Horrible découverte: Un bébé dans une poubelle    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Covid-19: tous les gouvernorats tunisiens classés en zone rouge    Morsures de serpent: une Marocaine parmi les « championnes » de la sensibilisation dans le monde    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Covid-19 : Comme le Maroc, l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    Ukraine: trois étudiants marocains tués dans un terrible accident    Décès de Mohamed Talal    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une incommunication inquiétante
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2019

Remanié pour plus d'efficience et d'efficacité afin de mieux répondre aux attentes politiques et sociales de la conjoncture, le gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani dans sa nouvelle configuration donne l'impression par ces actions qu'il n'aurait investi l'axe de la pertinence.
En effet, quelques jours après son installation, son porte-parole, Hassan Abyaba prend la parole en trébuchant sur toute la ligne. A l'intérieur comme à l'extérieur du pays, ses sorties hasardeuses braquent les projecteurs sur la coalition gouvernementale et remettent en cause la notion de «compétence» qui prévalait avant la formation de cet Exécutif. Sa première apparition au parlement a été en effet spectaculaire.
Il s'est bien mêlé les pinceaux en relatant devant les députés une réponse qu'on lui avait déjà préparée alors que la question qui lui correspondait a été retirée lors de la séance des questions orales. Sans se rendre compte, le ministre lisait naïvement une réponse qui était destinée à une autre question. Et devant l'interpellation des députés, il a répliqué : «C'est dans cet ordre qu'on m'a donné ces réponses». Autant dire que le ministre ne revoit même pas ce que ses conseillers lui confectionnent.
Et lorsque la question l'interpellant sur l'activité gouvernementale n'est pas traitée par le cabinet, il répond tout simplement qu'il n'a pas de réponse. «Je n'ai pas de réponse à votre question, laissez-moi le temps de vérifier», a-t-il lancé en réponse à chaque question des journalistes couvrant habituellement le point de presse du porte-parole du gouvernement, chaque jeudi. Le comble est sa réplique en répondant à une question sur la coopération avec l'Afrique : «J'ignore avec exactitude les départements qui sont concernés par cette coopération.
Tout ce que je sais, c'est que les instructions du souverain et du gouvernement ont été données pour approfondir cette coopération». Apparemment, il ignorait tout sur la coopération africaine. C'est du moins ce que son intervention laissait entendre dernièrement en Mauritanie. En effet, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement, qui a conduit la délégation marocaine le 10 novembre, à Chenguit, en Mauritanie, à l'occasion du Festival des villes anciennes, s'est de nouveau mélangé les pinceaux d'une façon qui interpelle. Voulant remercier le président mauritanien dans son allocution, le porte-parole du gouvernement marocain a surnommé le chef d'Etat mauritanien «Ould El Azzouzi» au lieu de Ould El-Ghazouani.
Ainsi, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, l'onde de choc de cet état de fait secoue d'abord l'ethos du gouvernement qui en pâtit et souille son image auprès de l'opinion publique. Il faut dire que la «compétence» sans prudence et sagesse politique ne fait pas bon ménage avec l'action gouvernementale, censée poser des actions en prenant en compte toutes les contingences du contexte politique et social afin d'éviter les effets pervers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.