PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    Accident mortel sur l'autoroute de Taza (PHOTOS)    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Violence scolaire : Les nouvelles approches du ministère, selon Amzazi    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Marocains rapatriés de Wuhan: les précisions du ministère    L'OMP organise une session de formation sur la protection des droits des détenus    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Agadir : mise en échec d'une tentative de trafic de cigarettes et de tabac à narguilé    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Résultats financiers: CIH Bank tire son épingle du jeu en 2019    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Heureuse nouvelle pour Hamza Mendyl! (PHOTO)    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    Coronavirus : nouveaux foyers en Asie, morts en Iran, l'inquiétude remonte    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    La déconstruction d'un mythe    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Pourquoi Marrakech perd ses événements    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exil médical: Une véritable hémorragie
Publié dans Albayane le 23 - 01 - 2020

Un rapport britannique vient de révéler des données pour le moins inquiétantes sur l'immigration des médecins et des techniciens de santé marocains. Trop de problèmes, très peu de moyens et des conditions de travail extrêmement difficiles. Pour tout dire, ce n'est guère la joie. Voir ailleurs, aller dans d'autres pays ou les conditions de travail et de développement personnel sont beaucoup plus stimulantes est aujourd'hui monnaie courante pour de nombreux praticiens Marocains.
Que fait l'Etat pour retenir ses médecins?
Confrontés au manque de moyens chronique dans le secteur public de la santé, aussi bien dans les établissements de soins de santé de base (ESSB), qu'au niveau des établissements hospitaliers, de nombreux médecins et infirmiers ont depuis plusieurs années dénoncés les conditions déplorables dans lesquelles ils travaillent.
Parfois, le strict minimum n'est pas disponible pour assurer des soins de qualité, et une prise en charge digne de ce nom.
Ces situations sont vécues au quotidien par de nombreux professionnels, au niveau des urgences, des services de soins intensifs, de chirurgie, de maternité, de néonatalogie, de radiologie, les centres d'hémodialyse, ou de psychiatrie.
Amère réalité
Il ne faut pas croire que c'est là une vue de l'esprit ou des critiques malveillantes, gratuites à l'adresse du secteur de la santé.
Loin s'en faut , car nous savons tous que c'est un secteur social , dont les ressources humaines (médecins- infirmiers…) sont mobilisé 24 H/24 H , de jour comme de nuit, les weekend et les jours fériés, afin d'assurer la continuité du service public, mais nous savons aussi que le secteur de la santé dispose de moyens limités, qu'il est impossible de répondre a toutes les demandes de soins, de satisfaire tous les citoyens, c'est la réalité qu'il faut savoir.
Dès lors on comprend mieux ce que peut ressentir, éprouver ce médecin, cette sage femme, ou cet infirmier, qui sont directement confrontés aux conditions de travail rédhibitoires, voire dangereuses puisqu'en contact direct avec des citoyens mécontents, d'où les agressions, verbales et physiques dont sont souvent victimes les professionnels de santé dans l'exercice de leur fonction.
Dans la foulée, le syndicat indépendant des médecins du secteur public, a saisi l'occasion pour mettre en avant la revendication de revalorisation salariale des médecins. Un bras de fer s'en est suivi, des mouvements de grève sont organisés, des sit-in, sont devenus chose courante, l'unique recours pour changer la donne.
Débrayages et démissions en série
Face a de telles situations pénalisantes dont souffrent les médecins et infirmiers, nombreux sont celles et ceux qui cherchent à partir ailleurs, des débrayages sont observés depuis plusieurs mois, voire années, par les professionnels de santé, à l'appel des différents syndicats les plus représentatifs du secteur de la santé.
Ces débrayages sont destinés à dénoncer le système de santé catastrophique et garantir aux médecins de meilleures conditions de travail.
Difficile de trouver un terrain d'entente surtout que les revendications sont multiples, il y a lieu de citer, la pénurie de ressources humaines, les conditions de travail, de revalorisation salariale sur la base de l'indice-échelon 509-1 au lieu du 336-1. Le 509-1 permettrait de passer de 8.000 DH à 12.300 DH par mois, les indemnités de gardes ; de responsabilité… Le ministère de la santé ne peut à lui seul satisfaire toutes ces revendications, la situation s'envenime, les médecins partent en guerre contre le ministère de tutelle.
A l'évidence, il n'a jamais été aisé de gérer ce dossier caractérisé par de nombreux problèmes, très peu de moyens et des conditions de travail extrêmement difficiles. Pour tout dire, ce n'est guère la joie.
De nombreux médecins affilés au syndicat indépendant vont présenter des demandes de démissions. En 2018, plus de 200 médecins du secteur public avaient annoncé leur démission.
Au mois d'Avril 2019, pas moins de 305 médecins exerçant dans des hôpitaux du nord du Maroc ont annoncé leur démission collective dans une lettre conjointe envoyée au ministère de la santé pour protester contre leurs conditions de travail. La liste des médecins démissionnaires s'allongera davantage alors que le Maroc fait face à une pénurie de médecins.
Un silence accusateur
L'exil de nos médecins vers des pays étrangers (FranceCanada, Etats Unis,- Allemagne, Pays du Golf…), n'est pas prêt de s'arrêter , car a ce jour rien de concret n'est entrepris par les décideurs. Le phénomène des départs va en s'accentuant sachant que 8.000 médecins marocains exercent aujourd'hui en France, et de des centaines d'autres travaillent dans d'autres pays.
Il s'agit d'une véritable saignée, à laquelle les responsables et décideurs doivent sérieusement réfléchir et surtout trouver des solutions. L'envie de partir travailler ailleurs, sous d'autres cieux que ce soit la France le Canada, l'Allemagne, les USA, est devenue une obsession pour certains jeunes médecins.
Il est grand temps de s'interroger sur les motivations de tous ces départs.
Il y a certes de multiples raisons qui justifient le ras le bol des médecins,
Il faut dire que la situation a été caractérisée par une accumulation de problèmes conduisant à une altération progressive du système de santé Marocain, et aujourd'hui on se trouve devant une situation inconfortable, qui demande des solutions urgentes.
Ceci étant dit, il faut insister sur un aspect fondamental, il s'agit les motivations du départ des médecins, qui ne sont pas uniquement d'ordre économiques. En effet, les médecins Marocains qui émigrent sont influencés par la dégradation des conditions de travail, par le manque de moyens tant humains que matériel, et que la faiblesse des salaires ne justifie pas à elle seule l'exil. Il est très clair, que parmi les revendications qui ont toujours prévalu depuis le déclanchement des manifestations, les médecins ont toujours pointé du doigt l'exercice de leurs activités qui se déroulent souvent dans de mauvaises conditions. Ce qui a joué un rôle négatif sur leur motivation et leur productivité et les a incité encore plus à quitter le pays, à partir sous d'autres cieux ou la pratique médicale obéie a des exigences scrupuleuses.
Il est grand temps de traiter ce dossier a lucidité car il y va de notre santé a tous , les responsables des différents départements concernés doivent pouvoir mettre en place un système de rémunération équitable qui correspond au statut social de médecin et à l'investissement physique et moral que ce dernier a aménagé durant toute la durée de ses études.
Le ministère de la santé doit absolument disposer de tous les moyens susceptibles de hisser haut et fort le niveau de notre médecine, l'actuel budget qui est octroyé à ce ministère est un budget de pays sous développé.
16 milliards de DH, dont 70% sont destinés aux salaires des fonctionnaires, et 30 % pour construire des hôpitaux, acheter du matériel, des médicaments, la nourritures des malades, le carburant, les ambulances, l'eau, l'électricité…,
Ceux qui aujourd'hui décident doivent assumer pleinement leurs responsabilités, car la situation est inquiétante, car on est en droit de nous poser la question de savoir : qui nous soignera demain?
Il est essentiel d'avoir présent a l'esprit que la réussite de toute réforme qui cherche a asseoir sur des bases solides son système de santé dépend en grande partie des ressources humaines (médecins – infirmiers…) qui constituent le principal intrant. Des professionnels de santé motivés, en nombre suffisants, disposant des moyens adéquats pour soigner nos citoyens, dans des structures adaptés.
C'est de la performance et du nombre du personnel utilisé, que dépend en majeure partie, la qualité des soins dispensés, et le bon fonctionnement des structures de santé. Le Maroc a tout à gagner en mettant à disposition de tous ces cadres les moyens nécessaires pour qu'ils puissent exceller chacun dans son domaine.
Gouverner, c'est prévoir ! Cet aphorisme d'Emile de Girardin a malheureusement été ignoré par les gestionnaires successifs…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.