Du sang neuf à SG Maroc    Covid-19: Khalid Ait Taleb tire la sonnette d'alarme    Enseignement supérieur : Examens exceptionnels au profit des étudiants bloqués à l'étranger    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Orientation pédagogique : L'Université Mohammed V de Rabat conseille ses étudiants potentiels    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Remaniement ministériel en Tunisie    Le projet de loi de finances rectificative adopté par la Chambre des représentants    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Le roi Mohammed VI a écrit à Emmanuel Macron    Covid 19 : 111 nouveaux cas et 469 nouvelles guérisons ce mardi à 10h    Coronavirus : 111 nouveaux cas, 16.047 cas au total, mardi 14 juillet à 10h    Foot. Le Real se rapproche du titre    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    France. Un 14 juillet pas comme les autres    Pêche au poulpe à Dakhla : Le quota global est fixé à 15.000 tonnes    Mauvaise gestion du patrimoine architectural de Casablanca: Le gouverneur limogé    Présidentielle en Pologne: Le conservateur Andrzej Duda rempile    Mahi Binebine n'ira pas à Perpignan    Un centre de ressources collaboratif pour la culture    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Une première médicale à Dakhla    La province de Jerada se dote d'un marché moderne de bestiaux    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    L'approvisionnement en eau potable pose problème à Meknès et Fquih Ben Saleh    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Le Laboratoire de l'info : Spécial paix au Proche-Orient (Vidéo)    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Pour Mendy, le pic de forme arrive à point nommé    Devant du public, la rentrée tonitruante des "Quatre fantastiques" du PSG    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Le Bureau politique regrette que la majorité n'ait pas été associée à la préparation de la loi de Finances rectificative    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Victime de ses clusters : Tanger en portes closes    Mauvaises langues    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Liga: Lionel Messi égale Thierry Henry !    Elections 2021: Quelle approche faut-il adopter?    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Monténégro    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De rupture en échec
Publié dans Albayane le 16 - 02 - 2020

De stratégie en stratégie, de vision en plan et de plan en vision…les politiques de développement sectorielles changent d'appellation et promettent souvent la rupture avec le processus en cours après avoir acté son échec à mi-parcours.
Les performances du secteur agricole affichent clairement la faillite de la politique agricole au Maroc. L'activité qui touche la moitié de la population marocaine reste encore tributaire des aléas climatiques. La contribution du secteur dans le PIB national est insignifiante et varie selon le taux de pluviométrie enregistré chaque année. Initialement, le Plan Maroc Vert (PMV) tablait sur des résultats beaucoup plus probants et en adéquation avec les priorités du secteur.
Le bilan fait état, après plus de dix ans de sa mise en place, d'un bilan décevant et en deçà des objectifs assignés au départ. L'innovation, la recherche agronomique, l'utilisation des semences certifiées et des produits phytosanitaires, l'autosuffisance, la commercialisation, l'encadrement, l'assurance agricole, la traçabilité, les contrôles en amont et en aval et la transformation des produits agricoles révèlent l'échec du PLM qui a, semble-t-il, profité à quelques filières au détriment d'autres plus déterminantes pour le développement du monde rural et du secteur agricole en général.
D'aucuns s'interrogent aujourd'hui sur le bilan de l'artisan du Plan Maroc Vert. Le chef du département de l'agriculture qui vient de présenter la nouvelle stratégie de développement du secteur agricole Baptisée «Génération Green 2020-2030» avec l'ambition cette fois-ci, de faire émerger une nouvelle génération de classe moyenne agricole et de jeunes entrepreneurs et une nouvelle génération d'organisation agricoles dites plus innovantes. Une ambition qui confirme l'échec de la dimension sociale du PMV. Peut-on réussir une nouvelle stratégie avec le même artisan ? Rien de moins sûr.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.