OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Dakhla : les opérateurs du tourisme se préparent à la reprise    Déconfiner dans la démocratie!    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Coronavirus: L'UE versera 3 milliards de DH pour le Maroc avant la fin de l'année    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Coronavirus : une prolongation de l'échéance de dépôt des situations comptables pour les établissements publics    Cure d'austérité chez Renault avec 15.000 suppressions d'emploi dans le monde    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Coronavirus : 54 nouveaux cas, 7.697 au total, vendredi 29 mai à 10h    Covid-19 : deux nouvelles régions dépassent la barre de 1.000 contaminations    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Mort de Guy Bedos    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Réunion du Bureau politique de l'USFP    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Jugements sont exécutoires
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2019


Par : Maître Abdelatif Laamrani*
Il Faudrait préciser à ce niveau qu'en matière d'exécution des décisions contre l'administration, le législateur Marocain n'a pas prévu de règles spécifiques, puisque l'article 49 de la loi n° 41-90 instituant les tribunaux administratifs se contente de prévoir que : « l'exécution des décisions des tribunaux administratifs s'effectue par l'intermédiaire de leur greffe(…) » et L'article 7 de la même loi renvoie aux dispositions du code de procédure civile, ce qui pose en soi un problème, puisque les parties dans le procès administratif ne sont pas de taille égale et le risque est grand de voir l'Etat où l'un de ses démembrements ou un établissement public rechigner à appliquer une décision judiciaire devenue définitive.
La situation est différente en France où l'article L.11 du code de justice administrative précise que « les jugements sont exécutoires », le terme de jugement s'appliquant ici aux décisions rendues tant par les tribunaux que les cours ou le Conseil d'Etat en matière administrative. Il s'ensuit qu'en France, même l'appel n'est pas suspensif en contentieux administratif, sauf mesures expressément ordonnées par le juge d'appel, ou texte exprès concernant des contentieux particuliers (contentieux disciplinaires des ordres professionnels par exemple) a fortiori, en va-t-il de même du pourvoi en cassation.
Au Maroc, où le contentieux administratif, même s'il connaît le double ordre juridictionnel, consacre des règles procédurales uniformes, ce qui constitue la première source de difficultés en matière d'exécution des décisions contre l'administration. La deuxième difficulté procède de la subsistance dans notre code de procédure civile de dispositions visant à ne pas limiter l'action de l'administration ; il en est ainsi du dernier alinéa de l'article 361 du CPC qui prévoit que : «(…) sur demande expresse de la partie requérante, la cour peut, à titre exceptionnel, ordonner qu'il soit sursis à l'exécution, soit des arrêts et jugements rendus en matière administrative, soit des décisions des autorités administratives contre lesquelles a été introduit un recours en annulation».
La troisième difficulté provient de ce que l'on appelle le principe de l'insaisissabilité des biens de l'Etat et de l'administration ; le substrat de ce principe est que l'on ne peut saisir les biens d'une administration chargée d'un service public, cela nuirait à la continuité de celui-ci, et serait même préjudiciable aux intérêts des contribuables et des citoyens qui ne sont pas parties au procès. Dans ce sens, il faut distinguer l'acteur de l'administration dont il s'agit, est-ce l'Etat, une collectivité locale, un établissement public, un établissement public à caractère industriel et commercial ou enfin une société ayant la forme commerciale, mais habilitée à gérer un service public, ou dont les capitaux sont publics.
Pour l'ensemble de ces acteurs publics, il y a lieu de souligner qu'il y a un certain nombre de lacunes et d'insuffisances dans la gestion des affaires juridiques et particulièrement du suivi du contentieux, qui pêche par manque de prévisibilité liée le plus souvent à l'inexistence de ce que l'on appelle aujourd'hui, « la cartographie des risques Juridiques » et le provisionnement des dossiers contentieux dans lesquels l'administration est impliquée. Dans la majeure partie des textes régissant les finances de l'administration, il n'y a pas d'obligation de provisionner ces litiges à payer, il y a uniquement l'obligation de budgétiser le montant des jugements déjà rendus.
Les deux modes qui permettent d'obliger l'administration à exécuter les jugements sont l'astreinte et la saisie. Vouloir soustraire l'administration à l'exécution des jugements via la loi est anticonstitutionnel car la constitution proclame expressément dans son article 126 que : « Les jugements définitifs s'imposent à tous », la loi étant l'expression de l'intérêt général, elle ne peut aller à l'encontre de la loi fondamentale du Royaume.
*Avocat aux Barreaux de Casablanca, de Paris et de Montréal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.