L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moha Souag: «le confinement actuel n'a rien changé pour moi»
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2020

«Le confinement actuel n'a rien changé pour moi. Je suis habitué à rester de longues périodes sans mettre les pieds dehors même en temps «normal». Mes journées ne m'ont jamais suffit. J'ai besoin de journées de 48 heures pour lire et écrire autant que je le voudrais.
J'ai même pensé sérieusement au moyen d'inventer des livres en papier-plastique pour pou­voir les avoir sous la main à la plage, au bain ou sous la douche», confie l'écrivain et poète, Moha Souag. Et d'ajouter : «Je n'ai pas choisi ce mode de faire, mais dès que je commence à lire ou à écrire, le fait de consulter le dictionnaire m'entraîne vers une autre idée qui m'entraîne vers une autre.
Cela pouvait durer une jour­née. L'écriture et la lecture sont comme les dunes de sable, il suffit d'en toucher le sommet pour la voir couler. C'est un proverbe amazigh «awal zon d alkhilh». En ces temps de confinement, Moha Souag se consacre entièrement à la lecture.
«Je lis plusieurs livres en même temps .Mauvaise habi­tude prise à cause des recherches qui nécessitent la comparaison de plusieurs documents», a-t-il dit. En ce qui concerne les romans, le Prix Grand Atlas pour son roman «Nos plus beaux jours», il est en train de lire «Un jour la nuit », roman de Ghizlaine Chraibi, Editions Onze.
Ce sont deux monologues d'une femme et de son époux. Chacun ressasse ses griefs contre l'autre.
L'auteure va au profond des aspirations de chacun des pro­tagonistes. Ghizlaine Chraibi met en exergue les difficultés d'un couple à communiquer et à marquer chacun son terri­toire. Les divorces viennent souvent d'une mauvaise communication et de la lutte pour le leadership dans un couple où dans un groupe.
Le second roman est celui de Ousmane Diarra (Mali), « La route des clameurs », Folio. L'auteur retrace les événements sanglants qui secouent encore le Mali aujourd'hui. Mais l'approche de l'auteur est assez originale: il oppose son père, un artiste peintre à l'humour ravageur, aux petits potentats de l'islamisme ambiant. C'est l'éternelle question du modernisme et de la tradition qui revient chaque fois depuis l'existence de l'être humain quand un change­ment le met au pied du mur, explique-t-il.
Le troisième roman est celui de Bouchra Boulouiz, Un parfum de menthe». Il s'agit de l'évoca­tion du père à travers les sou­venirs de la mère .Le père de la narratrice avait une person­nalité imposante de par sa fonction de gouverneur et de par sa stature de père. La nar­ratrice n'a gardé que l'image du chef, chef de famille, chef de la ville, mais elle découvre qu'elle ne savait rien de l'homme, de l'être humain que les fonctions cachaient derrière le costume officiel, a-t-il fait savoir. En outre, je viens de commencer deux romans en arabe. «Baridou a layl» de Houda Barakat et «Wali a niama » de Slma Mokhtar Amanatou Allah.
La première écrivaine est liba­naise, la seconde est maro­caine. Pour «courrier de nuit», ce sont d'improbables échanges imaginaires des migrants, des exilés, des errants sur les routes du monde. Des lettres jetées dans l'univers à la recherche de la paix conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.