Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Naïf Aguerd proche d'un accord avec l'OGC Nice ?    Mohamed Taabouni, le plus performant d'une génération dorée    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Le derby Sévillan pour démarrer la reprise de LaLiga    Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc    Roumanie : Le président de l'EMSI Kamal Dissaoui distingué    Coronavirus : 74 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7.406 cumulés, samedi à 16h    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Coronavirus : 43 nouveaux cas, 7375 au total, samedi 23 mai à 10h    Rediffusion des cours à distance pendant les vacances de l'Aïd    L'AREP supervise 166 projets d'un milliard de DH    L'ENSP se dote de la première plateforme virtuelle de santé au Maroc    Achraf Bencharki plus près que jamais de Trabzonspor    En Bundesliga, 90 minutes de silence... plus une pour les victimes    Les résultats de Manchester United affectés par le Covid-19    Habib El Malki : Les efforts consentis par les membres de la Chambre des représentants se sont traduits par l'adoption des lois avec efficacité et rapidité    Mohamed Benabdelkader : Elaboration d'une vision assortie d'un plan opérationnel pour l'après confinement    Nos voeux    Plan de lutte contre le coronavirus dans les prisons La DGAPR dresse le bilan des mesures prises    Près de 3 MDH pour atténuer l'impact du Covid-19 à Ain Chock    Vaccin contre le coronavirus : L'université d'Oxford recrute plus de 10.000 volontaires    Au temps du confinement, l'expression artistique se réinvente    "Graines de Corona", nouveau recueil du suisse Bruno Mercier aux éditions marocaines "Les Infréquentables"    Vrai faux entretien avec Jean d'Ormesson    Nos Vœux    L'ONU lance une initiative mondiale contre la désinformation    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    La CAN 2021 toujours sans visibilité…    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    «REC» de Paco Plaza et Jaume Balaguero: un thriller viral!    La crise et après…    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    «Le législateur devrait insérer le télétravail pour une application claire et sans ambiguïtés»    508 mesures proposées par la CGEM et ses fédérations    A quoi sert une frontière?    Déconfinement: Les députés pointent l'absence de vision    S.M le Roi, Amir Al-Mouminine, commémore Laylat Al-Qadr    Réunion de Habib El Malki avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Venezuela: Trump perd la partie…    L'après-Covid-19: Ce que propose le couple franco-allemand    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    DOC-Covid19 : Les principaux textes législatifs en un seul clic!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…
Publié dans Albayane le 08 - 04 - 2020

En optant, dès le 13 mars dernier, pour la fermeture des frontières et pour l'interdiction des rassemblements afin d'enrayer la propagation du coronavirus sur son territoire, le gouvernement de Varsovie a mis la campagne électorale en hibernation dès lors que toutes les manifestations publiques ont été interdites.
Or, cette situation n'a poussé au «confinement» que quatre sur les cinq candidats à l'élection présidentielle puisque le président sortant Andrzej Duda ne s'est pas empêché, pour sa part, de continuer sa « campagne électorale » en apparaissant aux côté des urgentistes et en prenant la parole afin de se poser en tant qu'homme de la situation sous une couverture médiatique décuplée par la pandémie.
Mais, même si la Pologne n'a pas été épargnée par la pandémie du Covid-19, le chef du parti Droit et Justice, (PiS) conservateur, Jaroslaw Kaczynski n'entend point reporter les élections présidentielles qui devaient se tenir en Mai. Aussi, nonobstant les réticences qui se font entendre au sein même de son propre camp et qui viennent notamment du premier ministre Mateusz Morawiecki et du ministre de la Santé Lukasz Szumowski, l'homme fort du pays reste décidé à faire tenir cette élection dans les délais initialement fixés car c'est la seule possibilité de pouvoir faire réélire le président sortant Andrzej Duda auquel les derniers sondages confèrent 50% des intentions de vote; une très large avance qui le dispenserait d'un deuxième tour.
Un report de l'élection présidentielle de quelques ou mois ou d'une année, comme le réclame l'opposition, mettrait, incontestablement, le président sortant dans l'obligation de tenir sa campagne électorale quand le gouvernement polonais sera encore aux prises avec les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire mondiale du Covid-19 dès lors qu'après l'état d'urgence viendra inévitablement la phase de la récession qui donnera lieu, sans aucun doute, à un vote sanction à l'égard des partis de la majorité gouvernementale.
La Plateforme Civique (PO), principale force d'opposition, dénonce la tenue d'élections en ce moment au motif que, celles-ci permettront au président sortant de garder les rênes du pays pendant cinq nouvelles années en utilisant la pandémie du coronavirus en tant que tremplin.
C'est donc à l'issue d'un débat parlementaire particulièrement houleux et après que le vice-premier ministre et chef de file de la frange modérée de la majorité parlementaire, Jaroslaw Gowin, ait démissionné, que le leader du PiS est parvenu, dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 avril, à faire voter une modification du code électoral introduisant le vote par
correspondance. Ce vote est donc intervenu en dépit des cris alarmistes de l'opposition portant sur la dangerosité d'un tel scrutin tant du point de vue sanitaire que de celui de sa conformité avec les règles constitutionnelles.
Ainsi, bien que l'épidémie du Covid-19 ait paralysé la campagne électorale, que les maires des plus grandes villes polonaises aient plaidé pour le report de l'élection présidentielle et que l'opposition ait dénoncé une «manœuvre politique injuste et anti-démocratique», le forcing entrepris par le leader du parti Droit et Justice Jaroslaw Kaczynski afin de maintenir l'élection présidentielle à la date initialement arrêtée a donné ses fruits et ouvert la voie au vote par correspondance.
Enfin, même si le patron du parti Droit et Justice (PiS) a, d'une certaine manière, répondu «favorablement» aux doléances des polonais qui ne voulaient pas aller aux urnes en ces temps de pandémie en leur ramenant les urnes jusqu'à eux et en leur permettant, ainsi, de voter «sans se déplacer», rien ne permet d'affirmer, à l'heure où la Pologne est plongée dans une grande crise sanitaire dont elle sortira incontestablement meurtrie, que le président sortant sera automatiquement reconduit pour cinq nouvelles années. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.