UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    Covid-19 au Maroc: plus de précisions sur le protocole de traitement à domicile    Nouvel accident de camion en plein Casablanca (VIDEO)    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Les victimes de l'immobilier!    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    OCP : Nouveau projet pour doubler la capacité de production d'Emaphos    Un investisseur saoudien met la main sur l'hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger    Ministère de l'Education : un démenti, et après ?    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    France: le Marathon de Paris finalement annulé    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Santé : nouvelle décision d'Ait Taleb après l'augmentation des cas    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mauvaises langues
Publié dans Albayane le 13 - 07 - 2020

Roselyne Bachelot, plusieurs fois ministre dans les gouvernements de droite en France est revenue aux affaires dans l'équipe de Jean Castex à la tête du ministère de la culture.Les mauvaises langues ont ressorti à la pharmacienne de 73 ans, reconvertie dans le journalisme, ses multiples déclarations tonitruantes de divorce définitif avec la charge gouvernementale, pour souligner le caractère versatile des hommes politiques.
Or, cette passionnée des arts, qui a longtemps animé une chronique sur la musique ajoutait en codicille qu'elle ne fermait pas la porte à une seule responsabilité, celle de la culture.
L'intérêt de cette nouvelle pour ce côté-ci de la méditerranée ne réside pas dans la nomination de celle qui va occuper le fauteuil qui fût jadis celui d'André Malraux, mais plutôt dans son profil qui a convaincu le premier ministre et le président de la république française, et qui nous offre le prétexte de provoquer, non sans malice, la comparaison avec le titulaire de cette charge dans notre dernier remaniement ministériel automnal. Profil contre profil.
Dans le cas d'espèce, dire que l'écart entre les deux ministres est sidéral relève de la lapalissade. La preuve : pendant plusieurs semaines,une question à 1 dirham a fait le tour des salons cossus de Rabat et de Casablanca et des cercles privés des intellectuels et des hommes d'influence : c'est quoi le comble pour un ministre de la culture ? La réponse n'était pas évidente, mais avait circulé de bouche à oreille plus vite que le virus de la grippe dès l'ouverture du salon international de l'édition et du livre de Casablanca.
La réponse juste et désormais validée était la suivante : le comble pour un ministre de la culture est d'inviter au salon du livre un écrivain décédé ! L'auteur célèbre en question n'est autre que feue Fatéma Mernissi, quant au ministre inculte, auteur de la demande, on s'attend à ce que sa performance lui assure une place de choix dans le livre des bêtisiers que les historiens finiront par écrire un jour.
Plus sérieusement, ce genre d'erreur de casting est révélateur de deux problèmes gigognes. Le premier est celui de la méconnaissance, ou au mieux, la compréhension floue des rôles et des enjeux de la culture chez les politiques qui les expose à des choix malheureux. Le second est plus grave et explique le premier en partie. Il concerne la déconnexion du personnel politique du monde des belles lettres et des arts. Rarement lecteur ou spectateur, sans addiction à l'émerveillement, on peut se demander comment ce personnel indifférent à la culture peut faire de la politique et inventer le rêve et le futur. Après tout, la plus jolie fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a.La plus moche également!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.