Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Près de deux millions de Marocains seront alimentés en électricité    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Un acquis important pour relever les défis    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Change : Le dirham s'apprécie face au dollar du 18 au 24 février    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue gronde !
Publié dans Albayane le 21 - 11 - 2018

Ces temps-ci, la quasi-totalité des villes du pays gronde. La tension monte d'un cran et tend à tourner au vinaigre. A l'instar de ses homologues, Agadir fait brûler le torchon et se tortille sous le brasier de la colère collective. Le contingent infantile, de plus en plus, grossissant jalonne les artères et débouche sur la Wilaya, tel une avalanche dévalant la montagne.
Depuis déjà quelques jours sans relâche, les écoliers ont fini par prendre goût à la frasque et l'agitation publiques. Une nuée d'enfants en fort émoi s'époumone, au haut-parleur, pour rouspéter contre la déchéance qui les assaille à bout portant. Qui apaisera ce déchaînement, en passe de prendre des proportions fort inquiétantes ? A coup sûr, les forces de l'ordre qui assiègent les lieux de la manif semblent s'interdire de réagir, de crainte d'aggraver cette situation agaçante ! Comment s'y prendre dans le calme, face à une «rébellion »juvénile enflammée ? C'est là toute la question qui intrigue aussi bien les Autorités locales que les gestionnaires de l'éducation nationale ! On ne sait plus à quel saint se vouer, d'autant plus que des conduites attentatoires aux symboles de la patrie ont tendance à se faire valoir au sein de ces attroupements surexcités, un peu partout dans les régions.
En même temps, devant le siège de la Wilaya, vient de se tenir un autre sit-in, cette fois-ci, animé par des adultes. C'est une pléiade d'acteurs, toutes sensibilités confondues, qui s'insurge contre l'occupation du domaine public marin sur le littoral nord de la capitale du Souss. De même, cette élite répugne l'agression permanente à laquelle est soumise la nature étouffée par la pollution des unités de farine de poisson qui empestent l'air et la mer.
Un phénomène spécifique à la ceinture côtière de ces sites de rêve, notamment à Immi Ouaddar et Tama Ouenza qui vivent, chaque jour, un matraquage foncier hallucinant, faisant fi de toutes les lois urbanistiques et environnementales en vigueur. Des édifices de tous genres poussent comme des champignons sur le territoire marin, érigés sans vergogne, par des barons de l'immobilier et générant le déséquilibre de la biosphère et de l'écosystème, à travers l'érosion des récifs, le rejet des résidus, la détérioration de la faune et de la flore, la dégradation du panorama visuel de toutes ces merveilles naturelles.
Les manifestants crient au scandale, haut et fort, contre la démission et le mutisme des responsable face au carnage de l'écologie marine, à la dépravation foncière, à la dénaturation du paysage splendide de toute une zone prisée…Un message vif et âpre de toute cette élite révoltée par la nonchalance et l'indifférence exaspérantes des décideurs qui, paraît-il, sont impuissants face aux bourreaux de la nature et aux prédateurs du béton!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.