Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une incommunication inquiétante
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2019

Remanié pour plus d'efficience et d'efficacité afin de mieux répondre aux attentes politiques et sociales de la conjoncture, le gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani dans sa nouvelle configuration donne l'impression par ces actions qu'il n'aurait investi l'axe de la pertinence.
En effet, quelques jours après son installation, son porte-parole, Hassan Abyaba prend la parole en trébuchant sur toute la ligne. A l'intérieur comme à l'extérieur du pays, ses sorties hasardeuses braquent les projecteurs sur la coalition gouvernementale et remettent en cause la notion de «compétence» qui prévalait avant la formation de cet Exécutif. Sa première apparition au parlement a été en effet spectaculaire.
Il s'est bien mêlé les pinceaux en relatant devant les députés une réponse qu'on lui avait déjà préparée alors que la question qui lui correspondait a été retirée lors de la séance des questions orales. Sans se rendre compte, le ministre lisait naïvement une réponse qui était destinée à une autre question. Et devant l'interpellation des députés, il a répliqué : «C'est dans cet ordre qu'on m'a donné ces réponses». Autant dire que le ministre ne revoit même pas ce que ses conseillers lui confectionnent.
Et lorsque la question l'interpellant sur l'activité gouvernementale n'est pas traitée par le cabinet, il répond tout simplement qu'il n'a pas de réponse. «Je n'ai pas de réponse à votre question, laissez-moi le temps de vérifier», a-t-il lancé en réponse à chaque question des journalistes couvrant habituellement le point de presse du porte-parole du gouvernement, chaque jeudi. Le comble est sa réplique en répondant à une question sur la coopération avec l'Afrique : «J'ignore avec exactitude les départements qui sont concernés par cette coopération.
Tout ce que je sais, c'est que les instructions du souverain et du gouvernement ont été données pour approfondir cette coopération». Apparemment, il ignorait tout sur la coopération africaine. C'est du moins ce que son intervention laissait entendre dernièrement en Mauritanie. En effet, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement, qui a conduit la délégation marocaine le 10 novembre, à Chenguit, en Mauritanie, à l'occasion du Festival des villes anciennes, s'est de nouveau mélangé les pinceaux d'une façon qui interpelle. Voulant remercier le président mauritanien dans son allocution, le porte-parole du gouvernement marocain a surnommé le chef d'Etat mauritanien «Ould El Azzouzi» au lieu de Ould El-Ghazouani.
Ainsi, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, l'onde de choc de cet état de fait secoue d'abord l'ethos du gouvernement qui en pâtit et souille son image auprès de l'opinion publique. Il faut dire que la «compétence» sans prudence et sagesse politique ne fait pas bon ménage avec l'action gouvernementale, censée poser des actions en prenant en compte toutes les contingences du contexte politique et social afin d'éviter les effets pervers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.