur, d'être sanctionnée pour sa part de responsabilité, plus ou moins grande, dans le fiasco politique que traverse actuellement le pays.
Ainsi, pour Pablo Iglesias, le leader de Podemos, «Pedro Sanchez commet une erreur historique en forçant d'autres élections par son obsession à accaparer un pouvoir absolu que les Espagnols ne lui ont pas donné. Il faut un président qui comprenne le multipartisme».
Et si Pablo Casado, le président du Parti Populaire accusant Pedro Sanchez d'avoir misé, dès le début, sur de nouvelles élections considère qu'il «n'est pas acceptable qu'un candidat demande tout en échange de rien», Albert Rivera, le chef de file de Ciudadanos qui, en désespoir de cause, avait voulu «se dédouaner» en proposant un accord de dernière minute resté sans suite, a déclaré que «les espagnols jugeront qui a bloqué le pays et qui a offert des solutions».
Ce nouveau blocage politique étant perçu, par les espagnols, comme le signe évident de «l'immaturité» d'une classe politique fragmentée «après des années d'un bipartisme confortable», rien n'indique que les choses vont mûrir et que les hommes vont s'unir d'ici novembre prochain mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.