«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Après la pandémie, la reprise serait très difficile»
Publié dans Albayane le 07 - 04 - 2020

Abdellah El Fergui, président de la Confédération Marocaine de TPE-PME
Propos recueillis par Kaoutar Khennach
La conjoncture est de plus en plus dure pour les entreprises, qui sont sous le joug des effets de la pandémie, depuis le déclenchement de la pandémie. C'est le cas notamment des TPE et PME qui, depuis des années rament à contre courant pour survivre et sortir la tête de l'eau. Et pour avoir une idée claire sur la situation actuelle de cette frange qui constitue 95% du tissu économique, nous avons interviewé Abdellah El Fergui, président de la Confédération Marocaine de TPE-PME. Dans cette interview, A. El Fergui a évoqué, entre autres, l'impact de la pandémie sur cette catégorie d'entreprises et dévoilé les mesures urgentes pour les sauver de la faillite.
Al Bayane : La Confédération Marocaine de TPE-PME a publié une enquête sur les effets du Covid-19. Quels sont les résultats de cette enquête?
Notre Confédération Marocaine de TPE-PME a lancé une enquête du 18 mars au 6 avril auprès des TPE-PME, auto-entrepreneurs et coopératives pour recenser les effets de cette crise économique. Suite aux premiers éléments de cette enquête, 83% des TPE-PME, auto-entrepreneurs et coopératives sont à l'arrêt total et seulement 17% sont à l'arrêt partiel. Et lorsqu'on sait que ces types d'entreprises constituent plus de 95% d'agents économiques au Maroc avec presque 5 millions d'entreprises formelles et informelles, on connaît l'ampleur de la crise économique et sociale qui touche notre économie nationale. Nous avons constaté aussi que tous les secteurs sont touchés mais ceux des Services, Commerce, Bâtiment et l'Industrie sont les plus impactés. Et le nombre de postes d'emplois qu'on va perdre, se chiffrera à plus de 15 millions d'emplois, directs et indirects, formels et informels si le gouvernement ne réagit pas très vite pour accompagner ces entreprises.
Face à ces résultats, quels sont les principaux chantiers sur lesquels travaille actuellement la Confédération?
Suite à ces résultats et vu qu'on vient de publier les résultats de cette enquête, notre travail prioritaire est d'informer et sensibiliser les pouvoirs publics quant à l'ampleur des dégâts causés par le Covid-19. Nous devons agir très rapidement pour aider et accompagner ces TPE-PME, Auto-entrepreneurs et Coopératives afin d'éviter leurs faillites. Dès la création du Comité de Veille Economique (CVE), nous avons demandé que notre Confédération Marocaine de TPE-PME soit présente dans ce Comité, mais nous n'avons obtenu aucune réponse favorable. Nous voulons proposer des recommandations et faire entendre notre voix cette fois ci.
Quelles sont les mesures urgentes à mettre en place pour sauver la situation économique des TPE-PME impactées par le Covid-19?
Nous pensons que l'Etat doit créer un fond de soutien destiné aux TPE-PME, Auto-entrepreneurs et Coopératives. Les banques doivent aussi faciliter des lignes de crédit avec des taux très bas comme celui d'Entelaka et que la Caisse Centrale de Garantie (CCG) puisse garantir ces lignes de crédits à 95%, comme pour Damane Oxygène, qui est destiné au financement de fonds de roulement aux entreprises en activité uniquement. Le financement doit être adressé aussi aux entreprises qui sont en arrêt total et qui dépassent plus de 83%.
Comment voyez-vous la reprise des TPE-PME après la fin de la pandémie?
Après la pandémie, la reprise serait très difficile pour les petites entreprises, si on ne se prépare pas dès maintenant. Le gouvernement et les banques doivent alimenter les caisses à hauteurs de 5 millions en faveur de ces entreprises qui sont au bord de la faillite. Ces types d'entreprises n'ont pas besoin de millions de DH, comme c'est le cas de Damane Oxygène, mais les TPE-PME, Auto-entrepreneurs et Coopératives ont besoin de dizaines de milliers de DH pour combler le vide causé par ce mois de confinement et l'arrêt total de leurs activités en attendant la reprise.
Concrètement, quels sont vos principaux objectifs à l'avenir?
Nos principaux objectifs à l'avenir sont la survie de ces types d'entreprises, sensibiliser les pouvoirs publics de leurs besoins, les préparer pour la reprise. Se préparer au pire si la durée du confinement se prolonge. Les accompagner et les informer des mesures qui sont prises en faveur des TPE-PME, Auto-entrepreneurs et Coopératives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.