Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'examen cyclique de l'humanité!
Publié dans Albayane le 29 - 03 - 2020

Le combat que mène notre pays, sans répit pour circonscrire l'hécatombe et recouvrer la sérénité au sein du peuple, en réel ballotage, dénote d'un profond sens de conviction nationale. La notion de l'Etat et ses Institutions sont plus que jamais, mises en évidence, dans une approche de mutualité exemplaire.
A cet égard, sous l'Egide d'une Monarchie raisonnée et clairvoyante, la société se meut à travers ses multiples Autorités, avec cœur et hardiesse, afin de juguler le fléau et écarter ses menaces. Au vu de ce fait visible à l'œil, il va sans dire que notre pays ne s'était, en fait, point renoncé à asseoir les fondements du concept du Public dans le mécanisme de l'Etat.
En dépit de certaines bribes de privatisation, insérées par-ci, par-là, dans le divers éventail du tissu socio-économique, on notera que les socles de base du champ actif de la Nation sont restés attachés au giron de l'Etat, quoique le système prôné s'imprègne résolument dans une tendance plutôt libérale.
Les voix que certains commis de l'Etat ont levée en vue de privatiser des secteurs clés, se sont vouées à l'échec, au même titre que ses homologues ayant incité à engouffrer le pays dans le labyrinthe du conservatisme béat. Ni les unes ni les autres n'ont pu résister à la volonté commune, du Souverain et du Peuple, d'édifier un Etat fort de «démocratie, de modernité et de progrès».
Aujourd'hui, alors qu'on s'affronte à ce cataclysme viral, on se rend compte de la véridicité optionnelle de notre pays, en ayant fondé l'Etat sur le piédestal du public. Ce choix mis à l'épreuve, est, de plus en plus, de mise et ouvre, sans nul doute, des horizons prometteurs. A ce propos, on ne pourrait passer sous silence l'aveu du président néo-libéral de France, à propos de l'effondrement du système sanitaire, littéralement à la merci du privé.
On relèvera aussi la «vulnérabilité» hallucinante de moult nations ultra-développées qui semblent dans l'incapacité de tirer profit de leur armada de pointe, à l'image des Etats-Unis. Faut-il avancer que c'est tout un système capitaliste qui «s'effondre», en faveur de son rival socialiste qui se manifeste, par la recrudescence de la Chine, la Russie, le Cuba… ? Il paraît bien que la conception de l'inclusion de l'Homme dans le canevas du modèle de développement, revient en puissance en supplantant celle basée sur le profit et l'exploitation.
Un net constat que le chef du Parti communiste italien, en plein marasme épidémique, n'a pas manqué de décrier solennellement, en fustigeant les tares et les avatars d'un système en désastre. Le Maroc ferait donc mieux de s'aligner aux vitalités de l'Histoire, en mettant l'Homme en plein centre de ses politiques publiques dont la Santé, l'Education et l'Emploi doivent constituer l'épine dorsale de l'essor.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.