Coupe de la CAF: Le Hassania d'Agadir qualifié pour les quarts de finale    Immigration clandestine : 5 individus devant la justice à Oujda pour falsification    Coronavirus : trois cas confirmés en France    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?
Publié dans Albayane le 15 - 12 - 2019

Lundi dernier, les députés de la Chambre basse du Parlement indien ont adopté, par 311 voix contre 80, un projet d'amendement constitutionnel relatif à l'attribution de la citoyenneté.
Particularité de ce texte qui a été introduit par Amit Shah, le ministre de l'Intérieur mais qui, pour sa promulgation, nécessite encore l'approbation de la chambre haute, il vise à permettre la naturalisation de toutes les minorités religieuses originaires d'Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh qui résident en Inde depuis longtemps à l'exception des musulmans qui en demeurant ainsi des «sans papiers» seront passibles d'être arrêtés à tout moment.
Ce projet d'amendement sur la citoyenneté stipule que les hindous, les sikhs, les bouddhistes, les parsis et les chrétiens qui fuiraient les persécutions en Afghanistan, au Bangladesh et au Pakistan – trois pays à majorité musulmane peuvent se voir attribuer la citoyenneté indienne.
Il n'en fallait pas plus pour déclencher l'ire des députés de l'opposition qui jugent inacceptable une telle réforme. Aussi, se sont-ils soulevés, comme un seul homme, pour dénoncer son inconstitutionnalité dès lors qu'en considérant que «les musulmans ne sont pas les bienvenus», cet amendement constitue une grave atteinte aux idées défendues en 1947 par les pères fondateurs de l'Inde qui voulaient que le pays repose sur l'égalité des religions et qu'il soit « ouvert à tous pour coexister pacifiquement».
«L'Inde devient-elle un Etat hindou ? (…) Quel message êtes-vous en train d'envoyer aux musulmans?» a demandé un député de l'opposition au ministre de l'Intérieur, vêtu pour l'occasion d'une veste safran, couleur du puissant Parti du peuple indien (BJP) du Premier ministre Narendra Modi.
En réponse Amit Shah a déclaré que le texte soumis au vote n'est pas discriminatoire puisqu'il ne veut en aucun cas marginaliser la communauté musulmane dès lors que «les musulmans pourront continuer de vivre dans ce pays avec dignité» mais qu'il a seulement pour but de protéger les migrants issus des autres minorités. Enfin, pour le Premier ministre, «ce texte correspond à la tradition séculaire indienne d'assimilation et de respect des valeurs humanitaires».
Or les faits, qui s'inscrivent au cœur des projets phares du Premier ministre nationaliste Narendra Modi et sa volonté manifeste, selon les organisations musulmanes et les défenseurs des droits de l'homme, de marginaliser, par cet amendement, la minorité musulmane du pays forte de 200 millions de personnes, contredisent clairement les propos des deux hommes.
Ainsi, non seulement les crimes islamophobes dans le pays se sont multipliés depuis 2014, mais il y a lieu de signaler, également, que pour tenter de réduire le legs musulman en atténuant la contribution des musulmans à l'histoire du pays, les autorités se sont mises à revisiter l'histoire dans les manuels scolaires et à rebaptiser de noms hindous les villes dont l'appellation possède une consonance musulmane. D'ailleurs, le recensement effectué en Août dernier en Assam, dans le nord-ouest de l'Inde, au moment-même où le Premier ministre avait révoqué l'autonomie constitutionnelle du Cachemire seule région à majorité musulmane a révélé que deux millions de musulmans pourraient perdre leur nationalité indienne.
Jusqu'où ira donc ce rejet de la minorité musulmane en Inde ? Cette communauté, forte de 200 millions d'âmes, va-t-elle accepter de courber l'échine si elle est appelée à vivre un calvaire similaire à celui vécu par les Rohingyas en Birmanie et par les Ouïgours en Chine ? Rien ne permet de le croire alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.