«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…
Publié dans Albayane le 30 - 03 - 2020

Si la pandémie du Covid-19 qui s'est brusquement abattue sur la planète va, incontestablement, pousser les dirigeants d'un grand nombre de pays à revoir leur façon de conduire les affaires de leurs Etats respectifs, elle a aussi donné l'occasion aux populations touchées par cette épidémie de tourner leurs regards vers cette petite île des Caraïbes de 11,5 millions d'habitants qui a pour nom Cuba et qui a été soumise durant 5 décennies à un implacable embargo américain.
Pourquoi cela ? Tout simplement parce que dans le cadre de la politique d'internationalisme médical développée, dans l'île, dès les premiers jours de la révolution castriste, 300 professionnels de la santé issus du contingent internationaliste Hubert-Reeves créé en 2005 par Fidel Castro et faisant partie du «Cuba International Medical Brigade» ont été dépêchés, dès le 18 mars 2020, par les autorités de La Havane dans toutes les pays alliés touchés par la pandémie du Covid-19; à savoir, le Venezuela, la Jamaïque, Surinam et Grenade.
Pour rappel, aux premiers jours de la révolution castriste de 1959, la moitié des 6.000 médecins que comptait le pays et qui étaient favorables à l'ancien régime avaient fui à l'étranger.
Aussi, pour remédier à cette hémorragie, Fidel Castro avait fait de la santé une priorité pour le pays et, pour cela, mis sur pied un important système de formation médicale et poussé sa jeunesse à intégrer les différentes facultés des sciences médicales.
Ce système ayant fait du savoir médical la première ressource du pays, La Havane avait, pu, dès 1963, envoyer en Algérie et dans le cadre de sa politique d'internationalisme médical, la première «brigade médicale cubaine en mission internationale». Aujourd'hui, Cuba compte 10.000 médecins actifs formés dans les 34 universités de médecine que compte le pays ; ce qui donne une proportion de 9 médecins pour 1000 habitants et confère, au pays, une excellente couverture médicale.
Dans l'équipe comprenant les 52 médecins et infirmiers qui ont été envoyés en Lombardie pour aider les autorités sanitaires italiennes dans leur lutte contre le coronavirus qui frappe très durement le pays, trente avaient déjà répondu en 2014 à l'appel de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en allant en Afrique de l'Ouest lutter contre l'épidémie d'Ebola.
Aujourd'hui et pour faire face à l'épidémie de coronavirus qui frappe la France, des députés de tous bords politiques ont écrit au Premier ministre Edouard Philippe pour lui demander de solliciter des autorités de La Havane l'envoi de médecins et d'infirmiers cubains à l'effet d'assister leurs collègues de l'Hexagone.
Réputé pour ses grandes compétences, le personnel médical et paramédical cubain officie, aujourd'hui, dans une quarantaine de pays ; ce qui prouve, s'il en est encore besoin, que «l'internationalisme médical» initié par le tandem Fidel Castro-Ernesto «Che» Guevara reste, aujourd'hui encore et malgré l'embargo qui a été imposé au pays pendant plus de cinquante ans, la meilleure réponse à apporter à une épidémie qui, en s'abattant, indistinctement, sur tous les pays ne fait aucune différence entre ceux qui sont développés et ceux qui ne le sont pas, entre les riches et les pauvres, les grands et petits.
Quelle(s) forme(s) et quelle tournure vont prendre les relations internationales de l'après-Covid-19 ? Attendons, pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.