Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Violences faites aux femmes : 12.200 cas enregistrés en 2018
Publié dans Les ECO le 22 - 11 - 2019

Près de 12.233 cas de violences faites aux femmes ont été enregistrés en 2018 au niveau des centres d'écoute des réseaux "Injad" et "Femmes solidaires" contre 10.959 cas en 2017, selon un récent rapport sur la violence sexiste, élaboré par les deux réseaux, sous la supervision de la Fédération de la Ligue des Droits des Femmes (FLDF).
Il ressort de ce rapport, présenté vendredi lors d'une conférence de presse à Rabat, que 48,95 % de violences dénoncées étaient d'ordre psychologique, tandis que la violence socio-économique comptait pour 24.42% des cas et la violence physique représentait 15.7%.
Les violences sexuelles figurent au bas de la liste, avec seulement 4,68% des cas de violences faites aux femmes enregistrés au niveau des centres d'écoute, souligne le rapport, ajoutant que la majorité des femmes victimes des violences étaient mariées, femmes au foyer et avaient un faible niveau d'éducation.
S'agissant de l'action des commissions de prise en charge des femmes victimes de violence, le rapport fait état d'une amélioration du niveau de coordination entre les associations œuvrant dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes au niveau des tribunaux, où elles sont devenues un lien entre les victimes, la justice et les institutions publiques, ainsi qu'au niveau des hôpitaux (gratuité des certificats médicaux, des examens médicaux et des médicaments) et au niveau de la police judiciaire (accélération des procédures liées à la rédaction des procès-verbaux d'écoute, de transmission et d'inspection, et suivi et incorporation de certaines caractéristiques de la violence psychologique dans les procès-verbaux d'inspection).
D'autre part, le rapport met en évidence certaines lacunes auxquelles sont toujours confrontées ces commissions, telles que la mauvaise communication, l'impossibilité d'activer les mesures de protection et de prévention prévues par la loi N° 103-13 relative à la lutte contre les violence faites aux femmes, le retard de promulgation des lois régissant l'action des commissions de protection des femmes et des enfants victimes de violence, l'insuffisance des infrastructures et des services de santé outre l'absence du soutien psychologique aux les femmes battues et à leurs enfants.
La conférence de presse a également été consacrée à une étude évaluant l'application de la loi 103-13 devant les tribunaux, une année après son entrée en vigueur. L'étude en question constate que plusieurs verdicts avancés en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes, ont été prononcés par différents tribunaux, et ce à travers la mise en œuvre des mesures de protection en dépit des difficultés techniques et logistiques.
Toutefois, le document fait état d'écarts entre les tribunaux pour ce qui est de l'application des mesures de protection, ce qui nécessite davantage de sensibilisation et de prise de conscience auprès de toutes les autorités chargées de l'application de la loi.
La conférence a été organisée à l'occasion de la journée internationale de la violence à l'égard des femmes, célébrée le 25 novembre de chaque année, et dans le cadre la campagne mondiale "16 jours pour lutter contre la violence à l'égard des femmes", à laquelle a adhéré le Maroc et le les organisations de la société civile, a indiqué à la presse, la présidente de la Fédération de la Ligue des Droits des Femmes, Latifa Bouchoua.
De son côté, la présidente du réseau Injad contre la violence basée sur le genre, Fatima Chtatou, s'est indignée de la recrudescence remarquable des actes de violence à l'égard des femmes, comme en témoignent des rapports officiels émanant des établissements nationaux et des centres d'écoute relevant du réseau, en soulignant l'importance de l'adéquation des lois relatives à la violence contre les femmes avec les dispositions de la constitution 2011 et les conventions internationales ratifiées par la Maroc.
Le réseau Injad contre la violence basée sur le genre et le réseau des femmes solidaires, œuvrent, par le biais de la FLDF, à présenter ses services aux femmes victimes de la violence à travers l'accueil, l'écoute, l'hébergement, le conseil juridique, le soutien psychique et l'accompagnement juridique si nécessaire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.