Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Notre bijou architectural est un chef d'œuvre signé marocain!»
Publié dans Albayane le 06 - 08 - 2020

Entretien avec Rachid Amahjour, directeur du Palais de la culture et des arts
Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
Conçu, imaginé et construit sur la baie de la ville du Détroit, Tanger, le Palais de la culture et des arts s'apprête à ouvrir ses grandes portes au public. Son ouverture est prévue en effet pour la saison 2020-2021. Par ailleurs, ce bijou architectural dont les travaux ont été entamés en mars 2017 avec une enveloppe budgétaire globale de près de 210 millions de dirhams œuvrera pour la promotion de la culture et des arts. «Le Palais de la culture et des arts doit jouer son rôle local, régional, national. Sans oublier, son agréable ouverture sur le monde, comme il doit ouvrir ses portes pour les professionnels et pour toutes catégories des praticiens des arts et de la culture. Sans oublier notre magnifique patrimoine et notre enfance… Donc, c'est dans cette perspective que nous devons accélérer nos projets avec bien sûr nos partenaires », nous confie Rachid Amahjour, directeur du Palais de la culture et des arts. Les détails.
Al Bayane : L'ouverture officielle du Palais de la culture et des arts de Tanger est prévue pour la saison 2020-2021. Quelles sont alors les grandes lignes de votre programmation pour cette saison culturelle?
Rachid Amahjour : Effectivement, le Palais de la culture et des arts de Tanger ouvrira ses portes officiellement pendant la saison culturelle et artistique 2020- 2021, si la Covid-19 nous le permettra. Et ce sera sur un choix d'une programmation locale, régionale, nationale, internationale et autour des pratiques artistiques et culturelles multidisciplinaires marocaines et étrangères…
En parallèle, il y'aura également de la formation, de la recherche et de l'expérimentation, et ce avec nos productions et dans le cadre des partenariats possibles…
Le Palais de la culture et des arts est conçu, imaginé et construit sur la baie de la ville du Détroit, Tanger. Pourriez-vous nous donner plus d'informations sur ce bijou architectural qui s'apprête à accueillir ses visiteurs?
Vraiment, notre bijou architectural et notre fierté marocaine, comme vous l'avez bien dit, conçu, imaginé et construit sur la baie de la ville du Détroit, en face de l'Europe et sur la méditerranée, est un chef d'œuvre signé marocain de A à Z. Il se compose:
– D'une grande Salle de 1400 places.
– Deux salles de 200 places chacune.
– Deux galeries pour des expositions multidisciplinaires.
– Un espace enfant pour des pratiques artistiques enfantines.
– 5 pavillons pour des différents apprentissages d'arts et d'expérimentations:
a – Pavillon de danse et de chorégraphie.
b – Pavillon de musique et du chant.
c – Pavillon de spectacles et d'art dramatique.
d – Pavillon des arts plastiques, visuels et numériques.
e – Pavillon de studios d'enregistrements audois, visuels et numériques…
Voilà brièvement quelques informations sur le Palais de la culture et des arts de Tanger, qui laissent imaginer son avenir…
Quels sont les enjeux de cette nouvelle institution culturelle?
Avec le nombre des nouvelles infrastructures que connaît le Maroc actuellement, que ce soit dans le secteur artistique, culturel et patrimonial, bien que pour la formation comme pour la pratique, je crois que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu le glorifie, nous donne un signe très fort de sa part pour un si grand lancement d'un projet culturel marocain, dans lequel toutes les régions de notre pays doivent y participer…
Pour le Palais de la culture et des arts, il est clair qu'il doit jouer son rôle local, régional, national, sans oublier son agréable ouverture sur le monde, comme il doit ouvrir ses portes pour les professionnels et pour toutes catégories des praticiens des arts et de la culture. Sans oublier bien entendu notre magnifique patrimoine et notre enfance…
Donc, c'est dans cette perspective que nous devons accélérer nos projets avec bien sûr nos partenaires…
Quel regard portez-vous sur la scène artistique et culturelle de la ville de Tanger?
La scène artistique et culturelle de la ville de Tanger fait partie de la scène marocaine, les artistes et les intellectuels font plus de ce qu'ils peuvent et pratiquement sans moyens. Mais il est clair que nous avons un richissime patrimoine artistique, nous avons aussi des pratiques modernes et même post-modernes, mais il nous faut beaucoup de formations, de recherches, d'expérimentations et surtout d'accumuler un savoir faire de la pratique culturelle et artistique…
En outre, nous devons avoir une bonne stratégie pour la médiatisation de nos produits culturels et artistiques, et de passer à une concrète politique de la culture touristique, elle doit être rentable sur tous les niveaux…
Pour accélérer cette politique ou plutôt ce programme, il faut vraiment penser avec les administrations centrales à une régionalisation de la culture et des arts dans notre pays, surtout avec l'actuel Ministre de la culture et du sport qui me semble l'homme adéquat pour cette énorme mission…
Certaines villes marocaines se sont dotées actuellement de nouvelles structures culturelles gigantesques, comme le grand théâtre de Rabat et celui de Casablanca. A votre avis, quelles en seront les retombées sur le secteur artistique dans les années à venir?
Effectivement, notre pays connaît avec Sa Majesté le roi Mohammed VI la création des gigantesques monuments et énormément d'infrastructures culturelles et artistiques. C'est clair comme je l'ai dit avant, c'est un signe fort de la part de sa Majesté pour un lancement d'un énorme projet culturel pour notre pays. Aussi, c'est un signe fort de sa part d'un avenir proche d'un nouveau Maroc qui connaîtra son développement dans pratiquement tous les secteurs, dont le secteur culturel et artistique fait partie, et où le même secteur connaîtra les gens du public et du privé. Et bien sûr, les retombées et les gains feront l'objet d'une concurrence dans l'avenir proche, sachant que les choses vont très vite au Maroc, et que ce secteur ne restera pas pour toujours un domaine de gratuité. Nous devons penser à une économie des arts et de la culture, comme nous devons penser à une culture et des arts de société…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.