Météo Maroc: persistance du temps chaud    PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aourir, une commune mutilée!
Publié dans Albayane le 09 - 12 - 2019

Une grosse colère s'empare des citoyens de la commune rurale d'Aourir, relevant de la préfecture d'Agadir Ida Outanane, face aux multiples carences qui frappent cette contrée, mais également des déficits, en termes de gouvernance qui hantent l'avenir de ce faubourg du littoral, à une douzaine de kilomètres au nord de la capitale du Souss.
En effet, des jeunes de ce patelin précaire s'insurgent, en arborant leur refus ferme contre le mal chronique auquel ils sont soumis, des décennies durant, par un désintérêt total des institutions aussi bien administratives que représentatives.
Ces jeunes qui donnent de la vive voix, expriment leur indignation et leur révolte, à voir des conseillers incapables d'ériger dans la normalité, le cadre de vie et de combler les attentes des résidents. Loin de toute polémique politicienne qui pourrait taxer ces constats alarmants, c'est le ras-le-bol qui sort de la bouche et c'est bien les jeunes qui brandissent leur niet absolu à l'indifférence. En fait, les doléances que les jeunes vocifèrent haut et fort,à qui veut les entendre, ne sont pas aussi compliquées que cela. Ils parlent amèrement de l'état chaotique dans lequel se trouve ce bout de terre périurbain.
On citera à titre indicatif, sans s'étendre,l'absence du réseau d'assainissement dans la majeure partie des quartiers, ce qui rend infernale la vie des populations, étouffées par les odeurs nauséabondes des eaux usées, la prolifération des constructions anarchiques et non réglementaires, au vu et au su de tout le monde, l'inexistence de revêtement des passages et des allées piétons, la quasi absence des terrains de sport, des aires de repos et des espaces verts pour les jeunes et les enfants des différents recoins, l'insuffisance ardue des transports en commun, en particulier scolaire, notamment à Asersif et autres, le surpeuplement de certains établissements scolaires, la profusion de la délinquance dans des quartiers délaissés, comme résultat direct de la politique de négligence qui s'abat sur les populations, l'anarchie que connaît le lit de l'oued Tamraght où sont déversés les contenus de camions en restes de construction, obstruant ainsi le pont et le lit fluvial… Autant de requêtes levées par ces jeunes dans leurs revendications légitimes qui tonnent un peu partout.
On dira enfin que ces jeunes s'en prennent aux décideurs locaux, en particulier, le conseil communal d'Aourir qui, à l'instar de ses prédécesseurs, n'est pas prêt à vaquer à la résorption des problématiques de cette banlieue côtière aux promontoires splendides et aux sites pittoresques, ainsi qu'à l'exauce des rêves désabusés des citoyens. Il va sans dire que ces jeunes, à supposer que leur mouvement soit spontané, devraient donner du grain à moudre aux multiples responsables de la commune, pour qu'ils sortent de leur léthargie mortuaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.