Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

Les élections législatives indiennes n'ayant laissé aucune place au suspense, c'est le Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi, 68 ans, qui, après les premiers dépouillements effectués ce jeudi, à l'issue d'un vote marathon qui a duré six semaines, a revendiqué la victoire. Les votes ayant été enregistrés sur des machines électroniques dans plus d'un million de bureaux, leur dépouillement a débuté jeudi à 8 h locales (2 h 30 GMT).
«L'Inde gagne à nouveau» a immédiatement déclaré, sur son compte Twitter le premier ministre sortant qui n'entend vraiment pas sortir. Lui emboitant le pas, Amit Shah, le puissant patron du BJP et son bras droit a écrit: «Cette grande victoire est la victoire de la foi du peuple en cinq années de leadership progressiste et fort du Premier ministre Modi».
Les premières estimations prévoient une très nette victoire et une majorité absolue de 272 parlementaires à la coalition menée par la formation du Premier ministre et vont même jusqu'à évoquer la possibilité pour le BJP de décrocher seul la majorité des sièges; une configuration inédite dans un pays habitué aux larges coalitions.
Doté d'un redoutable sens politique, Narendra Modi, omniprésent dans la vie quotidienne de ses compatriotes depuis son arrivée en 2014 au pouvoir – qu'il s'est employé à personnifier – s'est érigé en défenseur de la nation en axant sa campagne électorale sur un discours tellement sécuritaire qu'il est devenu anxiogène.
Orné d'une barbe blanche et barré de fines lunettes, le visage du Premier ministre remplit l'espace public d'une façon que l'Inde n'avait plus connu depuis Indira Ghandi qui fut assassinée en 1984 par deux extrémistes sikhs appartenant à sa garde personnelle et lui reprochant la répression sanglante effectuée par son armée à l'intérieur du «temple d'or» d'Amritsar au Pendjab quelques mois auparavant.
Ayant été, en 2014, un des premiers représentants de la vague populiste qui avait déferlé sur le monde à accéder au pouvoir, Narendra Modi avait promis de dynamiser la croissance et de faire de l'Inde une puissance économique majeure. Et même si, au terme de son mandat, la société indienne vit une certaine crispation politico-religieuse et que le bilan économique présenté par celui que ses partisans appellent affectueusement «NaMo» est en demi-teinte malgré un taux de croissance de 6,7% pour 2017-2018 qui reste enviable vu de l'extérieur mais dont la progression est jugée insuffisante par rapport au potentiel et au besoin d'un pays de 1,3 milliard d'habitants, ce charismatique «fils d'un vendeur de thé» du Gujarat (ouest de l'Inde) opposé à une kyrielle de puissants partis régionaux bien décidés à le faire tomber semble n'avoir pas encore dit son dernier mot et être sur le point de rempiler pour un nouveau mandat encore plus fort qu'il ne l'était auparavant mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.