Séance atone    Automobile: Un frémissement des ventes qui peut être salutaire    Fonds Innov Invest: Nouvel appui aux startups    Ouverture partielle des frontières: Qui pourra en bénéficier?    Covid19: 115 nouveaux cas au Maroc, ce vendredi à 10h00    Casablanca: Un inspecteur de police tombe pour falsification de documents    Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Erdogan provoque les chrétiens    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    Nasser Bourita : L'accès au territoire national, une opération exceptionnelle    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Adoption de projets de loi sur les établissements de crédit et la CCG    Exceptionnelle pour les frontières et progressive pour les mosquées : La vraie réouverture se fait désirer    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»
Publié dans Albayane le 21 - 05 - 2020

A 44 ans, Kamal Moummad, originaire de Zagoura, s'est fait une place au cœur de Los Angeles, à Hollywood. Il est aujourd'hui à l'écran dans le dernier opus de Souheil Benbarka, «De sable et de feu». Retour sur le parcours d'un homme qui a d'abord été un excellent basketteur et un mannequin à succès.
Faire des paniers, c'est dur et cela demande de la précision. Choisir un rôle et le travailler requiert la même exigence à la fois physique et mentale. Dans les deux Kamal Moummad va au bout de lui-même, sans concessions et sans jamais en garder sous le capot. «J'aurai pu aller le plus loin possible dans le sport. D'ailleurs, cette discipline que donne la pratique sportive m'aide beaucoup dans ce que je fais aujourd'hui.
Mais je suis un acteur. J'ai toujours su que c'est le métier que je voulais faire. Je vis pour le cinéma. Je ne peux pas me voir autrement.» Cette détermination, Kamal Moummad en fait un credo, une manière d'être, un sacerdoce. C'est cette rigueur dans le travail et cette volonté à toute épreuve qui l'a mené à partager l'affiche avec des noms comme Woody Harrelson ou encore Will Ferrell. Nous sommes déjà loin du mannequin qu'il a été. Pourtant, il a connu tous les succès sur les podiums.
Carrure, élégance naturelle, classe de ceux qui ont du cœur, Kamal Moummad trace son chemin avec beaucoup de patience. Même quand il touchait le fond, il se relevait. Huit fois tombé, neuf fois relevé fait partie de ses devises. « Je n'abandonne jamais. Je ne m'avouerai jamais vaincu. La vie n'est pas chose aisée. Rien n'est simple ni facile. J'ai trimé. J'ai donné. J'ai souffert. J'ai douté de tout mais jamais de moi-même. J'ai gardé au fond cette force pour me relever encore et encore jusqu'à prendre mon cheminement, celui de l'acting et du cinéma».
Acteur-né, caméléon, instinctif, profond, Kamal Moummad passe de l'esclave à l'agent secret, de l'interprète de l'ONU à l'ambassadeur sénégalais, traverse le cinéma de Tombouctou à Londres, joue à travers les époques et prend des risques, de film en film. C'est comme ça que le métier entre. On multiplie les auditions, on change de cadre, on se plie à certaines exigences et on se teste. De 2010 à 2019, il a été dans des séries TV, des courts-métrages et des longs. Game Night, Tester, The Panther Heart Beats, Reflector, Tu veux gagner un Oscar? Lost Future, Galamsey et The Elite One.
Mais durant cette décennie, Kamal Moummad n'a pas seulement joué devant la caméra. Il a écrit. Il a produit. Ila filmé en tenat que réalisateur. Parce que pour lui, le chemin est à plusieurs bifurcations. «J'aime écrire. Et je veux porter mes histoires à l'écran. Je veux donner corps à mes émotions et à ce que je pense de la vie et du monde. Je travaille chaque jour. Et mes rêves vont loin. Dream Big Brother. J'u crois à fond».
Aujourd'hui, Kamal Moummad crève l'écran dans le dernier film de Souheil Benbarka. Un rôle sur mesure qui le fait voyager un peu partout dans le monde, de festival en festival, avec cette même constance de celui, qui dit, qu'il vient de commencer et que le chemin est long, très long.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.