Indice DHL de connectivité mondiale: Classé 62ème mondial, le Maroc est champion au Maghreb    Botola Pro: le classement général (1ère journée)    La visite d'Eric Dupond-Moretti au Maroc confirmée    Agadir: les mesures sanitaires inchangées pour les 15 prochains jours    Le Maroc attaché à la mise en œuvre l'Accord de la ZLECAF (Jazouli)    Liga : Le Real vainqueur du FC Séville grâce à un auto-goal de Yassine Bounou !    RCOZ-MCO (1-1) : Un nul équitable entre deux formations en construction    Crise du Golfe: le Maroc réagit positivement aux derniers développements    Espagne: arrestation d'un Marocain en collaboration avec la DGST pour son appartenance à Daech    Paris: incidents et interpellations en marge d'une manifestation (VIDEO)    UA : Le Maroc prend part à la 13ème Sommet extraordinaire sur la ZLECAF    Evolution du coronavirus au Maroc : 4118 nouveaux cas, 376.738 au total, samedi 5 décembre à 18 heures    Message du roi Mohammed VI au roi de Thaïlande    Kénitra: un bébé de 2 mois abandonné en pleine rue    Financement de l'Education: TGR explore de nouvelles pistes    "Women Tech" : l'universitaire marocaine Hajar Mousannif remporte le 1er prix    2M : Transformation éminente des programmes d'information (vidéo)    Covid-19 : L'Inde est le premier acheteur de vaccins au monde    CNTSH : Baisse importante du nombre de dons de sang    USA : Obama, Clinton et Bush promettent de se faire vacciner devant les caméras    La FIFA promulgue un nouveau règlement : Instauration d'un congé de maternité de 14 semaines au profit des footballeuses !    Royal Air Maroc couvre le risque Covid-19 dans ses vols à l'international    Relance: Les crédits garantis atteignent 50 MMDH (Benchaâboun)    Auto-entrepreneurs, IR, amnistie fiscale…les amendements acceptés    Relance post-Covid : Bourita appelle la communauté internationale à faire preuve de solidarité    BAM : la demande bancaire en liquidité totalement satisfaite    Coût du vaccin, durée, effets indésirables... Les explications d'un responsable du ministère    The Banker magazine : Attijariwafa bank élue meilleure banque au Maroc en 2020    Une ONG suisse salue l'opération nettoyage de la zone tampon menée par les FAR    Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques    Décès de l' ancien président de la Fédération Royale marocaine de rugby, Said Bouhajeb    Jo de Tokyo : Les athlètes seront soumis à des règles très strictes    Un derby régional pour la journée inaugurale de la Botola    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des ministres gaffeurs!
Publié dans Albayane le 05 - 07 - 2020

Dans des démocraties qui se respectent, il aurait suffi qu'un responsable public s'amuse à gaffer dans telle ou telle démarche ou à faillir à sa mission, il n'hésite nullement à s'excuser auprès du peuple et présenter, ipso facto, sa démission, sans aucun atermoiement ni dérobade.
Lorsqu'un premier ministre, comme c'est le cas récemment de la France, échoue dans son projet, il quitte le Matignon pour céder sa place à son successeur nommé par le président, en cérémonie protocolaire de l'événement qui se passe dans les règles du jeu. Le sens de responsabilité est sacré plus que n'importe quelle autre considération.
Au Maroc, cette pratique démocratique, quoique le principe de la reddition des comptes soit écrit noir sur blanc dans la loi suprême du royaume, est totalement méconnue et ignorée sur toute la ligne. Chez nous, un chef de gouvernement se fait «piéger» par ses ministres pour pondre un projet de loi liberticide qui porte atteinte aux fondements de la constitution et se comporte, le sourire large, comme si rien n'était, sous la colère et l'indignation de la société.
Le ministre des droits de l'homme se paie aussi le luxe de piétiner froidement le principe de déclaration du personnel à la CNSS, alors qu'il est censé le défendre mieux que quiconque, étant donné la tâche dont il est en charge. De même, le ministre de l'emploi, bourré de morale dont il est imprégné de par sa référence «théologique», comme son collègue sus cité d'ailleurs, il se précipite à déclarer ses collaborateurs du bureau d'avocat, de crainte de se faire épingler et trahir par la même bourde de son confrère de profession.
On pourra conter une nuée de bévues dans lesquelles les ministres sont embourbés jusqu'au cou, mais on se contentera de ces récents impairs de peur de tomber dans la redondance. On se passera d'en évoquer d'autres, sauf qu'on rajouterait encore une.
Cette fois-ci, c'est encore plus grave, puisqu'il est question d'un super ministre qui se plaît de s'adonner à la contravention d'un de ses innombrables fonciers dont pullule le sud marocain. Il s'agirait, entre autres de la contrefaçon alertée dans le projet en cours d'achèvement dans la station balnéaire de Taghazoute.
Une risée qui ne dit pas son nom pour un richissime qui fait odieusement fi aux normes et obligations urbanistiques! Tous ces ministres «bornés» et bien d'autres hauts responsables de la sphère hiérarchique nationale, n'ont pas de cesse de se plier aux lois en vigueur et les violent sans vergogne au su et au vu de tout le monde.
En dépit de leurs torts qui empestent dans le pays, ils ont encore le culot d'exercer impunément sans aucun opprobre ni scrupule. La démocratie se construit au plus haut de la pyramide comme si plus bas du piédestal. On ne peut donc prétendre passer dans la cour des grands avec de telles altérations au niveau de l'instance exécutive censée se produire en exemple de loyalisme et d'exactitude.
Du chemin à franchir dans notre jeune démocratie qui se fragilise par des récalcitrants dont l'impunité ne fait que stimuler!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.