Coronavirus : 114 nouveaux cas, 14.329 cas au total, lundi 6 juillet à 10h    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Des femmes célibataires veulent légaliser le concubinage    Covid-19. Safi en quarantaine    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Idiotorial : L'ovalie a son virus    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Les autorités marocaines rejettent la réponse d'Amnesty International    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    Des ministres gaffeurs!    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    PJD: le communiqué de la honte    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Evolution structurelle de l'économie nationale
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2020

De nouveaux sentiers pour accélérer le processus de rattrapage économique
L'économie marocaine peine toujours à retrouver sa vitesse de croissance lui permettant de mettre en place les conditions d'une croissance durable et inclusive. Le faible effet d'entrainement du secteur privé et la non efficience de l'effort d'investissement n'ont pas permis malgré les réformes structurelles de générer les gains de productivité et de réussir le processus de convergence économique.
D'ailleurs, les observateurs continuent de confirmer le faible lien entre ces deux composantes d'où la nécessité d'une véritable dynamique d'accroissement de la productivité et de la transformation structurelle. Cette problématique de croissance inclusive et de transformation structurelle de l'économie marocaine a été au menu de la conférence organisée par la CDG vendredi dernier.
Le DG de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) Abdellatif Zaghnoun n'a pas manqué dans son intervention de rappeler les tenants et les aboutissants de «la transformation structurelle de l'économie marocaine pour une croissance durable et inclusive». Il a souligné que le Maroc a initié depuis le début des années 2000 la mise en œuvre de plusieurs chantiers de réformes structurelles et volontaristes à même de d'engager «la modernisation des secteurs traditionnels agricole et touristique tout en encourageant l'essor des nouvelles filières exportatrices telles que l'automobile, l'aéronautique ou encore l'offshoring». L'ambition était de mettre l'économie sur un nouveau sentier de croissance durable, généralisée et inclusive.
Certes cela a permit de réaliser certains progrès économiques et sociaux sans pour autant que ces chantiers n'aboutissent à «converger vers les meilleures économies à revenu intermédiaire, en termes de niveaux de vie».
Malgré ces transformations, le PIB Brut reste prédominé par l'importante contribution du secteur tertiaire ou de service a h auteur de 57% et sa participation est en moyenne deux fois et demi supérieure à celle des activités industrielles. Le secteur industriel occupe la seconde place ave une contribution de près de 29% suivi du secteur agricole à 14%-.
De l'avis du DG de la CDG, les transformations u tissu industriel marocain affichent des rythmes «d'évolution différenciés qui se distinguent par un repli de la part des secteurs traditionnels en faveur des nouveaux métiers mondiaux, à plus fort potentiel».
C'est dans ce sens qu'il n'a pas manqué de signaler « les fortes contributions du Groupe CDG à la régénération du tissu industriel marocain, que ce soit à travers l'innovation et la créativité – ou même l'initiative 212 Founders dédiée à l'accompagnement des start-ups innovantes, ou à travers l'encouragement des entreprises marocaines, notamment les PME, à intégrer l'écosystème industriel national, ou encore à travers un engagement auprès d'entreprises ou d'industriels internationaux – à l'instar de ce qu'on a fait avec Renault à Tanger et Peugeot à Kénitra».
Toutefois, il estime qu'aujourd'hui, le principal défi du Maroc devient donc d'entamer une véritable transformation structurelle de son économie afin d'augmenter son taux de croissance en ligne avec les objectifs d'émergence et de convergence et d'améliorer la qualité de cette croissance en termes d'inclusion et de durabilité. Le Maroc, dit-il, n'est pas encore arrivé à en tirer le meilleur parti en termes de maximisation de l'utilisation de ses facteurs de production. Et d'ajouter que malgré les perturbations de l'environnement international, l'économie marocaine fait preuve de résilience en continuant à progresser mais sans atteindre le niveau souhaité ou prévu.
«Le modèle de développement actuel reposant sur la demande intérieure, notamment l'investissement public, risque de s'essouffler sans un accroissement sensible du rendement de l'investissement et de la productivité» a conclu Zaghnoun qui souhaite trouver des réponses à cette problématique de l'incohérence entre l'intensité capitalistique de l'économie marocaine et le faible gain de productivité et de créations d'emplois et la faible contribution du secteur privé! .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.