«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La lecture, mon échappatoire!»
Publié dans Albayane le 06 - 04 - 2020

Des écrivains à l'heure du Covid-19: Rabea Menouni, poétesse
Le COVID -19. Un virus mutant à la base d'une pandémie inédite, et sans précèdent qui a conduit une centaine de pays à prendre des mesures drastiques pour protéger les populations, dont le «confinement» pour contenir la contagion.
Rien que le mot confinement renvoie à des synonymes «claustrophobiques», espace restreint, manque d'oxygène, promiscuité… Chez beaucoup cela crée une atmosphère anxiogène, une réduction. Comme chacun, le confinement dont on a été sujet il y a maintenant presque une semaine a créé chez moi le même malaise.
J'appréhendais le désœuvrement, la routine et le manque d'espace. Un malaise psychique. Les deux premiers jours, je suis restée vautrée dans mon canapé à changer de chaines en boucle pour en savoir plus sur ce virus qui terrifie la terre entière. Martelée par les médias, les réseaux sociaux, internet… Je me suis rendue compte que j'ai restreint encore plus mon espace entre la télévision, l'ordinateur et mon smartphone sur lequel je jetais un coup d'œil toutes les secondes.
Et je ne faisais qu'augmenter ma peur de cet ennemi inconnu et invisible. Je me suis rendue compte que je ne maitrisais rien, comme des millions de gens, un sentiment d'impuissance et d'inutilité m'envahit. J'ai tout éteint et j'ai quitté mon canapé. Je refusais ce fatalisme négatif qui m'enfonçait dans la peur et le désespoir. J'ai recommencé à vivre normalement dans mon petit appartement, certes, mais normalement, accomplir mes tâches ménagères, concocter des plats, arroser mes plantes et surtout parler aux miens et les rassurer, puis j'ai pris ma plume et je me suis mise à écrire.
Tout au long de l'histoire il y eu des épidémies qui ont décimé des millions de gens. S'il n'y avait personne pour écrire, on ne l'aurait probablement jamais su. Je refusais de subir sans agir. J'ai écrit des poèmes sur le coronavirus qui sans doute auront la chance d'être publiés un jour. J'ai commencé à agir sur les réseaux sociaux, à écrire des articles sur la nécessité du confinement et je me suis sentie, d'un coup utile à la communauté.
Et quand cela me submergeait trop, je décrochais pour lire un roman d'amour ou quelques extraits d'un livre de philosophie ou quelques poèmes de Baudelaire ou d'Apollinaire ou de Moutanabbi ou bien une pièce de théâtre de Racine ou de Sophocles… Je me rendis compte que le livre est non seulement notre ami mais aussi notre échappatoire.
Lisez et écrivez si vous le pouvez! Gravez dans le temps et transmettez ! L'écrivain ou le poète est aussi responsable qu'un politique ou un acteur social. Il ne peut se dérober de ce rôle qui lui est attribué par la force des choses. Rendre compte, sensibiliser et informer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.