La CNSS va donner des indemnités aux salles de sport    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Impots: la DGI fait une annonce destinée aux contribuables    Irak : le pape célèbre une messe devant des milliers de fidèles    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Les sociétés de distribution sur la sellette    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Une semaine sous le signe de la stabilité    Ligue des champions : Le Zamalek et Al Ahly en difficulté    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    Botola Pro D1: le classement provisoire (9e journée)    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Armée américaine et insurgés du Capitole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes
Publié dans Albayane le 14 - 01 - 2021

Un sondage Odoxa pour le Syndicat français de l'édition
Le confinement a stimulé l'envie de lire des Français, surtout chez les plus jeunes, révèle un sondage Odoxa pour le Syndicat national de l'édition (SNE) publié jeudi.
« Le livre est plébiscité par le public, notamment par les plus jeunes, comme un véritable antidote », a commenté le président de cette organisation professionnelle, Vincent Montagne, cité dans un communiqué.
« L'engouement renouvelé des Français pour la lecture (…) est un formidable espoir pour notre métier », a-t-il ajouté à l'occasion des voeux du SNE, retransmis en ligne.
Lors du premier confinement (mars à mai), 30% des Français ont lu plus que d'habitude, et lors du deuxième (octobre-décembre), ils ont été 16%.
Globalement, « 33% des Français ont lu plus de livres qu'en temps normal pendant le ou les confinements », résume Odoxa. Par âge, ce sont les 18-24 ans qui ont le plus augmenté le temps consacré aux livres: ils ont été 42% puis 24% à le faire.
Interrogés sur les raisons, les sondés ont cité d'abord « occuper ses journées, lutter contre l'ennui » (43%), puis « se déconnecter de l'actualité » (33%) et « éviter de rester de rester trop longtemps sur les réseaux sociaux » ou sur internet (31%).
Ils sont très majoritairement favorables à ce qu'en cas de nouveau confinement les librairies restent ouvertes (85%) plutôt qu'elles ferment (13%).
« J'espère que nous ne passerons pas un temps inutile à plaider contre la fermeture des librairies », a indiqué M. Montagne lors des voeux de son organisation.
La mauvaise surprise en revanche est que les sondés ignorent en majorité que la loi impose un prix unique du livre, mesure destinée à protéger le secteur de l'édition: 53% d'entre eux pensent que ce prix « peut varier selon les régions, la période de l'année, la conjoncture économique et les détaillants », tandis que 45% répondent qu'il est « le même partout ».
Les Français déclarent en moyenne lire 8,4 livres par an, même si la moitié d'entre eux en lit entre zéro et trois.
Le roman domine largement: 45% lisent des romans policiers, 32% des romans contemporains, et 28% des romans fantastiques ou d'aventure. Ensuite seulement viennent les livres pratiques ou de loisirs (26%).
Le sondage a été réalisé, via internet, les 10 et 11 décembre, auprès de 990 personnes représentatives de la population française et âgées de 18 ans et plus.
D'après les estimations préliminaires du SNE, qui à ce stade n'incluent pas les livres électroniques, le chiffre d'affaires du secteur de l'édition a reculé de 2% environ en 2020.
Mais cette baisse globale cache de très fortes variations saisonnières, « qui sont exceptionnelles, et une aberration, en raison d'une succession de confinements et déconfinements », a souligné M. Montagne. Et l'année a été très différente selon les secteurs, avec une bonne conjoncture pour la bande dessinée entre autres, mais des secteurs sinistrés comme celui des guides de voyage.
Par ailleurs, en raison des reports ou annulations de parutions, « on a réduit peut-être de 15% la production éditoriale », selon le président du SNE, ce qui a été fatal à certains titres. « Cette année est une année extrêmement dure pour les auteurs et les créateurs. Il y a l'aspect économique, mais aussi l'aspect psychologique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.