Euromed : Quel avenir ?    Euromed : Quel avenir ?    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Régime fiscal : Oxfam appelle à la réduction des inégalités    Coronavirus : le Maroc enregistre son premier cas du variant britannique    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Mondial de Handball 2021 : Touché par la Covid-19, le Cap-Vert contraint de quitter la compétition    Mondial de Handball 2021 : Le Maroc s'incline face à l'Islande (23-31)    Lutte contre la corruption dans le secteur financier: Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Rabat : L'ambassadeur David Fischer rend hommage à Abdellatif Hammouchi et au corps sécuritaire marocain    Azilal : Une nouvelle vie pour le fameux «pont de la mort» (vidéo)    L'Université Ibn Tofaïl cède un Brevet d'Invention à une Société Privée    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Crainte d'un choc environnemental suite à la reprise des industries    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    L'Inter dompte la Juventus    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    ZLECAf: Le plus dur reste à venir !    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus
Publié dans Albayane le 29 - 11 - 2020

La grande faucheuse a encore frappé. Le chanteur et artiste marocain Mahmoud El Idrissi a été emporté par la Covid-19. Une autre perte immense pour le milieu artistique national déjà endeuillé par le départ de grands noms de la scène, tels que Aziz Saadallah, Mohamed Melehi, Hammadi Al Tunsi, Chama Zaz, Anouar El Joundi, Abdellah Zahraoui... Une année triste!
En effet, le grand virtuose et figure de proue de la chanson marocaine a rendu l'âme jeudi dernier à Casablanca. Souffrant déjà d'une maladie chronique, le chanteur de «Mohal yansak Albal» a passé l'arme à gauche dans une clinique privée, après une lutte contre le Coronavirus. Il avait 72 ans.
Auteur, compositeur et voix inclassable, le défunt n'a pas seulement enrichi le répertoire musical national, mais il a incontestablement marqué également des générations d'artistes, de mélomanes, de passionnés et d'amoureux de la chanson marocaine.
Très connu par ses titres nombreux dont «Saa Saida», «Aichi Ya Bladi», «Assbar ya qalbi», «Mazal Al Hal», «Rahila», «Ya Tara Yaoud», «Ya Laylo Toul», pour ne citer que ceux là, l'artiste a laissé derrière lu, une œuvre considérable.
La diva et star de la chanson arabe, Samira Saïd a rendu un vibrant hommage au regretté en écrivant ceci sur sa page instagram: «Mohmoud El Idrissi est l'une des belles voix marocaines. Il a enrichi avec travaux le répertoire de la chanson marocaine. Il était parmi les artistes humbles et respectés». Une autre étoile s'est éteinte à cause de l'ennemi invisible!
Mahmoud a laissé en effet, son empreinte en composant plusieurs titres à certaines voix marocaines reconnues sur la scène artistique nationale et arabe, entre autres Naima Samih, Bachir Abdou, Mohamed El Ghaoui, Latifa Raâfat...
Né à Rabat en 1948, Mahmoud El Idrissi, icône et l'un des pionniers de la chanson marocaine, a entamé sa carrière musicale et artistique au milieu des années soixante du siècle dernier. Quelques années plus tard, et grâce à son talent et son charisme, le défunt a confirmé sur la scène musicale nationale, le timbre de sa voix, notamment dans les années 70 et 80. Mahmoud El Idrissi: «Mohal yansak Albal».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.