CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Jamal Sellami: Nous sommes venus ici pour décrocher au moins un point    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ajax : Tadic relativise l'importance du forfait de Ziyech    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aourir, une commune mutilée!
Publié dans Albayane le 09 - 12 - 2019

Une grosse colère s'empare des citoyens de la commune rurale d'Aourir, relevant de la préfecture d'Agadir Ida Outanane, face aux multiples carences qui frappent cette contrée, mais également des déficits, en termes de gouvernance qui hantent l'avenir de ce faubourg du littoral, à une douzaine de kilomètres au nord de la capitale du Souss.
En effet, des jeunes de ce patelin précaire s'insurgent, en arborant leur refus ferme contre le mal chronique auquel ils sont soumis, des décennies durant, par un désintérêt total des institutions aussi bien administratives que représentatives.
Ces jeunes qui donnent de la vive voix, expriment leur indignation et leur révolte, à voir des conseillers incapables d'ériger dans la normalité, le cadre de vie et de combler les attentes des résidents. Loin de toute polémique politicienne qui pourrait taxer ces constats alarmants, c'est le ras-le-bol qui sort de la bouche et c'est bien les jeunes qui brandissent leur niet absolu à l'indifférence. En fait, les doléances que les jeunes vocifèrent haut et fort,à qui veut les entendre, ne sont pas aussi compliquées que cela. Ils parlent amèrement de l'état chaotique dans lequel se trouve ce bout de terre périurbain.
On citera à titre indicatif, sans s'étendre,l'absence du réseau d'assainissement dans la majeure partie des quartiers, ce qui rend infernale la vie des populations, étouffées par les odeurs nauséabondes des eaux usées, la prolifération des constructions anarchiques et non réglementaires, au vu et au su de tout le monde, l'inexistence de revêtement des passages et des allées piétons, la quasi absence des terrains de sport, des aires de repos et des espaces verts pour les jeunes et les enfants des différents recoins, l'insuffisance ardue des transports en commun, en particulier scolaire, notamment à Asersif et autres, le surpeuplement de certains établissements scolaires, la profusion de la délinquance dans des quartiers délaissés, comme résultat direct de la politique de négligence qui s'abat sur les populations, l'anarchie que connaît le lit de l'oued Tamraght où sont déversés les contenus de camions en restes de construction, obstruant ainsi le pont et le lit fluvial… Autant de requêtes levées par ces jeunes dans leurs revendications légitimes qui tonnent un peu partout.
On dira enfin que ces jeunes s'en prennent aux décideurs locaux, en particulier, le conseil communal d'Aourir qui, à l'instar de ses prédécesseurs, n'est pas prêt à vaquer à la résorption des problématiques de cette banlieue côtière aux promontoires splendides et aux sites pittoresques, ainsi qu'à l'exauce des rêves désabusés des citoyens. Il va sans dire que ces jeunes, à supposer que leur mouvement soit spontané, devraient donner du grain à moudre aux multiples responsables de la commune, pour qu'ils sortent de leur léthargie mortuaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.