AIEA : le Maroc préside la 64e Conférence générale    AIEA : le Maroc réitère son attachement à l'esprit du TNP, affirme Nasser Bourita    La grande duplicité du président algérien Abdelmadjid Tebboune au sujet du Sahara marocain    Enquête Exclusive sur M6 : un sombre tableau des libertés en Algérie (vidéo)    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Suivez le LIVE de l'émission « Al Moukawil » de MFM Radio    Que devient le statut d'exportateur indirect ?    Le Maroc préside à Genève la 61e réunion de l'Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Distribution : les Marocains fidèles au marché et à l'épicier pour l'alimentaire    HPS: des résultats en forte progression    Freiné par la crise, le secteur automobile veut reprendre son élan    Les plateformes digitales séduisent les administrations marocaines    Formation continue : des mesures exceptionnelles en faveur des entreprises    Enfin une (vraie) relance du tourisme à Marrakech ?    L'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire au cœur d'un scandale sexuel    « FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Le Maroc élu président de la 64è Conférence générale de l'organe directeur suprême de la AIEA    Affluence grandissante et prestations appréciées    Botola Pro D1 (Mise à jour/24è journée) : Le Raja dispose du DHJ sans forcer, le Wydad échappe au piège de la RCAZ    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Liga : Jawad Yamiq proche du Getafe    Afrique : face au coronavirus, l'OMS encourage la recherche sur les médecines naturelles    En Ouganda, l'une des plus vieilles universités d'Afrique ravagée par un incendie    Coronavirus : visualisez l'évolution hebdomadaire de l'épidémie au Maroc    Enseignement à Rabat: 17 établissements concernés par de nouvelles décisions    Attention aux faux masques qui circulent à Casablanca !    Le Maroc réitère son attachement inébranlable à l'esprit du TNP    La rentrée demeure dans le virtuel    Alzheimer: une maladie sournoise    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    Meknès : Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Gareth Bale file à Tottenham    Les Etats-Unis sanctionnent l'IRAN et fâche Moscou    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les hôteliers en déception!
Publié dans Albayane le 10 - 08 - 2020

En raison de la pandémie occasionnant des mesures restrictives, les hôteliers se sont fort attelés à mettre le paquet sur le tourisme interne.
Juste après avoir procédé au déconfinement, le pouvoir public aura permis aux divers secteurs de rouvrir leur boîte pour la reprise de l'activité.
A l'instar de nombre de leurs homologues, les acteurs du tourisme se retroussent les manches pour relooker leur établissement, moisis sous l'effet de l'usure, durant plus de trois mois de suite. Il a fallu, d'abord, dépoussiérer et encaustiquer pour être fin prêt à la fête, ensuite, faire appel au personnel enfoui dans les repaires du confinement.
Enfin, les professionnels ont dû dépenser plus de 300 000 dirhams, selon les surfaces, pour désinfecter tous les lieux, du fond en comble, en vue de s'aligner comme il se doit sur les dispositions du protocole sanitaire en vigueur. Un remue-ménage qui leur a coûté les yeux de la tête, sans être, pour autant, persuadés de réussir le coup. Au fait, au fil des jours, ils s'aperçoivent que leurs efforts étaient vains et que leur malheur n'est pas à son terme.
Tout en sachant au préalable, qu'ils devaient compter, à priori, sur les visites des concitoyens, ils se mordent les doigts de constater que les visiteurs trouvent du mal à se payer le luxe de voyager en ces temps de crise en dépit des campagnes de promotion.
Malgré leurs sacrifices, les opérateurs du secteur chassent les mouches. Parmi les compatriotes qui, d'accoutumée, se ruent sur leur destination préférée, en périodes estivales, les tergiversations ne se dissipent guère, d'autant plus que les décideurs de tutelle, à l'image de tout l'exécutif, n'inspirent pas confiance.
Les décisions parfois contradictoires, fusent de toutes parts, suscitant l'hésitation et l'indécision chez les populations. Cette confusion frôlant l'absurde, dans bien des cas, alimentait cette sensation de désaffection dont pâtissent les hôteliers et restaurateurs, plus particulièrement.
Il faudrait dire que plus de la moitié des hôtels sont restés verrouillés et nombre d'hôteliers n'ont pas voulu prendre de risques de se faire décevoir.
D'autres plus «aventuriers» s'en sont trouvés avec des dépenses supplémentaires, sans aucun revenu, en contrepartie. Le comble de cette situation critique n'est autre que le commandement inattendu des pouvoirs publics de suspendre les huit villes et d'interdire leur accès.
Là encore, aussi bien les visiteurs que les hôteliers ont en pris un revers cinglant. Décidément, l'été 2020 de ce tourisme local sur lequel on avait fondé tous les espoirs d'une année rocambolesque, en a faire voir de toutes les couleurs.
Cette fameuse décision écervelée a, en fait, cause des préjudices déplorables, en plus des grabuges de circulation aussi loufoques que lamentables. L'émoi de se faire bloquer ou encore de se voir priver des retrouvailles de la fête, avait généré un sentiment d'hallucination collective qui mettait en péril tout acte approché. Les réservations sont alors tombées à l'eau, avec un arrière-goût de frustration.
Les hôteliers font alors face au remboursement, au défraiement et paiement des salaires pour un service non fait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.