La Chambre des représentants adopte trois projets de loi sur la nomination aux fonctions supérieures et les échéances électorales    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    Monétique: Attijariwafa bank accepte les cartes JCB du réseau Japonais sur ses guichets automatiques    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Pour une université ancrée dans son espace régional    Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l'amélioration du quotidien de la gent féminine    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Raja- Sidi Kacem: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Coupe du trône)    Message du roi Mohammed VI au président bulgare     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    «Nous sommes de retour, vous êtes perdus!» : en Algérie, le Hirak veut chasser la caste au pouvoir    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Zniber fustige les allégations mensongères de l'Algérie    Fiscalité: La TVA, «principale composante» qui influence le secteur informel    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Vaccin Covid-19: 8 millions de doses reçues par le Maroc à ce jour    Sociétés cotées: baisse considérable de l'investissement en 2020    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    Plus de la moitié des marchandises de contrefaçon saisies sont transportées par voie maritime    L'arganier au centre de l' attention de l'Assemblée générale des Nations unies    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Emploi : la DEPF réalise une étude sur les coûts des inégalités de genre    Covid-19 : 168 millions d'enfants ont déserté les bancs de l'école depuis un an    Comment s'explique la baisse de la rentabilité des secteurs cotés entre 2008 et 2019 ?    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les conditions de soutenabilité des équilibres financiers loin d'être réunies
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2019

Loin de tout renouveau de la politique économique ou de reconfiguration de la politique budgétaire, le budget 2020 opte pour la continuité et la rigueur financière et remet au second plan les objectifs prioritaires à savoir accélérer la croissance et améliorer les revenus et partant le pouvoir d'achat.
L'analyse du Centre marocain de conjoncture du PLF 2020 met l'accent sur les insuffisances des actions et des ressources retenues dans le prochain budget par rapport aux exigences de relance de l'investissement et de préservation des conditions de soutenabilité des équilibres financiers. D'ailleurs, l'effort d'investissement public, rapporté au PIB révèle une baisse de près de 2 points et demi depuis 2016 en passant de 18,7 % à 16,3 % projeté pour l'année 2020.
Dans son bulletin d'analyse des tenants et des aboutissants du projet de budget 2020,, le CMC annonce que contrairement aux attentes, le Budget 2020 semble préconiser la gestion des équilibres macroéconomiques et la mise en concordance du système fiscal aux normes fixées par les partenaires commerciaux notamment européens. Un choix que les experts du centre qualifient d'improductif dans un contexte de fortes attentes de la reprise du cycle des affaires et de la croissance. Ainsi, aussi bien «la programmation budgétaire pour l'année à venir que ce soit au plan de l'affectation des ressources, du volume des dépenses, de l'effort d'investissement ou encore de la structure de la fiscalité relèvent en effet plus du finetuning que d'un véritable renouveau de la politique économique».
S'agissant de l'économie nationale, après une période marquée par un repli de l'activité, les pronostics pour l'année à venir s'attendent à un redressement significatif du cycle économique à la faveur de l'amélioration attendue des conditions de l'offre, conjuguée à un raffermissement de la demande globale. Sous l'hypothèse d'une pluviométrie suffisante et relativement bien répartie, le taux de croissance projeté pour l'année 2020 pourrait atteindre 4,6 %, soit 2 points de plus que l'année en cours.
Le CMC estime que compte tenu des prévisions de redressement du cycle économique, cela devrait inciter les opérateurs inciter les opérateurs à plus de prise de risque et de soutien à la dynamique économique. Et de l'autre côté, devrait favoriser du côté des pouvoirs publics à mettre en place les conditions plus favorables à l'activité et à l'investissement à travers un «policymix» plus adapté qui «permette l'optimisation de l'impact non seulement au plan de la stabilisation du cadre macroéconomique mais aussi au plan de la croissance, des revenus et de l'emploi».
Néanmoins, les ressources mobilisées dans le cadre de la programmation budgétaire pour l'année engagent un effet fort limité eu égard aux objectifs de relance de la dynamique économique tant attendue. En témoigne les ressources affectées aussi bien aux dépenses de fonctionnement qu'aux dépenses d'investissement dont l'apport s'annonce marginal et s'inscrit même en repli sensible par rapport à l'exercice précédent.
Aussi, l'évolution qui marque une inflexion de la tendance des dépenses en capital de l'Etat par rapport aux années précédentes ne concorde pas avec les objectifs de soutien de l'activité économique et la création de conditions plus favorables à la croissance. Le CMC rappelle que le volume global des investissements se situerait selon les prévisions du budget à 198 Milliards de DH, en hausse d'à peine 1,5 % en valeur nominale. Rapporté au PIB, l'effort d'investissement public s'est réduit de près de 2 points et demi depuis 2016 en passant de 18,7% à 16,3% projeté pour l'année 2020.
Par ailleurs, les dispositions fiscales affectant l'entreprise portant principalement sur l'ajustement de l'IS ou du relèvement des droits d'importation sur certains produits provoquerait une perte nette de ressources disponibles à l'investissement de l'ordre de près d'un milliard de DH.
De même, au «niveau des ménages, les différentes mesures fiscales affectant la consommation généreront une perte apparente de ressources pour cette catégorie d'agents de 5,3 Milliards de DH qui sera largement compensée par le surcroît de dépenses prévues au titre du personnel pour un montant estimé à 7,5 Milliards de DH».
Pour rester optimiste, les analystes du centre marocain de conjoncture estiment que le contexte macroéconomique caractérisé par un repli de la croissance et par une inflation faible offre l'opportunité d'actionner les instruments monétaires appropriés pour une véritable relance de l'activité.
Pour conclure, le CMC, précise que le «recadrage de la politique économique et la recherche d'une plus grande efficacité de ses instruments ne peuvent se concevoir que dans le cadre d'un renouveau du policy-mix, budgétaire et monétaire, en reconsidérant ses objectifs mais aussi en optimisant ses moyens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.