L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

Les élections législatives indiennes n'ayant laissé aucune place au suspense, c'est le Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi, 68 ans, qui, après les premiers dépouillements effectués ce jeudi, à l'issue d'un vote marathon qui a duré six semaines, a revendiqué la victoire. Les votes ayant été enregistrés sur des machines électroniques dans plus d'un million de bureaux, leur dépouillement a débuté jeudi à 8 h locales (2 h 30 GMT).
«L'Inde gagne à nouveau» a immédiatement déclaré, sur son compte Twitter le premier ministre sortant qui n'entend vraiment pas sortir. Lui emboitant le pas, Amit Shah, le puissant patron du BJP et son bras droit a écrit: «Cette grande victoire est la victoire de la foi du peuple en cinq années de leadership progressiste et fort du Premier ministre Modi».
Les premières estimations prévoient une très nette victoire et une majorité absolue de 272 parlementaires à la coalition menée par la formation du Premier ministre et vont même jusqu'à évoquer la possibilité pour le BJP de décrocher seul la majorité des sièges; une configuration inédite dans un pays habitué aux larges coalitions.
Doté d'un redoutable sens politique, Narendra Modi, omniprésent dans la vie quotidienne de ses compatriotes depuis son arrivée en 2014 au pouvoir – qu'il s'est employé à personnifier – s'est érigé en défenseur de la nation en axant sa campagne électorale sur un discours tellement sécuritaire qu'il est devenu anxiogène.
Orné d'une barbe blanche et barré de fines lunettes, le visage du Premier ministre remplit l'espace public d'une façon que l'Inde n'avait plus connu depuis Indira Ghandi qui fut assassinée en 1984 par deux extrémistes sikhs appartenant à sa garde personnelle et lui reprochant la répression sanglante effectuée par son armée à l'intérieur du «temple d'or» d'Amritsar au Pendjab quelques mois auparavant.
Ayant été, en 2014, un des premiers représentants de la vague populiste qui avait déferlé sur le monde à accéder au pouvoir, Narendra Modi avait promis de dynamiser la croissance et de faire de l'Inde une puissance économique majeure. Et même si, au terme de son mandat, la société indienne vit une certaine crispation politico-religieuse et que le bilan économique présenté par celui que ses partisans appellent affectueusement «NaMo» est en demi-teinte malgré un taux de croissance de 6,7% pour 2017-2018 qui reste enviable vu de l'extérieur mais dont la progression est jugée insuffisante par rapport au potentiel et au besoin d'un pays de 1,3 milliard d'habitants, ce charismatique «fils d'un vendeur de thé» du Gujarat (ouest de l'Inde) opposé à une kyrielle de puissants partis régionaux bien décidés à le faire tomber semble n'avoir pas encore dit son dernier mot et être sur le point de rempiler pour un nouveau mandat encore plus fort qu'il ne l'était auparavant mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.