Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un discours copieusement social!
Publié dans Albayane le 03 - 08 - 2020

Comme il fallait s'y attendre, le discours que le Souverain vient de prononcer au peuple marocain, à l'occasion du 21ème anniversaire de son intronisation, avait une charge Sociale à foison.
De bout en bout, cette notoriété solennelle fut bille en tête, l'épine dorsale de la teneur du message Royal, en parfaite synchronie avec le redressement de l'économie et de la mise en avant de la gouvernance.
Tout au long de son propos empreint devolontarisme pondéré, le Monarque ne se dissocie point de ce focus vital autour de la nomenclature plurielle qu'il prône, au fur et à mesure afin d'annihiler tous les griefs sociaux en suspens. Il est bien évident que la pandémie qui infligeait, au fil du temps, des coups cinglants à la santé des populations et à l'économie, a mis le pays dans un état de banqueroute désastreuse.
L'effort éléphantesque du royaume pour juguler le fléau, en forte grimpée, sous les directives éclairées de Sa Majesté, fut l'objet d'admiration des observateurs de toute la planète. Il n'en demeure pas moins évident que ce virus qui vit toujours dans nos murs aura sans doute, constitué un détonateur pour de nouvelles conquêtes, en direction des franges démunies de la société.
Pour ce faire, le Roi met dans le bain «le fonds d'investissement stratégique» qui stimulerait la machine de l'économie, raviverait les veines entrepreneuriales, revigorerait les activités de production et accompagnerait les grands projets. A cet effet, la mise en fonction du plan de relance de 120 milliards de dhs, soit 11% du PIB, est de nature à insuffler une sève dynamisante dans les vaisseaux du tissu productif susceptible de créer l'emploi et d'assurer les sources de revenus.
De même, le lancement de la réforme du secteur public pour de bon, est à même d'assainir les déficiences chroniques des établissements publics dont le dernier en date serait, à coup sûr, le conseil de la concurrence, actuellement pointé du doigt pour ses dysfonctionnements au sujet desquels le Souverain a dépêché une commission ad hoc d'investigation.
L'épuration des structures de l'Etat est d'autant plus impérative dans l'élan de relance globale qu'elle pérenniserait la complémentarité des outils publics et fidéliserait la cohérence entre les divers acteurs socio-économiques.
D'autre part et dans le même ordre d'idées, la mise sur orbite d'une agence chargée de la gestion stratégique des participations de l'Etat, ambitionnerait de contribuer efficacement à performer la conduite et la qualité des entreprises publiques.
Il ne fait donc pas de doute que le discours Royal suppose la ferme intention que ces multiples mécanismes adoptés se devraient de déboucher sur le bien-être de tous les citoyens, tout particulièrement les souches précaires et déshéritées.
A l'adresse de celles-ci, le Souverain met en marche un processus ambitieux sur cinq ans à venir, relatif à généraliser la couverture sociale, dans sa globalité et, en fait, la généralisation de l'Assurance Maladie Obligatoire (AMO) ainsi que les allocations familiales, la retraite et aussi l'indemnité pour perte de travail.
Enfin, on retiendra la réforme rigoureuse des systèmes et programmes sociaux, plus spécialement l'aspect fonctionnel du Registre Social Unifié (RSU)...A suivre la confection idéelle du discours Royal, on se rend compte, sans nul contexte, qu'elle se fonde essentiellement sur un seul piédestal, celui du souci permanent vis-à-vis de l'élément humain, amoindri par l'endémie ces temps-ci, certes, mais également par les gabegies critiques de la politique sociale, entreprise jusqu'à nos jours.
Le discours sous-entend alors, un réquisitoire audacieux de la cuisante débâcle du volet social sous des multiples formes, qu'il va falloir démanteler, à travers l'éclosion forte de l'économie nationale et l'implantation vigoureuse de la bonne gouvernance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.