Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cinquième journée des Coupes africaines – Objectif : sceller la qualification    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    Le CDT Najad, 25 ans dans les geôles du polisario, témoigne    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    La CSMD reçoit le Conseil de la Concurrence    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    El Othmani: La participation du Maroc au Sommet afro-britannique augure d'un nouvel élan aux relations bilatérales    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Banque mondiale: 1 MMDH pour les infrastructures de Casablanca-Settat    Dakhla : débats sur le rôle des anciennes bibliothèques dans la documentation civilisationnelle et culturelle du Sahara marocain    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Jugements sont exécutoires
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2019


Par : Maître Abdelatif Laamrani*
Il Faudrait préciser à ce niveau qu'en matière d'exécution des décisions contre l'administration, le législateur Marocain n'a pas prévu de règles spécifiques, puisque l'article 49 de la loi n° 41-90 instituant les tribunaux administratifs se contente de prévoir que : « l'exécution des décisions des tribunaux administratifs s'effectue par l'intermédiaire de leur greffe(…) » et L'article 7 de la même loi renvoie aux dispositions du code de procédure civile, ce qui pose en soi un problème, puisque les parties dans le procès administratif ne sont pas de taille égale et le risque est grand de voir l'Etat où l'un de ses démembrements ou un établissement public rechigner à appliquer une décision judiciaire devenue définitive.
La situation est différente en France où l'article L.11 du code de justice administrative précise que « les jugements sont exécutoires », le terme de jugement s'appliquant ici aux décisions rendues tant par les tribunaux que les cours ou le Conseil d'Etat en matière administrative. Il s'ensuit qu'en France, même l'appel n'est pas suspensif en contentieux administratif, sauf mesures expressément ordonnées par le juge d'appel, ou texte exprès concernant des contentieux particuliers (contentieux disciplinaires des ordres professionnels par exemple) a fortiori, en va-t-il de même du pourvoi en cassation.
Au Maroc, où le contentieux administratif, même s'il connaît le double ordre juridictionnel, consacre des règles procédurales uniformes, ce qui constitue la première source de difficultés en matière d'exécution des décisions contre l'administration. La deuxième difficulté procède de la subsistance dans notre code de procédure civile de dispositions visant à ne pas limiter l'action de l'administration ; il en est ainsi du dernier alinéa de l'article 361 du CPC qui prévoit que : «(…) sur demande expresse de la partie requérante, la cour peut, à titre exceptionnel, ordonner qu'il soit sursis à l'exécution, soit des arrêts et jugements rendus en matière administrative, soit des décisions des autorités administratives contre lesquelles a été introduit un recours en annulation».
La troisième difficulté provient de ce que l'on appelle le principe de l'insaisissabilité des biens de l'Etat et de l'administration ; le substrat de ce principe est que l'on ne peut saisir les biens d'une administration chargée d'un service public, cela nuirait à la continuité de celui-ci, et serait même préjudiciable aux intérêts des contribuables et des citoyens qui ne sont pas parties au procès. Dans ce sens, il faut distinguer l'acteur de l'administration dont il s'agit, est-ce l'Etat, une collectivité locale, un établissement public, un établissement public à caractère industriel et commercial ou enfin une société ayant la forme commerciale, mais habilitée à gérer un service public, ou dont les capitaux sont publics.
Pour l'ensemble de ces acteurs publics, il y a lieu de souligner qu'il y a un certain nombre de lacunes et d'insuffisances dans la gestion des affaires juridiques et particulièrement du suivi du contentieux, qui pêche par manque de prévisibilité liée le plus souvent à l'inexistence de ce que l'on appelle aujourd'hui, « la cartographie des risques Juridiques » et le provisionnement des dossiers contentieux dans lesquels l'administration est impliquée. Dans la majeure partie des textes régissant les finances de l'administration, il n'y a pas d'obligation de provisionner ces litiges à payer, il y a uniquement l'obligation de budgétiser le montant des jugements déjà rendus.
Les deux modes qui permettent d'obliger l'administration à exécuter les jugements sont l'astreinte et la saisie. Vouloir soustraire l'administration à l'exécution des jugements via la loi est anticonstitutionnel car la constitution proclame expressément dans son article 126 que : « Les jugements définitifs s'imposent à tous », la loi étant l'expression de l'intérêt général, elle ne peut aller à l'encontre de la loi fondamentale du Royaume.
*Avocat aux Barreaux de Casablanca, de Paris et de Montréal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.