Algérie : un journaliste incarcéré après avoir écrit sur la colère touarègue    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Le Polisario recherche désespérément son chef    Aïd Al Adha: 8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées (Akhannouch)    La généralisation de la protection sociale, un levier d'intégration de l'informel    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    La main tendue du Maroc au Liban    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Deux jalons de taille pour marquer la réunion du Conseil de sécurité    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    Botola Pro D1: Les rencontres dominicales sanctionnées par des marques de parité    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    L'examen national unifié du baccalauréat entre les 8 et 12 juin    Le passeport vaccinal prend son envol    Kenza El Ghali: La gestion de la crise sanitaire par le Maroc, un exemple d'efficacité, d' anticipation et de solidarité en Afrique    « Ch'hiwa Bel Khef »: le « Batbout » (VIDEO)    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    La BVC ouvre proche de l'équilibre    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux adopté en commission    La cour constitutionnelle statue sur le nouveau quotient électoral    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Avec un financement MCA : 11 millions de dollars pour la zone industrielle de Bouznika    Botola Pro D1 : la valse habituelle des entraîneurs continue    Khénifra/Service des urgences : une vidéo publiée sur internet fait réagir la Direction régionale de la Santé    Acteur majeur dans le secteur immobilier au Maroc, Sarouty place ses engagements sociétaux au cœur de sa stratégie    Perspectives du secteur agricole sur le continent : La digitalisation technologique, facteur de productivité    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mardi 20 avril    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Secousse tellurique de 3,8 degrés dans la province de Driouch    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris et Rome s'accordent sur la répartition des migrants…
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2019

Après que la France et l'Italie se soient opposées durant deux années sur la question migratoire du fait notamment du comportement éminemment populiste de l'ancien ministre de l'Intérieur italien et leader de la Ligue (extrême-droite), Matteo Salvini, le président français Emmanuel Macron, soucieux d'aplanir les différends et de reconstruire une relation de confiance entre les deux pays dans la perspective européenne s'est déplacé à Rome ce mercredi à l'effet d'y rencontrer son homologue italien Sergio Mattarella ainsi que le patron du nouvel exécutif Giuseppe Conte.
Voyant donc d'un bon œil le fait que la nouvelle équipe gouvernementale italienne est prête à adopter une attitude plus conciliante avec l'Europe et à mettre fin à la politique migratoire «très dure» suivie par le précédent exécutif. Le président Emmanuel Macron s'est dépêché de s'entretenir avec les dirigeants italiens.
Ainsi, à l'issue de ses discussions avec le Président italien et du dîner de travail qu'il a eu avec le Premier ministre italien, récemment reconduit à la tête d'une nouvelle coalition gouvernementale alliant le Mouvement 5 Etoiles (anti-système) au Parti Démocrate (Centre-gauche), le président français a déclaré que les deux capitales ont mis fin à leurs divergences et qu'elles sont prêtes à adopter, au sein de l'Union Européenne, «une position commune pour que tous les pays participent d'une façon ou d'une autre» à l'accueil des migrants faute de quoi des pénalités financières seront appliquées aux récalcitrants.
Considérant que «la réponse au sujet migratoire n'est pas dans le repli mais dans une solution de coopération européenne efficace» et regrettant, par ailleurs, «l'injustice» faite à l'Italie par une UE qui ne lui était pas suffisamment solidaire, Emmanuel Macron, a voulu profiter de la réunion que devaient avoir ce lundi à Malte plusieurs ministres de l'Intérieur de l'UE, pour proposer le réexamen des accords de Dublin qui imposent aux pays d'arrivée le traitement des demandes d'asile.
Aussi, Rome et Paris ont-elle convenu de la nécessité de mettre en place un «mécanisme automatique» de répartition des migrants duquel aucun Etat-membre de l'UE ne pourra se soustraire ainsi qu'une gestion «plus efficace» de la question du renvoi dans leur pays d'origine des migrants qui n'ont pas droit à l'asile.
Reprochant ouvertement à son ancien ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême-droite), sa mauvaise gestion de ce dossier notamment lorsqu'il refusait tout débarquement de migrants dans les ports italiens, Giuseppe Conte a souligné que son pays ne va pas laisser «les trafiquants décider des entrées sur le territoire».
Mais il n'y a pas que la question migratoire qui lie Rome et Paris puisque les intérêts économiques français sont également importants en Italie et qu'il serait nécessaire, à ce titre, de resserrer les liens entre les deux pays; d'abord, pour construire un front antipopuliste en Europe maintenant que la page Salvini est tournée. Puis, pour réformer l'Union Européenne.
Et si c'est dans ce cadre que dès l'installation d'un nouveau gouvernement italien d'où est absente l'extrême-droite de Matteo Salvini, Emmanuel Macron s'est déplacé à Rome. Il y a lieu de rappeler également que du côté italien, Giuseppe Conte a besoin de l'appui de la France pour obtenir de l'Europe, et surtout de l'Allemagne, un délai «pour réduire la dette italienne qui est au-dessus de 132% du PIB».
Les capitales françaises et italiennes vont-elles, désormais, parler d'une seule voix au sein de l'Union Européenne et œuvrer ensemble à sa réforme ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.