Registre social unifié : Nouveau calendrier    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les insurgés houtis dénoncent l'accord de paix…
Publié dans Albayane le 27 - 04 - 2020

L'Arabie Saoudite qui dirige, depuis 2015, la coalition militaire venue à la rescousse du gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale, avait décrété le 9 Avril dernier « un cessez-le-feu pour deux semaines » et appelé à la tenue, sous le parrainage de l'ONU, d'une rencontre avec les rebelles «houtis» soutenus par Téhéran à l'effet d'ouvrir la voie à une solution politique « plus large » qui serait couronnée par un cessez-le feu permanent.
Mais si, à ce moment-là, la démarche de Riyad qui avait été saluée par les chancelleries du monde entier n'avait pas été rejetée par les «séparatistes», il ne faudrait pas oublier que, dans un document publié quelques heures avant cette annonce, les Houtis avaient appelé au retrait des troupes étrangères, à la fin du blocus des ports et de l'espace aérien du Yémen et exigé que la coalition prenne en charge le paiement des salaires des fonctionnaires pour la prochaine décennie et finance la reconstruction du pays.
Ne voyant donc rien venir, les insurgés ont publié, ce dimanche 26 Avril, un communiqué mettant un terme à tous les espoirs de la communauté internationale. Revendiquant le contrôle exclusif de la capitale régionale d'Aden et accusant le gouvernement de ne pas avoir rempli ses obligations et d'avoir conspiré contre la cause du sud, le Conseil de Transition du Sud (STC) déclare, dans son communiqué, avoir proclamé, dans la nuit de samedi à dimanche à 00 heure, «l'autonomie du sud du pays» et annonce qu'un «comité d'autonomie commencera ses travaux sur la base d'une liste de tâches assignées par la présidence du Conseil».
En brisant ainsi l'accord de paix qu'ils avaient signé avec le gouvernement, les insurgés houtis, renforcés par la très forte baisse des frappes aériennes de la coalition suite au désengagement des forces émiraties compliquent davantage un conflit qui, au cours de ces cinq dernières années, aurait fait, selon l'ONU, des dizaines de milliers de morts – essentiellement civils – et provoqué la plus grave crise humanitaire de la planète puisque 7 millions de personnes, soit le quart de la population, seraient au bord de la famine et que la pandémie du coronavirus pourrait compliquer la donne.
Pour rappel, en Novembre dernier, les insurgés, qui avaient toujours revendiqué l'indépendance du sud du pays, avaient consenti à signer, à Riyad, un «accord de partage du pouvoir» mettant fin à la bataille pour le Sud au cours de laquelle ils avaient pris le contrôle d'Aden, la deuxième ville du pays. Or, bien que la coalition menée par l'Arabie Saoudite ait délibérément prolongé le cessez-le-feu qu'elle avait unilatéralement décrété le 9 avril pour quinze jours, à l'effet d'enrayer la propagation de la pandémie du Covid-19 sur l'ensemble du territoire yéménite déjà en proie à la plus grave crise humanitaire de son histoire, l'accord de Riyad est rapidement tombé à l'eau du fait notamment de la non-application des mesures clés afférentes à la formation d'un nouveau gouvernement comprenant des représentants des sudistes et à la réorganisation des forces militaires.
Aussi, au vu de tout ce qui précède, il semble donc que le conflit qui a fait vivre au Yémen la pire crise humanitaire de son histoire, voire même de l'histoire du monde moderne, ne soit pas prêt de s'achever. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.