Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Birmanie: Les Rohingyas, ce peuple oublié victime d'une guerre oubliée
Publié dans Albayane le 14 - 10 - 2020

La crise des Rohingyas désigne le conflit armé, cette «guerre oubliée» qui se déroule dans l'Etat d'Arakan, en Birmanie, entre l'armée régulière birmane dite «Tatmadaw» et l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan dite «Arakan Army» et qui a valu au gouvernement birman les accusations de génocide.
Ce conflit qui perdure depuis le rattachement, à la Birmanie, en 1948, de ces supplétifs «musulmans» de l'armée britannique vus, par les indépendantistes birmans, comme étant des traîtres et ravalés, à ce titre, au rang de citoyens de seconde zone, apatrides, sans ressources et sans soutien, a fait, depuis 2016, plusieurs milliers de morts et contraint quelques 725.000 rohingyas à se réfugier à l'étranger, notamment dans des campements de fortune au Bangladesh voisin.
N'ayant fait l'objet d'aucun répit malgré la pandémie du coronavirus, ce conflit aurait même connu une escalade inquiétante ces derniers temps. Evoquant une intensification des combats dans les Etats de Rakhin et de Chin entre les deux «armées» précitées, des témoignages font état du déplacement d'au moins 90.000 personnes et de combats meurtriers avec le recours à l'aviation et à l'artillerie lourde.
Les images satellites dévoilées par Amnesty International, à l'appui de son dernier rapport en date de ce lundi, révèlent l'ampleur des attaques commises contre les populations musulmanes qui, en septembre dernier, avaient détruit les villages de Taung Pauk et de Hpa Yar Paung selon cet invariable modus operandi comprenant tirs, incendies, tortures, disparitions, exécutions sommaires et politique de la terre brûlée qui a poussé leurs 500 résidents à trouver refuge dans la ville voisine de Kyauktaw au centre de l'Etat de Rakhine.
Mais si le bureau des affaires humanitaires de l'ONU a fait état du déplacement, entre janvier 2019 et le 7 septembre dernier, de plus de 89.500 personnes qui furent contraintes de quitter 180 villages arakanais et chin, l'ONG «Rakhine Ethnic Congress» basée à Sittwe, évoque, de son côté, le chiffre de 160.000 rohingyas venus s'ajouter à leurs 130.000 compatriotes qui, selon Human Rights Watch, sont parqués, depuis 2012, dans des «camps-prison à ciel ouvert».
Cette situation avait poussé, d'une part, Michelle Bachelet, la Haute Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'homme, à déclarer que les attaques perpétrées par la Tatmadaw contre des civils peuvent «constituer de nouveaux crimes de guerre ou même des crimes contre l'humanité» et, d'autre part, Yanghee Lee, la rapporteuse spéciale de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme, à réclamer l'ouverture d'une enquête sur les exactions commises dans les Etats de Rakhine et Chin et sur les combats menés par les deux protagonistes à la suite desquelles des dizaines de personnes ont été tuées, plusieurs autres ont été soumises à des tortures, à des exécutions extrajudiciaires ainsi qu'à une privation de soins et d'aide humanitaire et plus de 40.000 déplacées.
Mais s'il est vrai que ces chiffres font peur, il ne faut pas, néanmoins, oublier que le confinement imposé par la pandémie du nouveau coronavirus, la coupure du réseau de l'internet mobile et les difficultés d'accès à une région «mise sous cloche» par le pouvoir birman ces trois dernières années empêchent d'avoir une image exacte de ce qui se passe dans cette zone. De quoi donc demain sera-t-il fait dans les Etats de Rakhine et de Chin en Birmanie ? Attendons, pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.