«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Silence, on «violente»!
Publié dans Albayane le 28 - 11 - 2019

Triste réalité ! La violence à l'égard des femmes s'accroche ! Le mal gangrène. Les mécanismes, les dispositifs, les programmes, les lois… s'accumulent.
Mais sans pour autant déraciner ce mal. Les campagnes de sensibilisation restent lettre morte. Rien ne parvient à résorber ce fléau, considéré comme l'un des plus répandus dans le monde ! Devant l'ampleur de ce phénomène, les statistiques font dire à l'ONU que les violences à l'égard de la femme tuent aussi brutalement que le cancer.
Au Maroc, l'association «Injad» et «Femmes solidaires» révèlent que plus de 122.000 femmes ont déclarées avoir été victimes de violence en 2018. Du moins, celles qui ont eu le courage de le faire. Les chiffres pourraient être plus importants. Mais ceux présentés, même s'ils ne sont pas exhaustifs, montrent que le phénomène au lieu de disparaitre, s'accroit davantage.
En 2017, 10.959 Marocaines déclaraient avoir été violentées, soit 1000 femmes de moins qu'en 2018. Pourquoi la violence contre les femmes s'amplifie-t-elle dans la société marocaine ? Pourquoi ne disparait-elle pas, eu égard aux campagnes de sensibilisation, aux multiples lois et dispositifs ? Mais comment le pourrait-elle d'ailleurs, est-on tenté de demander, quand la société est indifférente? Une femme qui se fait battre dans la rue par son mari, un homme, au vu et au su de tous, sans que personne ne réagisse!
Aucun secours à sa personne ! Aucune aide ! Même devant la violence des gestes, les insultes de cet homme… aucun secours n'est porté à cette femme, sous prétexte que c'est son mari et qu'on ne peut intervenir. Un silence, une indifférence qui cautionne ouvertement la violence contre la femme. Une violence «légitime» perpétrée par le mari, le frère…
Dans l'espace public, c'est l'indifférence ! Chacun est affairé ! Le regard hagard, les pleurs, le silence, les cris… de cette femme qui appelle désespéramment au secours ne suscitent aucune compassion. Devant cette situation aberrante, l'on est en droit de se demander si une loi, un mécanisme… pourront mieux faire. Des textes pourront-ils mieux conscientiser et rendre le citoyen plus responsable, quand chaque jour, l'occasion de lutter contre la violence à l'égard des femmes lui est offerte et qu'il ne la saisit pas?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.