Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain
Publié dans Albayane le 27 - 09 - 2020


A la 75è session de l'Assemblée générale de l'ONU
Le Maroc a réaffirmé son engagement en faveur d'une solution définitive au différend régional autour du Sahara marocain, dans le cadre de l'intégrité territoriale et de la souveraineté nationale, à l'occasion du segment de haut niveau de la 75è session de l'Assemblée générale des Nations-Unies.
«Le Royaume du Maroc est constammment attaché aux principes consacrés dans la Charte des Nations-Unies, relatifs au principe de résolution pacifique des différends et de respect de la souveraineté nationale des Etats et de leur intégrité territoriale. Partant de là, le Maroc reste engagé à aboutir à une solution définitive au différend régional autour du Sahara marocain, dans le cadre de son intégrité territoriale et de sa souveraineté nationale», a souligné le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, dans un discours préenregistré diffusé samedi à la salle de l'Assemblée générale devant les représentants des Etats membres de l'ONU à New York.
La position du Maroc ne souffre d'aucune ambiguïté, en ce sens que toute solution politique définitive à ce différend ne peut aboutir que dans le cadre de quatre paramètres fondamentaux, a affirmé le chef du gouvernement. Il s'agit de la souveraineté totale du Maroc sur son Sahara et l'initiative d'autonomie comme unique solution à ce différend artificiel; la participation entière de toutes les parties dans la recherche d'une solution définitive; le respect total des principes et paramètres consacrés par le Conseil de sécurité dans toutes ses résolutions depuis 2007 selon lesquelles la solution ne peut être que politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis; et le rejet de tous plans dépassés, que le Secrétaire général de l'ONU et le Conseil de sécurité ont jugé depuis une vingtaine d'année comme caducs et inapplicables, visant à dérouter l'actuel processus politique des paramètres fixés par le Conseil de sécurité.
Et de relever, à cet égard, que le processus politique, sous les auspices exclusifs des Nations-Unies, a été marqué par un nouvel élan avec la tenue des deux tables rondes de Genève en décembre 2018 et mars 2019, marquées par la participation pour la première fois de l'ensemble des parties.
M. El Otmani a estimé qu'il est particulièrement encourageant que le Conseil de sécurité ait consacré le processus des tables rondes comme voie unique vers une solution politique réaliste, pragmatique, durable et de compromis à ce différend régional.
Et d'ajouter que le Maroc réitère sa profonde préoccupation quant à la situation humanitaire déplorable des populations des camps de Tindouf, dont la gestion a été délaissée par le pays hôte à un groupe séparatiste armé, en violation flagrante de ses engagements internationaux en vertu de la convention sur la situation des réfugiés de 1951 et les autres conventions internationales relatives aux droits de l'Homme et au droit international humanitaire.
Le contexte de la pandémie de Covid-19, a poursuivi le chef du gouvernement, ne fait qu'accentuer les préoccupations sur le sort de cette population séquestrée dans des camps gérés par un groupe armé ne disposant d'aucune légitimité au vu du droit international.
Il est grand temps que la communauté internationale prenne une mesure décisive pour pousser le pays hôte à permettre au Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés de procéder au recensement et à l'enregistrement de la population des camps de Tindouf, conformément au droit international humanitaire des réfugiés et aux appels incessants du Conseil de sécurité dans l'ensemble de ses résolutions depuis 2011, a insisté M. El Otmani.
Un tel recensement est devenu plus que jamais nécessaire pour mettre fin au détournement en cours depuis plus de 40 ans de l'aide humanitaire destinée à la population séquestrée dans les camps de Tindouf, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.