Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le combat commun !
Publié dans Albayane le 03 - 09 - 2020

La levée progressive du confinement est sans doute, devenue une nécessité sine qua non pour limiter les dégâts nocifs, produits par la propagation du virus. Un éventuel retour au cantonnement serait synonyme de désastre économique et marasme social.
Notre pays devrait faire en sorte que l'impact pandémique soit, de moins en moins, sévissant sur le plan sanitaire, tout d'abord, mais aussi au niveau de l'économie nationale qui se détériore, au fil du temps.
Pour ce faire, toutes les composantes de l'exécutif, en tant qu'institution qui détient les rôles de la gestion des affaires publiques de la Nation sont amenées à réagir de concert avec d'autres instances de l'Etat, en vue de juguler l'épidémie, en ces moments de recrudescence virale.
Or, on aura, à contrario, relevé, une quasi-démission, en matière de concorde et d'entente en son sein. On a plutôt l'impression que la fausse note qui découle de sa partition, est entachée de cacophonie, en raison de l'effacement exaspérant de son chef d'orchestre.
Le percussionniste qui fait «tomber la balance» de la cohorte, en pleine dichotomie, paraît submergé par les exigences du domaine qui, en plus du savoir de santé, nécessite également la maestria de l'engagement politique (on se mordra certainement les doigts de se lamenter sur le limogeage déloyal du Pr Houcaine Louardi !).
La déculottée qu'il vient de subir dans son département, selon laquelle, il sera désormais «dirigé» de bout en bout, par les ministères des finances et de l'intérieur, dévoile à quel point il n'est plus maître de son bateau, prenant l'eau de toutes parts.
En fait, ce n'est pas avec un «ramassis» amorphe et indolent, qu'on pourrait conduire à bon port la barque endémique qui fait chavirer aussi bien la santé du pays que celle de son économie. S'attend-t-on à la résurrection subite du gouvernement pour faire face à cette période cruciale ? On n'en est pas rassuré, depuis qu'on a la certitude de sa déficience et surtout de son incohérence, pour paraphraser le dicton affirmant que «la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a !».
Le discours Royal du 20 août aura sonné le glas de cette déchéance et en tire la sonnette d'alarme, sans trop en blâmer les fauteurs. Ce n'est ni le temps de les chambrer, encore moins de dramatiser une situation préoccupante.
Le Roi s'est donc contenté de réagir en responsable pragmatique qu'il a continuellement été en adoptant le principe de généraliser la couverture sociale sur cinq ans, envers les franges les plus défavorisées de la société marocaines à travers des actions concrètes et des moyens plausibles en ressources budgétaires.
L'élite politique dont une bonne partie s'amuse à briller par la nonchalance se devrait également de sortir de sa coquille et s'atteler à se pencher résolument à enrayer la Covid 19, au lieu de se cantonner dans ses camps, les yeux rivés sur les échéances électorales. La bataille actuelle n'a pas d'autres fronts. Elle est exclusivement concentrée au combat anti-pandémie qui dévore la santé et l'économie de la patrie. Le reste n'est qu'opportunisme et trahison!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.