Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Sebta: Les binationaux continuent de souffrir    Conseil national de la presse: Le règlement intérieur au BO    Article 1062580    Relance de l'économie: Les mesures CGEM coûteront 100 milliards de DH    Un salon virtuel pour les recrutements    Covid19: La Tunisie suspend l'utilisation de la Chloroquine    Mort de Guy Bedos    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Réunion du Bureau politique de l'USFP    279 analyses effectuées à Youssoufia    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Covid-19: le CNDH lance un appel pour le respect des droits humains des travailleurs    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Le Maroc proche de la maîtrise du coronavirus (HCP)    Coronavirus : 35 nouveaux cas, 7.636 au total, jeudi 28 mai à 10h    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moha Souag: «le confinement actuel n'a rien changé pour moi»
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2020

«Le confinement actuel n'a rien changé pour moi. Je suis habitué à rester de longues périodes sans mettre les pieds dehors même en temps «normal». Mes journées ne m'ont jamais suffit. J'ai besoin de journées de 48 heures pour lire et écrire autant que je le voudrais.
J'ai même pensé sérieusement au moyen d'inventer des livres en papier-plastique pour pou­voir les avoir sous la main à la plage, au bain ou sous la douche», confie l'écrivain et poète, Moha Souag. Et d'ajouter : «Je n'ai pas choisi ce mode de faire, mais dès que je commence à lire ou à écrire, le fait de consulter le dictionnaire m'entraîne vers une autre idée qui m'entraîne vers une autre.
Cela pouvait durer une jour­née. L'écriture et la lecture sont comme les dunes de sable, il suffit d'en toucher le sommet pour la voir couler. C'est un proverbe amazigh «awal zon d alkhilh». En ces temps de confinement, Moha Souag se consacre entièrement à la lecture.
«Je lis plusieurs livres en même temps .Mauvaise habi­tude prise à cause des recherches qui nécessitent la comparaison de plusieurs documents», a-t-il dit. En ce qui concerne les romans, le Prix Grand Atlas pour son roman «Nos plus beaux jours», il est en train de lire «Un jour la nuit », roman de Ghizlaine Chraibi, Editions Onze.
Ce sont deux monologues d'une femme et de son époux. Chacun ressasse ses griefs contre l'autre.
L'auteure va au profond des aspirations de chacun des pro­tagonistes. Ghizlaine Chraibi met en exergue les difficultés d'un couple à communiquer et à marquer chacun son terri­toire. Les divorces viennent souvent d'une mauvaise communication et de la lutte pour le leadership dans un couple où dans un groupe.
Le second roman est celui de Ousmane Diarra (Mali), « La route des clameurs », Folio. L'auteur retrace les événements sanglants qui secouent encore le Mali aujourd'hui. Mais l'approche de l'auteur est assez originale: il oppose son père, un artiste peintre à l'humour ravageur, aux petits potentats de l'islamisme ambiant. C'est l'éternelle question du modernisme et de la tradition qui revient chaque fois depuis l'existence de l'être humain quand un change­ment le met au pied du mur, explique-t-il.
Le troisième roman est celui de Bouchra Boulouiz, Un parfum de menthe». Il s'agit de l'évoca­tion du père à travers les sou­venirs de la mère .Le père de la narratrice avait une person­nalité imposante de par sa fonction de gouverneur et de par sa stature de père. La nar­ratrice n'a gardé que l'image du chef, chef de famille, chef de la ville, mais elle découvre qu'elle ne savait rien de l'homme, de l'être humain que les fonctions cachaient derrière le costume officiel, a-t-il fait savoir. En outre, je viens de commencer deux romans en arabe. «Baridou a layl» de Houda Barakat et «Wali a niama » de Slma Mokhtar Amanatou Allah.
La première écrivaine est liba­naise, la seconde est maro­caine. Pour «courrier de nuit», ce sont d'improbables échanges imaginaires des migrants, des exilés, des errants sur les routes du monde. Des lettres jetées dans l'univers à la recherche de la paix conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.